Info

Réapprendre à se parler ou la vie sans internet aux Tonga

Il a fallu 13 jours pour trouver l'orgine de la panne, une rupture de câble sous-marin, et pour reconnecter ces îles de 110.000 habitants situées à près de 2.400 kilomètres au nord-est de la Nouvelle-Zélande
Il a fallu 13 jours pour trouver l'orgine de la panne, une rupture de câble sous-marin, et pour reconnecter ces îles de 110.000 habitants situées à près de 2.400 kilomètres au nord-est de la Nouvelle-Zélande
afp.com - Fiona Goodall
Une rue de la capitale Nuku'alofa, le 28 mars 2012
Une rue de la capitale Nuku'alofa, le 28 mars 2012
afp.com - TORSTEN BLACKWOOD
L'économie des Tonga dépend en grand partie du tourisme
L'économie des Tonga dépend en grand partie du tourisme
afp.com - DAVID BROOKS
Une rue de Nuku'alofa, le 28 mars 2012
Une rue de Nuku'alofa, le 28 mars 2012
afp.com - TORSTEN BLACKWOOD

L'archipel des Tonga, royaume reculé du Pacifique Sud, a subi deux semaines durant une panne informatique qui a provoqué casse-tête financiers et panique sociale, mais également contraint les habitants à redécouvrir l'art de la conversation.

L'archipel s'est soudain retrouvé plongé dans le noir virtuel le 20 janvier. De nombreuses entreprises ont dû se mettre à l'arrêt, les gens ont perdu leur accès à des réseaux sociaux qui représentent une importante porte d'entrée sur le monde.

"On a dû apprendre à se parler sans messagerie internet", raconte Joshua Savieti, qui travaille dans les arts créatifs. "On ne savait rien, on ne savait pas ce qu'il se passait, on n'avait pas d'informations, on ne savait pas s'il y avait un cyclone".

Il a fallu 13 jours pour trouver l'orgine de la panne, une rupture de câble sous-marin, et pour reconnecter ces îles de 110.000 habitants situées à près de 2.400 kilomètres au nord-est de la Nouvelle-Zélande.

Pendant le blackout, l'archipel s'est contenté d'une connexion locale par satellite, bien moins puissante, et ne permettant que des services limités.

Les réseaux sociaux tels que Facebook et YouTube ont été bloqués afin d'économiser de la bande passante au profit des activités essentielles. Les gens ont donc été privés de contacts avec leurs proches à l'étranger. Les entreprises travaillant via Facebook ont été paralysées.

Beaucoup se sont rendus compte à quel point ils étaient dépendants de l'internet à peine cinq ans après la mise en service de ce câble à fibre optique de 827 kilomètres.

- Bars bondés -

Certains faisaient la queue pendant des heures pour avoir accès au service satellite mais d'autres s'occupaient de leur jardin ou allaient voir les gens en face à face.

"En fait, je me suis dit que c'était plutôt pas mal d'être évincé de l'internet, de reparler aux gens, d'aller dehors et de voir ce que tout le monde était en train de faire", a poursuivi M. Savieti. "Plein de gens sont sortis, ils allaient dans les bars, tout était plein".

Cette pause forcée n'a pas plu à tout le monde cependant. Les stocks de médicaments sont descendus et le directeur du ministère de la Santé, Siale 'Akau'ola, a perdu le contact avec les postes gouvernementaux des îles éloignées.

"Il y a des zones dans un état critique, la plupart ont besoin de se voir confirmer leurs approvisionnements, les dates. On était dans le noir et certains stocks étaient à des niveaux dangereusement faibles", a-t-il dit. "C'est sûr que cela allait avoir un impact sur toute une série d'opérations".

Les Tonga sont très dépendantes des liaisons internationales pour leurs approvisionnements ansi que de revenus touristiques vitaux. L'absence d'internet a provoqué de sérieux problèmes pour effectuer et confirmer les paiements.

Les banques étaient dans l'incapacité de traiter les transferts, plongeant dans la difficulté les familles dépendantes de l'argent envoyé par leurs proches travaillant à l'étranger.

Sam Vea, agent pour les Tonga de l'empire de livraison express DHL, a expliqué que la première semaine de panne avait provoqué "de graves problèmes" pour l'entreprise.

- Pertes de revenus -

"Nous n'avons pas pu expédier nos marchandises car il faut poster des documents avant qu'elles ne soient chargées sur un avion", a-t-il dit. "On a vraiment besoin de cette connexion. C'était l'aspect effrayant. Et on ne savait pas combien de temps ça allait durer".

Des petites entreprises qui se servent de Facebook pour promouvoir leurs services ne pouvaient plus prendre de réservations en ligne.

A Nuku'alofa, la capitale, Taiatu 'Ata'ata, qui gère une auberge, estime qu'elle a perdu "des milliers de dollars" de réservations.

Lee Latu, lui, tentait de gérer son hôtel situé dans l'archipel Vava'u "sans avoir la moindre idée si je devais aller chercher des gens qui auraient réservé".

Caryl Jones, un comptable, a raconté qu'il n'avait pu remplir les déclarations fiscales mensuelles de nombreux clients: "J'ai des clients qui m'envoient l'information par mail. J'ai des clients dont les comptes sont dans le cloud et ils ne pouvaient accéder à leurs comptes".

D'autres problèmes se sont posés quand le câble, qui rejoint celui de la Croix du Sud reliant l'Australie, la Nouvelle-Zélande, Hawaï et la partie continentale des Etats-Unis, a été réparé.

Par exemple, lors d'un procès pour meurtre à Nuku'alofa, le juge Charles Cato a dû rappeler aux jurés ce n'est pas parce que l'internet était revenu qu'ils pouvaient se mettre sur les réseaux sociaux durant l'audience...

La cause exacte de la panne n'a pas été déterminée. Mais le câble a pu être sectionné par l'ancre d'un navire.