Info

Prix Pulitzer à deux enquêtes journalistiques embarrassantes pour Trump

Le siège du New York Times
Le siège du New York Times
afp.com - ANGELA WEISS
Les épouses de Kyaw Soe Oo et Wa Lone, les deux journalistes de Reuters emprisonnés en Birmanie
Les épouses de Kyaw Soe Oo et Wa Lone, les deux journalistes de Reuters emprisonnés en Birmanie
afp.com - Sai Aung MAIN

La cuvée 2019 du prestigieux prix Pulitzer a pris lundi une tonalité résolument militante avec deux enquêtes journalistiques sur Donald Trump, toutes deux défavorables au président, et une récompense pour les deux reporters de l'agence Reuters emprisonnés en Birmanie.

Dans une référence à peine voilée au président, l'administratrice des prix Pulitzer, Dana Canedy, a regretté lors de l'annonce que "certains avilissent la presse en la présentant comme l'ennemie de la démocratie au service de laquelle elle oeuvre".

Donald Trump a régulièrement qualifié les médias grand public d'"ennemi du peuple", les accusant de propager de fausses informations ou de chercher systématiquement à le discréditer.

L'enquête du New York Times évoquait comment l'ancien promoteur avait bâti sa fortune, quand celle du Wall Street Journal a révélé l'existence de versements pour acheter le silence de deux anciennes maîtresses supposées de Donald Trump.

Récompensés dans la catégorie "journalisme explicatif", David Barstow, Susanne Craig et Russ Buettner, du New York Times, étaient partis des affirmations récurrentes du président des Etats-Unis selon lesquelles il s'était fait tout seul.

Après plus d'un an d'enquête, ils ont affirmé, début octobre, que Donald Trump avait en réalité reçu de son père, sur plusieurs années, l'équivalent de 413 millions de dollars d'aujourd'hui.

Des fonds qui auraient, pour partie, été transférés par le biais d'une société écran, ce qui leur aurait permis d'échapper à l'impôt.

L'enquête, "à charge" selon Donald Trump, avait été balayée par le président républicain, qui avait qualifié son contenu d'"ennuyeux" et "déjà vu".

Elle a néanmoins débouché sur l'ouverture d'une enquête par l'administration fiscale de l'Etat de New York, dont les conclusions ne sont pas connues.

- "Il y a de l'espoir" -

Le prix attribué au Wall Street Journal, dans la catégorie "journalisme national", ne l'a pas été pour une enquête mais une série d'articles.

Début janvier 2018, le quotidien financier avait été le premier à rapporter l'existence d'une liaison supposée entre Donald Trump et l'actrice de films pornographiques Stephanie Clifford, alias Stormy Daniels.

En novembre 2016, il avait déjà publié le scoop du versement de 150.000 dollars que le groupe de presse American Media Inc (AMI), éditeur de l'hebdomadaire à scandale "National Enquirer", avait fait à une ancienne playmate, Karen McDougal, pour les droits du récit de son aventure supposée avec le futur président des Etats-Unis.

Allié, à l'époque, de Donald Trump, AMI avait en réalité l'intention d'enterrer l'histoire, selon plusieurs médias américains.

Donald Trump a toujours nié l'existence de ces liaisons. Son ancien avocat et homme de confiance, Michael Cohen, a affirmé sous serment que le milliardaire n'ignorait rien des paiements qu'il avait effectués en son nom.

Outre ces prix, le jury du plus prestigieux prix de journalisme aux Etats-Unis a notamment honoré, dans la catégorie "actualité" (breaking news) la rédaction du Post-Gazette, quotidien de Pittsburgh, pour sa couverture de la tuerie de la synagogue Tree of Life, qui a fait 11 morts le 27 octobre.

Il a également récompensé, dans la catégorie internationale, les journalistes de l'agence Reuters Kyaw Soe Oo et Wa Lone, condamnés à sept ans de prison en Birmanie, pour leur couverture des persécutions des musulmans Rohingyas.

Hors catégorie, les 18 membres du jury ont décerné une mention spéciale à la rédaction du Capital Gazette, dont cinq membres ont perdu la vie, le 28 juin, sous les balles d'un homme qui en voulait au quotidien d'avoir publié un article sur lui.

"Il y a de l'espoir", a dit Dana Canedy, malgré les menaces et les intimidations qui pèsent aujourd'hui sur les journalistes dans de nombreux pays du monde. "Bien sûr que la presse perdurera parce que, comme le savaient les pères fondateurs (des Etats-Unis), sans elle, il n'y a pas de démocratie."