Info

"Shutdown" : comment Trump cède (temporairement) face aux Démocrates

Chargement du lecteur...

Donald Trump a finalement renoncé pour un temps au financement de son mur à la frontière mexicaine afin de sortir du "shutdown" le plus long de l'histoire des États-Unis. Devant la colère montante de l'opinion, il a dû céder face aux Démocrates.

35 jours de paralysie du gouvernement, et finalement Donald Trump annonce un accord provisoire avec les Démocrates pour mettre fin à l'impasse budgétaire. 


Je suis très fier aujourd'hui d'annoncer que nous avons trouvé un accord pour mettre fin au shutdown et rouvrir le gouvernement fédéral. Donald Trump, président des Etats-Unis

Fier, mais le visage fermé. Trump n'a pas obtenu le financement pour son mur. Devant la colère montante de l'opinion, il a dû céder face aux Démocrates qui signent leur première victoire depuis qu'ils ont repris le contrôle de la Chambre des représentants en novembre 2018.

Le fait est qu'on a trouvé le meilleur moyen d' aller de l'avant et de débattre de la protection de notre frontièreNancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants

Un succès personnel pour Nancy Pelosi, leur cheffe, et un précédent pour la suite du bras de fer avec les Républicains au Congrès, souligne le chef de la minorité Démocrate au Sénat qui  espère que "le président aura compris la leçon" 

Mais pour l'heure, les 800 000 employés fédéraux privés de salaire respirent.

La réouverture de l'administration américaine vaut en effet jusqu'au 15 février, les négociations se poursuivent d'ici là sur la sécurité à la frontière avec le Mexique. Trump promet de déclencher l'urgence nationale s'il n'obtient pas le financement du mur. Mais s'il peut y recourir sans passer par le Congrès, il serait probablement bloqué en justice. 

Ce qu'il obtient en revanche, dans l'immédiat, c'est de pouvoir s'adresser aux Américains sur l'état de l'Union, une exposition médiatique que lui refusaient la présidente de la Chambre des représentants tant que le gouvernement était paralysé. S'il a cédé, c'est que la contestation montait parmi les fonctionnaires et que les sondages n'étaient pas bons. La pagaille menaçait également dans plusieurs aéroports.