Info

Russie : un journaliste d'investigation arrêté pour détention de drogue

Chargement du lecteur...

La police russe a annoncé  ce vendredi 7 juin 2019 avoir arrêté un journaliste d'investigation pour détention de drogue. Une affaire que son employeur, le journal en ligne indépendant Meduza, dénonce comme montée de toutes pièces pour gêner ses enquêtes.

Ivan Golounov, 36 ans, a été interpellé jeudi 06 juin 2019 dans le centre de Moscou en possession de près de 4 grammes de méphédrone, une drogue de synthèse, trouvés dans son sac à dos, a affirmé à l'AFP un porte-parole de la police. Selon la même source, les policiers ont ensuite trouvé lors d'une perquisition à son domicile d'autres sachets avec des stupéfiants et une balance. La branche locale du ministère de l'Intérieur a diffusé des photographies de ce qu'elle présente comme des appareils artisanaux servant à fabriquer de la drogue de synthèse.

Le journaliste est soupçonné de "trafic de drogue" et encourt jusqu'à 15 ans de prison. Ivan Golounov dément les accusations portées contre lui. Selon son avocat, Dmitri Djoulaï, son client a été frappé à deux reprises lors de sa détention par les policiers, qui ont longtemps refusé qu'il ait accès à sa défense. "De nombreux éléments laissent à penser que les drogues ont été placées à son insu", a indiqué M. Djoulaï à l'AFP, évoquant de nombreuses violations dans le travail de la police dans cette affaire. "Nous sommes convaincus qu'Ivan Golounov est innocent. De plus, nous avons des raisons de croire que Golounov est poursuivi en raison de son activité journalistique", a indiqué dans un communiqué la direction de Meduza, ajoutant que le journaliste avait "reçu des menaces ces derniers mois" en raison d'une enquête sur laquelle il travaillait.

Ivan Golounov, que son média décrit comme "l'un des journalistes d'investigation les plus connus de Russie", a notamment publié des enquêtes sur les escroqueries menées par les entreprises de microcrédits, sur la crise des déchets à Moscou, sur le partage mafieux du business des cimetières et d'autres affaires de corruption et de détournement de fonds. "La réputation professionnelle d'Ivan Golounov est sans faille. C'est un journaliste méticuleux, honnête et impartial", a ajouté la direction de Meduza, média basé à Riga pour échapper au contrôle des autorités russes.

L'organisation Reporters sans frontières (RSF) s'est pour sa part dite "très inquiète" de l'arrestation d'Ivan Golounov et du "comportement très suspect de la police", qui suggère, selon l'ONG, "des accusations montées de toutes pièces pour faire taire un journaliste d'investigation connu pour ses reportages percutants". L'affaire, si elle s'avère falsifiée, "marquerait une escalade significative dans la persécution du journalisme indépendant en Russie", a déclaré à l'AFP le responsable de l'Europe de l'Est pour RSF, Johann Bihr. RSF rappelle sur son site que le journaliste tchétchène Jalaoudi Guériev a récemment purgé trois ans de prison dans une affaire de détention de drogue montée de toutes pièces. Son collègue Nikolaï Iarst avait fait l’objet de poursuites similaires à Sotchi avant les Jeux olympiques de 2014. Mais les collègues d’Ivan Golounov n’ont pas souvenir d’un tel procédé employé contre des journalistes moscovites.

Natalia Zviagina, directrice du bureau de représentation d'Amnesty International en Russie, a déclaré :  "Les circonstances de la détention d’Ivan Golunov semblent douteuses et suivent un modèle familier et déprimant. Un journaliste russe qui a critiqué les autorités est arrêté par des hommes en civil, qui l'empêchent de rencontrer son avocat, s'est plaint d'avoir été passé à tabac et a ensuite été blessé. Cette affaire est pratiquement un "copier-coller" de l'exemple récent du défenseur des droits de l'homme et défenseur des droits de l'homme tchétchène Oyub Titiyev.  Tout indique que les autorités plantent de la drogue sur leurs cibles pour les enfermer avec une peine de prison. Ivan Golunov est un éminent journaliste d'investigation et ses enquêtes sur la corruption du gouvernement n’ont clairement pas donné satisfaction aux autorités. Il semble qu'il en paye maintenant le prix."

Ivan Golunov a été finalement inculpé ce samedi 8 juin 2019 pour tentative de trafic d’une « quantité importante » de cocaïne et de méphédrone, avant d’être libéré sous contrôle judiciaire et assigné à résidence par un tribunal de Moscou. 

La Russie figure à la 149e place du classement de la liberté de la presse de RSF en 2019, sur un total de 180 pays.