Info

Quels sont les enjeux du sommet du Cercle Arctique sur le Groenland ?

Coucher de soleil sur la ville de Nuuk, capitale du Groenland.
Coucher de soleil sur la ville de Nuuk, capitale du Groenland.
David Goldman/AP

Un sommet sur la place du Groenland dans l’Arctique aura lieu du 27 au 29 août 2022. Organisé par la plateforme Arctic Circle, le forum se déroule à Nuuk, la capitale de ce territoire autonome situé dans le cercle arctique. De quoi sera-t-il question lors de ce sommet ? Tour d’horizon. 

Au carrefour de plusieurs enjeux contemporains, le Groenland a droit à un forum international qui lui est dédié. Le “2022 Arctic Circle Greenland Forum” est prévu du 27 au 29 août à Nuuk, la capitale. Le Forum a été annulé les deux années précédentes en raison de la pandémie de Covid-19. Pour cette édition, le thème portera sur la place du Groenland dans l’Arctique mondial, à travers les prismes du climat, de la prospérité, de la géopolitique et du progrès. 

Des rencontres axées sur la coopération

Le Forum est organisé par Arctic Circle, un réseau de dialogue autour de l’Arctique, de son futur et de la planète. Créé en 2013, le réseau a son siège à Reykjavik, en Islande. Chaque année, il organise l’assemblée du Cercle Arctique. Au fil du temps, c’est devenu un événement majeur à propos de la place de l’Arctique dans le monde.

Le gouvernement du Groenland participe également à l'élaboration du Forum. “Le gouvernement du Groenland espère voir le pays jouer un rôle dans la création d’un développement pacifique et  durable pour notre société, et que cela soit pris en compte dans toutes les conversations sur l'Arctique et la coopération arctique”, écrit Múte Bourup Egede, le Premier ministre Groenlandais dans un communiqué.

Le Groenland, c’est quoi ?

  • Situé tout au nord du globe, le Groenland est un territoire du Danemark bénéficiant d’un statut autonome. 
  • Jusqu’en 1979, le territoire était considéré comme une colonie. 
  • Le Groenland dispose d’un parlement et d’un gouvernement qui lui sont propres, mais la cheffe de l’État est la reine du Danemark, Margrethe II. 
  • En 2020, 56 367 personnes vivaient au Groenland selon l’ONU dont environ 50 000 Inuit. 
  • Les Groenlandais parlent majoritairement l’inuktitut, qu’ils désignent par le terme kalaallisut, qui signifie inuktitut groenlandais. 

L’objectif de la rencontre est de débattre des enjeux contemporains autour du Groenland. Entre 300 et 500 personnes sont attendues pour l’événement. Les discussions s'articulent autour de tables rondes, mais aussi de sessions plénières plus importantes. Pour chaque table ronde, des intervenants issus de différents corps de métiers sont prévus : diplomates, activistes, chercheurs, personnalités politiques, entrepreneurs… L’idée est de pouvoir cerner au mieux les problématiques contemporaines de ce territoire à travers le regard de ces différents intervenants. 

Plus d’une cinquantaine de sessions prévues

Le programme du Forum est dense. En deux jours, plus de 50 sessions doivent avoir lieu. Chacune d’entre elles a un thème bien précis, mais plusieurs grandes thématiques se dégagent. Parmi elles, il y a la place du Groenland dans le réchauffement climatique. Comment y faire face ? À quoi ressemblera l’Arctique en 2050 ? Quelles perspectives pour la jeunesse ? Comment développer un tourisme plus durable ? Chercheurs, entrepreneurs et politiques tenteront de trouver des réponses à ces questions lors du forum. 

Autre thématique importante : la place des peuples autochtones au Groenland. Selon le Groupement international de travail pour les affaires indigènes, une ONG faisant la promotion des droits des peuples indigènes dans le monde, les Inuit représentent 88% de la population du Groenland. Il sera donc question de la prospérité des femmes Inuit à l’heure du réchauffement climatique, de la place des peuples indigènes dans la politique internationale mais aussi du Conseil circumpolaire inuit et de ses accomplissements. 

Chargement du lecteur...

Les enjeux économiques du Groenland seront également au cœur de cet événement. Le territoire est un important réservoir de minerais. Interrogé par le quotidien français Le Monde, le géologue australien Greg Barnes, patron d’une entreprise détentrice d’une licence d’exploration au Groenland estime que “le pays sera incontournable pour répondre à la demande mondiale en terres rares.” De ce fait, les minerais seront abordés sous le prisme politique, mais aussi environnemental, lors du Forum.

Les participants auront aussi l’opportunité de découvrir les réalités locales. Une exposition organisée par l’ONG de protection de l’environnement Green Transition Denmark et l’Alliance pour un Arctique propre, regroupant 20 autres ONG, sera visible pendant tout l’événement.