Info

Sécession des riches ? Ou comment les élites se sont coupées du reste de la population...

Entrée d'HEC Paris ( Ecole des Hautes études commerciales) © Wikipedia
Entrée d'HEC Paris ( Ecole des Hautes études commerciales) © Wikipedia

Dans une note de la Fondation Jean-Jaurès, le politologue Jerôme Fourquet explique comment la société française est mise à mal par un processus "invisible à l’œil nu" qui a conduit les classes favorisées à rompre avec le reste du pays.

dans
Les Français les plus riches  mettent-ils à mal la cohésion sociale ? C'est ce qui ressort d'une note de 13 pages rédigée par le politologue Jérôme Fourquet.  Dans ce rapport, intitulé "1985-2017 : quand les classes favorisées ont fait sécession" l'auteur, également directeur du département Opinions et Stratégies de l'Ifop, décortique les mécanismes qui ont conduit au recul de la mixité sociale dans différents domaines, l'école, l'habitat, les loisirs, les institutions. "Un processus protéiforme s’est mis en place depuis une trentaine d’années, creusant un fossé de plus en plus béant entre la partie supérieure de la société et le reste de la population", précise cette note de la Fondation Jean-Jaurès, publiée le 21 février dernier.

France d'en haut et France d'en bas

Il s'agit "d'un séparatisme social"  de la frange supérieure de la société qui n'assume pas ses responsabilités et conduit à l'érosion des rapports et des interactions avec le reste de la population.  " De manière plus ou moins consciente et plus ou moins volontaire, les membres de la classe supérieure se sont progressivement coupés du reste de la population et ont construit un entre-soi confortable", analyse Jerôme Fourquet. Résultat : les élites sont déconnectées et ont de plus en plus "de mal à comprendre la France d'en bas".
 
Les élites n’ont pas vocation à se mélanger avec les personnes de milieux populaires, mais n’ont même plus l’occasion ou la nécessité de les côtoyer ou de les croiser.
Jérôme Fourquet
En six points, il analyse "les mécanismes de ce séparatisme" entamés dans les années 80. Il souligne d'abord le pardaoxe propre à la France, pays où les inégalités sont moins fortes qu'ailleurs, mais qui voit le modèle républicain détérioré par un repli des catégories supérieures. Un "communautarisme que l'on pointe rarement du doigt" commente un internaute sur Twitter.

Les élites vivent en autarcie

Partant des travaux d'Éric Maurin ou Christophe Guilluy, l'auteur avance que "le choix résidentiel" constitue l'un des marqueurs les plus visibles du recul de la mixité sociale. La hausse des prix de l’immobilier, la tertiarisation du tissu économique des principales métropoles françaises et la gentrification des anciens quartiers ouvriers, ont entraîné,  à partir du milieu des années 80, une réduction considérable de la diversité sociologique dans les grandes villes. "Alors que la part des catégories populaires chutait fortement, celles des cadres et des professions intellectuelles grimpaient en flèche."

C'est le cas dans plusieurs métropoles françaises comme Toulouse, Lyon, Nantes, Strasbourg, mais le phénomène reste plus marqué à Paris où la gentrification est spectaculaire. Comme le montrent, les chiffres éloquents reproduits sur le graphique ci-dessous, les cadres et professions intellectuelles représentaient seulement 24,7 % de la population active parisienne en 1982. Ce taux est passé à  46,4 % en 2013.
 
(C) Capture d'écran de la Fondation Jean-Jaurès
(C) Capture d'écran de la Fondation Jean-Jaurès
Cette surreprésentation des catégories favorisées provoque des déséquilibres sociologiques à Paris. "Leurs membres, non seulement n’ont pas vocation à se mélanger avec les personnes de milieux populaires, mais, souvent, n’ont même plus l’occasion ou la nécessité de les côtoyer ou de les croiser, détaille la note. Les ouvriers et employés (en bonne partie issus de l’immigration) qui demeurent dans la capitale sont cantonnés dans les quartiers d’habitat social situés en bordure du périphérique ou dans une partie de l’Est parisien." 

Déclin des lieux de brassage social

Jérôme Fourquet insiste ensuite sur le déclin des institutions qui assuraient une fonction de brassage social. "Cette ségrégation sociale s’est accompagnée d’une ségrégation scolaire renforcée, avec un choix de plus en plus fréquent des catégories favorisées pour l’enseignement privé." En effet, la proportion des enfants de familles favorisées est désormais deux fois plus importante dans les écoles privées (36 %) que dans le public (19 %). L’écart était beaucoup moins marqué en 1984 : 26 % contre 18 %.
 
Le public des établissements où se forme l’élite de la nation est devenu sociologiquement complètement homogène, ce qui n’était pas le cas dans les années 1960 et 1970.
Jérôme Fourquet
Le recul est tout aussi frappant dans les grandes écoles. Le taux d'élèves issus de millieux modestes dans les quatre plus grandes écoles (l’École polytechnique, l’ENA, HEC et l’ENS) a chuté, passant de 29 % en 1950 à 9 % au milieu des années 1990. "Le public des établissements où se forme l’élite de la nation est ainsi devenu sociologiquement complètement homogène, ce qui n’était pas le cas dans les années 1960 et 1970," précise Jérôme Fourquet.

Le politologue pointe également une autre insitution, le service militaire, qui permettait, avant sa suppression dans les années 90, à  deux tiers des plus diplômés et des garçons issus des milieux les plus favorisés de côtoyer durant plusieurs mois des garçons des catégories populaires. Il ajoute que même les partis politiques ne permettent plus au travers de ses militants à représenter l'ensemble de la population.

L'exemple des colonies de vacances

Un autre lieu de brassage a connu un véritable déclin : les colonies de vacances. Dans les années 60, 4 millions d'enfants y participaient, alors que seulement 800 000 en ont bénéficié en 2016. En cause : "un phénomène de spécialisation où l’on propose des séjours à thème : équitation, astronomie, plongée, musique…, détaille Fourquet. Cette tendance a eu pour effet de renchérir le coût des séjours et de segmenter fortement le public concerné. " Les riches paient des colonies privées sur mesure à leurs enfants qui se retouvent avec des camarades issus du même milieu favorisé, tandis que les classes moyennes, qui dépassent les plafonds pour pouvoir bénéficier des tarifs sociaux, renoncent alors aux colonies pour leurs chérubins.

L' exil fiscal

L'entre-soi des classes les plus favorisées s'exprime par le manquement à leurs responsabilités envers l'ensemble de la société, certains ne participant plus à l'effort de solidarité nationale. L’exil fiscal des contribuables assujettis à l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF)  était de moins de 400 individus par an jusqu’au début des années 2000, avant de passer à environ 800 chaque année depuis près de dix ans. Mais d'après Fourquet "le bouclier fiscal instauré en 2006 puis supprimé en 2011 n’a joué qu’à la marge." "Pour une partie de l’élite sociale, le cadre national est aujourd’hui obsolète et le lien au pays n’est plus fondamental" conclut-il.