Info

Sauvetage des exilés en Méditerranée centrale : "après la Lybie, la seule porte de sortie, c’est la mer"

Près de 2000 personnes ont été secourues en mer sur le mois de juillet en Méditerranée centrale, rapport l'ONG <em>SOS Méditerranée. </em>
Près de 2000 personnes ont été secourues en mer sur le mois de juillet en Méditerranée centrale, rapport l'ONG SOS Méditerranée. 
© Jérémie Lusseau / SOS MEDITERRANEE

En été, la mer est plus clémente. Les tentatives de traversée des exilés en Méditerranée se multiplient. Les associations de sauvetage ont secouru 2000 personnes depuis le début du mois de juillet. Pourquoi les exilés continuent-ils d'emprunter l'une des routes migratoires les plus mortelles au monde ? Entretien avec Claire Juchat, chargée de communication à bord de l'Océan Viking de l'association SOS Méditerranée.

TV5MONDE : Quelle est la situation actuelle sur place ? Observez-vous une recrudescence des traversées ?

Claire Juchat : Le mois de juillet a été intense en termes de sauvetage. Plus de 2000 personnes ont été secourues par des ONG en Méditerranée centrale pour le seul mois de juillet. Ce chiffre ne comprend même pas les sauvetages par les garde-côtes italiens ou les navires commerciaux.
 

Il faut imaginer des personnes à l’eau à 300 mètres les uns des autres. Secourue, une femme enceinte est ensuite décédée à bord du bateau MSF. Claire Juchat, chargée de communication à bord de l'Océan Viking de l'association SOS Méditerranée.

Il y a également eu un naufrage tragique le 27 juin dernier. 30 personnes sont décédées devant les équipes de Médecins Sans Frontières (MSF). Il faut imaginer des personnes à l’eau à 300 mètres les uns des autres. Secourue, une femme enceinte est ensuite décédée à bord du bateau MSF. Après le sauvetage, ils n’ont pas pu la réanimer. Ce naufrage a directement pu être observé. Mais il y a beaucoup d'autres pour lesquelles on n’a pas d’informations. Les embarcations disparaissent sans laisser de traces.

Les arrivées en Italie par la Méditerranée centrale s’accélèrent cet été 2022

 Ces derniers jours, des dizaines d'embarcations précaires et surchargées sont entrées dans les eaux de Lampedusa. Ce rocher de 20 km², sous souveraineté italienne, situé à une centaine de kilomètres à l'est des côtes tunisiennes est un point de passage important en Méditerranée. Le centre d'accueil de l'île abrite aujourd'hui 1 500 personnes pour une capacité d'hébergement de 375 exilés.
 
Le leader italien d'extrême droite Matteo Salvini s'est lui-même rendu sur l'île ce 5 août. Il a créé la polémique en défendant sa politique antimigrants sur l'île italienne."Qui a le droit de venir en Italie, vient en avion, pas sur une embarcation au risque de sa vie."

En mer, les autorités tunisiennes ont recensé près de 250 personnes sauvées pour la seule nuit de jeudi à vendredi. Les ONG de surveillance et de sauvetage en mer ont secouru près de 2000 personnes en Méditerranée centrale depuis le début du mois de juillet, selon l'ONG SOS Méditerranée. Elles ont appelé mercredi l'UE à reprendre ses activités de recherche et de secours pour les aider à répondre à l'afflux de migrants pendant l'été.

Nous faisons face à un autre problème spécifique à cette route migratoire. Depuis 2018, la zone au large des côtes libyennes est sous la responsabilité des garde-côtes libyens. Lorsque les garde-côtes les interceptent, les personnes sont ensuite ramenées en Libye. Or, ces rescapés doivent être débarqués en lieu sûr. L'UNHCR et des agences onusiennes assurent que la Libye ne peut pas être considérée comme un lieu sûr pour les débarquements.

Lorsqu’elles sont ramenées sur les côtes libyennes, les personnes sont directement envoyées dans des centres de détention. Le cycle d’abus recommence. Claire Juchat, chargée de communication à bord de l'Océan Viking de l'association SOS Méditerranée.

TV5MONDE : concrètement, quelles situations attendent les exilés interceptés et ramenés en Libye ?

Claire Juchat : De nombreux rapports montrent que ces personnes sont sujettes à des violations de droits humains systématiques. De nombreux cas de personnes ont été recensé dans des centres de détentions et ont subi des violences y compris sexuelles. 

