Info

Présidentielle 2022 : "La politique française est beaucoup plus agressive qu'au Canada"

TVMONDE

Voix de diasporas. Ils font partie de celles et de ceux qu'on n'a peu voire pas entendu depuis le début de la campagne présidentielle, en France. Les jeunes membres des diasporas, présentes dans le pays, portent pourtant un regard acéré sur les sujets abordés dans le débat public et sur ceux qu'ils aimeraient voir davantage évoqués et discutés. Voilà pourquoi TV5MONDE a choisi de donner la parole à 8 d'entre eux, : ils détaillent les sujets qu'ils estiment prioritaires pour les 5 prochaines années.
Épisode n°5 de notre série "Voix de diasporas" avec Flora.

Étudiante en gestion de projet, Flora est arrivée du Québec en France au début de l’année 2022. Elle a découvert le mode de vie français, rythmé par la campagne de l’élection présidentielle qui approche. Cela lui confère une approche de la politique différente de son Canada natal. 

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE

« C’est le premier endroit que j’ai visité quand je suis arrivée en France », avoue Flora, étudiante québécoise de 22 ans, en nous montrant d’un geste du bras la place de la Nation, à Paris.  Cette place, c’est son colocataire qui l’y avait emmenée, pour lui faire visiter la ville. Ce jour-là, il y avait une manifestation contre le pass sanitaire. « Ça m’a bien fait rire parce qu’au Québec, on a ce stéréotype comme quoi les Français font beaucoup de manifestations, décrit-t-elle. Quand j’ai vu ça, je me suis dit que j’étais bien arrivée en France. » 

Chargement du lecteur...

Après quelques jours à discuter avec des Français et à observer la société française, la Québécoise a vu de grosses différences avec son pays natal. « Je crois que le faire-nation est un peu différent », décrit-elle. C’est lié au fait que contrairement au Canada, où l’on vote pour un parti lors des élections fédérales, la France vote pour une personne lors de l'élection présidentielle. 

J’ai l’impression que la politique française est beaucoup plus agressive.Flora, Canadienne

Un océan de différences

Même si la jeune femme ne peut pas voter le 10 avril, elle suit avec intérêt la campagne française, comme elle le fait lors des campagnes électorales canadiennes. « Après avoir regardé des débats et des interviews, j’ai l’impression que la politique française est beaucoup plus agressive », jauge l’étudiante. « Je ne vais pas dire qu’il y a un culte de la personnalité, mais j’ai l’impression que la personnalité du chef a un plus grand rôle que le parti. » Selon elle, cela joue dans la manière dont la politique est perçue dans le pays.  

Un politicien, qui ferait de tels commentaires au Canada, serait considéré comme extrémiste.Flora, Canadienne

La différence réside aussi dans l’attitude des personnes. « Au Canada, on pèse beaucoup nos mots, on est vraiment pas dans la confrontation, on ne veut froisser personne », explique-t-elle. Et la même chose s’applique en politique. « J’ai été choquée par les propos de certains hommes politiques », affirme la jeune femme. Elle fait notamment référence aux propos d’Eric Zemmour sur les mineurs isolés, qui lui ont valu une condamnation pour "complicité de provocation à la haine raciale et injure raciale" assortie de 10 000 euros d'amende. « Un politicien, qui ferait de tels commentaires au Canada, serait considéré comme extrémiste. »