Info

Sahara occidental : échanges de tirs entre le Maroc et le Front Polisario, selon l'ONU

Un soldat tient le drapeau du Front Polisario alors qu'un hélicoptère des Nations Unies file au-dessus du camp de réfugiés de Smara près de Tindouf, dans le sud-ouest de l'Algérie, le samedi 5 mars 2016.
Un soldat tient le drapeau du Front Polisario alors qu'un hélicoptère des Nations Unies file au-dessus du camp de réfugiés de Smara près de Tindouf, dans le sud-ouest de l'Algérie, le samedi 5 mars 2016.
AP Photo/Toufik Doudou

De nouveaux échanges de tirs se sont produits entre le Maroc et le mouvement indépendantiste du Front Polisario dans la nuit du lundi 16 novembre au mardi 17 novembre 2020 au Sahara Occidental, a indiqué mardi l'ONU sans pouvoir faire état de victimes.

La mission de paix Minurso au Sahara occidental, chargée de prévenir toute relance d'un conflit entre les deux parties, "continue de recevoir des informations de tirs effectués durant la nuit en différents endroits du mur de sable" séparant les belligérants, a déclaré le porte-parole des Nations unies, Stéphane Dujarric. "La nuit dernière, des tirs ont été rapportés dans des zones dans le nord et au sud du territoire", a-t-il précisé.

Interrogé pour savoir si l'ONU avait des informations sur d'éventuels blessés ou morts, le porte-parole a répondu ne pas en avoir. Dans son communiqué quotidien publié mardi soir, le ministère sahraoui de la Défense a affirmé que les "combattants (du Polisario) ont poursuivi leurs frappes contre les repaires de l'ennemi" depuis mardi matin.

Le mouvement indépendantiste a assuré avoir infligé des "pertes humaines et matérielles", sans plus de détails. Il a fait état de "pilonnages" visant les secteurs de Mahbès, Haouza et Amgala, le long du mur de défense marocain qui scinde sur 2700 km le territoire désertique disputé.

Il a fait état de "pilonnages" visant les secteurs de Mahbès, Haouza et Amgala, le long du mur de défense marocain qui scinde sur 2700 km le territoire désertique disputé.

Ces affirmations n'ont pu être vérifiées de sources indépendantes.

L'ONU continue "d'exhorter les parties à prendre toutes les mesures nécessaires pour faire baisser la tension". "Le secrétaire général a non seulement parlé avec le Roi du Maroc" lundi, "mais il a parlé aussi à plusieurs autres parties prenantes", a indiqué le porte-parole, sans autre précision.

La situation continue d'être très tendue au Sahara Occidental après l'annonce vendredi d'une rupture du cessez-le-feu de 1991 par les indépendantistes sahraouis en riposte à une opération militaire marocaine dans une zone-tampon de l'extrême sud du Sahara occidental, au poste-frontière de Guerguerat.

Chargement du lecteur...