Info

Russie-Ukraine: Poutine mobilise 300.000 réservistes et menace l'Occident

Le président russe lors de son discours télévisé annonçant la mobilisation de 300 000 réservistes.<br />
 
Le président russe lors de son discours télévisé annonçant la mobilisation de 300 000 réservistes.
 
Service de la présidence russe/ AP

Le président russe Vladimir Poutine vient d'annoncer une "mobilisation partielle" des Russes en âge de combattre, soit 300.000 réservistes. Le chef d'État russe se dit prêt à user de l'arme nucléaire pour défendre la Russie.

"J'estime nécessaire de soutenir la proposition (du ministère de la Défense) de mobilisation partielle des citoyens en réserve, ceux qui ont déjà servi (...) et qui ont une expérience pertinente", déclare Vladimir Poutine dans une allocution télévisée enregistrée.

300 000 réservistes mobilisés

"Le décret sur la mobilisation partielle est signé" et entrera en vigueur "aujourd'hui" mercredi, a ajouté le président russe.

"Nous ne parlons que de mobilisation partielle", a-t-il affirmé, alors que des rumeurs sur une mobilisation générale couraient ces dernières heures.

Selon le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, cela représente 300.000 réservistes, soit "un peu plus de 1%" du nombre de personnes mobilisables dans le pays, estimé à quelque 25 millions de personnes.

Ces renforts seront déployés pour "consolider" et "contrôler" les lignes arrières, le long d'"une ligne de front qui fait plus de 1.000 kilomètres" dans le sud et l'est de l'Ukraine.

Cette décision intervient alors que les forces ukrainiennes ont mené une série de contre-offensive en septembre, forçant en particulier à la retraite l'armée russe dans la région de Kharkiv (nord-est de l'Ukraine).
 

Nous utiliserons certainement tous les moyens à notre disposition pour protéger la Russie et notre peuple.Vladimir Poutine, président de la Fédération de Russie.

Sergei Choïgou a reconnu par ailleurs un bilan de 5.937 soldats tués depuis le début de son offensive fin février, un bilan largement en deçà des estimations ukrainiennes et occidentales.

Le dernier bilan annoncé par le ministère de la Défense russe faisait état fin mars de 1.351 soldats tués.

Face à "la menace" représentée selon Vladimir Poutine par "le régime nazi de Kiev" et "la machine de guerre de l'Occident", "nous utiliserons certainement tous les moyens à notre disposition pour protéger la Russie et notre peuple" a averti le président russe mercredi , faisant clairement allusion aux armes nucléaires.

La menace résonne d'autant plus fort que des référendums d'annexion par la Russie sont prévus dans quatre régions ukrainiennes à partir de vendredi 23 septembre. "Le but de l'Ouest est d’affaiblir, de diviser et de détruire la Russie", a lancé le président russe dans son allocution télévisée.
 

Les objectifs de l'opération militaire ont été et restent inchangés.Vladimir Poutine, président de la Fédération de Russie.

Selon lui, l'Occident souhaite "supprimer les centres de développement souverains et indépendants" dans le monde pour se renforcer. "Les objectifs de l'opération militaire ont été et restent inchangés", a enfin dit Vladimir Poutine.

La Russie a lancé son offensive en Ukraine en affirmant vouloir y défendre les populations russophones opprimées par un pouvoir "nazi" et pour démilitariser le pays.
 

Quelles sont les armes nucléaires que possèdent la Russie ?

La Russie possède  5 977 têtes nucléaires selon la Fédération des scientifiques américains. Celle-ci est une ONG fondée en 1945 regroupant des scientifiques américains pour alerter sur les enjeux nucléaires.

L'OTAN possède, toujours selon la même organisation, 5943 têtes nucléaires (plus de 5400 pour les États-Unis). Les ogives opérationnelles, les ogives déployées, par la Russie sont plus de 1600. Ces 1600 ogives sont prêtes à être lancées depuis le sol, depuis un sous-marin ou depuis un avion. Ces ogives sont majoritairement stratégiques et participent à ce que l'on appelle la dissuasion nuclaire.

La Russie a développé dernièrement un missile nommé "Satan 2" par l'OTAN. Il s'agit du plus gros missile nucléaire intercontinental jamais conçu. Ce  missile peut frapper à plus de 10.000 kilomètres et peut détruire un territoire grand comme la France ou comme le Texas.

La Russie a également développé des missiles hypersoniques qu'elle a déployé dans l'enclave de Kalingrad. Les missiles hypersoniques Kinjal (poignard en russe) sont censés échapper à toute interception d'un bouclier anti-missiles. Il peuvent être équipés d'une ogive nucléaire.

D'autres ogives sont moins destructrices. Elles peuvent être utilisées sur un champ de bataille contre une armée ennemie. C'est ce que l'on appelle les armes nucléaires tactiques. Le nombre d'ogive nucléaires tactiques de l'arsenal russe n'est pas connu.