Info

Reconfinement en France : quelles sont les nouvelles règles qui s'appliquent ?

Reconfinement dans seize départements pour quatre semaines. Lille (nord de la France), le 19/03/21.
Reconfinement dans seize départements pour quatre semaines. Lille (nord de la France), le 19/03/21.
AP Photo/Michel Spingler.

Face à la troisième vague de l'épidémie de Covid-19, le gouvernement français a annoncé un nouveau confinement entré en vigueur le samedi 20 mars dans 16 départements. Qui est concerné ? Quelles sont les règles qui s'appliqueront pendant les quatre prochaines semaines ? Tour d'horizon.

Un tiers des Français se réveillent samedi 20 mars sous un confinement d'un nouveau genre, avec des promenades autorisées pour plusieurs heures, mais dans un rayon restreint de 10 km, et une partie des commerces fermés.

Ces nouvelles mesures de freinage de l'épidémie de Covid-19 ont été rendues nécessaires par la dégradation rapide de la situation sanitaire, qui "s'apparente de plus en plus clairement à une troisième vague", selon le premier ministre Jean Castex. 

21 millions de Français reconfinés

Depuis vendredi 19 mars minuit, seize départements sont soumis pour au moins quatre semaines à ces restrictions, bien plus légères que le premier confinement national d'il y a tout juste un an : les huit d'Ile-de-France, les cinq des Hauts-de-France, la Seine-Maritime, l'Eure et les Alpes-Maritimes. Soit 21 millions d'habitants, dont les 12 millions de la région parisienne, poumon économique du pays.

Contrairement aux deux premiers confinements, les Français pourront sortir à l'extérieur "sans aucune limitation de durée", même si ce ne sera possible que "dans un rayon limité à 10 kilomètres" et avec une attestation, a expliqué le Premier ministre Jean Castex. 

Atttestations disponibles sur le site du Ministère de l'Intérieur : https://www.interieur.gouv.fr/Accueil

Couvre-feu repoussé à 19H00

Le couvre-feu est retardé en métropole à compter de ce samedi 20 mars de 18H00 à 19H00, notamment pour tenir compte du passage à l'heure d'été [plus une heure dans la nuit du samedi au dimanche 28 mars], une mesure qui "concernera tous les départements et pas seulement" ceux soumis à de nouvelles restrictions.

"Il vaut mieux passer un peu de temps dehors plutôt qu'en intérieur avec d'autres personnes", où le risque de contamination est plus grand, a expliqué le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, sur RTL.

Ecoles rouvertes, lycée en demi-jauge

Les écoles et collèges ouvriront normalement mais les lycées basculeront tous en "demi-jauge" dans les 16 départements concernés par les nouvelles restrictions.

En revanche l'éducation physique et sportive des scolaires pourra reprendre normalement, et les activités sportives extra-scolaires en plein air des mineurs seront maintenues.

Par ailleurs, les déplacements interrégionaux seront interdits, sauf "motifs impérieux ou professionnels". 

Le télétravail renforcé

Jean Castex a demandé "à toutes les entreprises et administrations qui le peuvent" de pousser "au maximum" le télétravail pour le mettre en place "au moins quatre jours sur cinq" et ainsi "être vigilants" sur les risques de contamination au travail.

Il a aussi demandé la mise en place "d'ici le début de la semaine prochaine" d'un "protocole significativement renforcé pour la restauration collective en entreprises".

Quels commerces restent ouverts ?

Fleuristes, chocolatiers, concessions automobiles et magasins de musique pourront rester ouverts dans les seize départements soumis à partir du samedi 20 mars au reconfinement, selon un décret paru samedi au Journal officiel (JO), précisant une annonce du Ministère de l'Economie.
En plus des commerces qui avaient pu rester ouverts lors des précédents confinements, voici les catégories nouvellement autorisées : "commerces de plantes, fleurs, graines, engrais, semences, plants d’espèces fruitières ou légumières, animaux de compagnie et aliments pour ces animaux en magasin spécialisé", "services de coiffure", "services de réparation et entretien d’instruments de musique", les "commerces de véhicules automobiles et de machines agricoles sur rendez-vous" et les "commerce de détail de cacao, chocolats et produits de confiserie".

Bercy a également clarifié une confusion concernant les cordonniers: un porte-parole du ministre délégué aux PME Alain Griset avait ajouté vendredi 19 mars les cordonniers dans cette liste, mais cette profession ne figurait pas telle quelle dans le décret paru au JO. Le ministère a précisé samedi 20 mars qu'elle était en fait incluse dans la catégorie "réparation d’ordinateur et de biens personnels et domestiques" du précédent décret de fin octobre.

Selon un communiqué du gouvernement, cela porte à 90.000 le nombre de commerces qui ne pourront ouvrir, en incluant les quelque 25.000 commerces déjà fermés dans les centres commerciaux sur l'ensemble du territoire, précise un communiqué du gouvernement.

Selon le décret, les supermarchés et autres magasins d’une surface de plus de 400 m2 ne peuvent accueillir du public que pour les activités jugées essentielles, ainsi que la vente de "produits de toilette, d’hygiène, d’entretien et de produits de puériculture".

Les magasins d’alimentation générale et les supérettes peuvent quant à eux accueillir du public pour l’ensemble de leurs activités. Les "click and collect" reste possible. La mesure est immédiatement applicable.