<p>Un rescapé d'une embarcation en mer montre ses marques de torture infligées en Libye à l'association SOS Méditerranée.</p>

Un rescapé d'une embarcation en mer montre ses marques de torture infligées en Libye à l'association SOS Méditerranée.

© SOS Méditerranée

Elles tentent de fuir cet enfer en prenant la Méditerranée. Lorsqu’elles sont ramenées sur les côtes libyennes, elles sont directement envoyées dans des centres de détention. Le cycle d’abus recommence.


Certains centres sont dits officiels, gérés par l’État libyen. La Libye a un gouvernement reconnu et soutenu par la communauté internationale, le gouvernement d'unité nationale (GNU). Mais il n'est pas reconnu par d'autres groupes politiques du pays. 


En outre, certains centres de détention sont non officiels ou illégaux. Des personnes ont des containers ou des caves chez eux. Les rescapés racontent des faits de torture. Les tortionnaires appellent les familles lors des actes de torture pour qu’ils puissent envoyer de l’argent. Ils promettent ensuite de les libérer.

La seule porte de sortie c’est de prendre la Méditerranée. Prendre le désert les expose à de trop grands risques.

Lybie, point de passage des routes de l'exil et torture dans les centres de détention 

Le chaos qui a suivi la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011 a fait de la Libye une voie privilégiée pour des dizaines de milliers de migrants originaires d'Afrique subsaharienne, de pays arabes et d'Asie du sud. 

Ils cherchent à rejoindre l'Europe par les côtes italiennes, distantes d'environ 300 km des côtes libyennes.

Plusieurs milliers d'entre eux s’y sont retrouvés bloqués. Ils sont la proie de trafiquants quand ils ne meurent pas en tentant la périlleuse traversée de la Méditerranée. La Libye est régulièrement épinglée par les ONG pour les mauvais traitements infligés aux exilés.

À (re)voir : Libye : des migrants sauvés en Méditerranée marqués par les tortures

Chargement du lecteur...

TV5MONDE : Ne pouvant pas compter sur les autorités libyennes, comment se passent les recherches ? Comment êtes-vous informés de la présence d'une embarcation ?

Claire Juchat : De notre côté, on informe toujours les autorités compétentes de nos opérations. Elles sont mises dans la boucle de chacun de nos gestes. Elles sont au courant.

En général, lorsque nous leur demandons des instructions sur des cas de détresse, nous n’en recevons aucune. Nous sommes livrés à nous-mêmes.

Les autorités nous font parfois attendre jusqu’à 11 jours avant de débarquer. Claire Juchat, chargée de communication à bord de l'Océan Viking de l'association SOS Méditerranée.

Sans informations des autorités, il y a plusieurs moyens de retrouver les embarcations. Nous avons une veille tout au long de la journée aux jumelles pour repérer les embarcations en détresse. Certaines ONG ont des avions de reconnaissance civile. Nous avons également un radar à bord. L’ONG d’assistance téléphonique Alarm Phone relaie certains appels en détresse. 

TV5MONDE : quelle aide attendez-vous de ces autorités ?

Claire Juchat : Le fait d’effectuer des recherches et sauvetage est une responsabilité étatique. Les ONG se sont créées en 2015 suite au désengagement des États en mer. C’est leur responsabilité d’avoir assez de navires et de mettre en place un système adéquat de recherche et sauvetage.

Mais ce désengagement ne s’arrête pas là. Une fois les personnes sauvées, les autorités nous font parfois attendre jusqu’à 11 jours avant de débarquer. Elles sont chargées de nous assigner un lieu sûr. Ces temps sont de plus en plus longs.

Nous attendons également que les États membres et les États associés à l’Union européenne mettent en place une flotte de recherche et de sauvetage adéquate, dirigée par les États. Qu'elle soit capable d'apporter une réponse rapide et adéquate à tous les appels de détresse et de débarquer les personnes rescapées.

Emploi des termes exilés ou migrants

Pour définir l’exil, le Larousse énonce : "Situation de quelqu'un qui est expulsé ou obligé de vivre hors de sa patrie."
 
Une migration désigne un "déplacement volontaire d'individus ou de populations d'un pays dans un autre ou d'une région dans une autre, pour des raisons économiques, politiques ou culturelles."