Info

"Solidaires", ministre et collègues rendent hommage à l'agent du fisc tué lundi

Des agents des impôts rendent hommage à leur collègue de Bullecourt tué lundi, le 23 novembre 2022 à Rennes
Des agents des impôts rendent hommage à leur collègue de Bullecourt tué lundi, le 23 novembre 2022 à Rennes
afp.com - Damien MEYER
afp.com - Olivier FENIET, Chloe ROUVEYROLLES-BAZIRE
Des gendarmes enquêtent le 22 novembre 2022 à Bullecourt, dans le Pas-de-Calais, après le meurtre d'un agent du fisc par un brocanteur
Des gendarmes enquêtent le 22 novembre 2022 à Bullecourt, dans le Pas-de-Calais, après le meurtre d'un agent du fisc par un brocanteur
afp.com - FRANCOIS LO PRESTI

Une minute de silence a été observée mercredi midi au ministère de l'Economie et dans des centres des impôts en hommage à l'agent du fisc tué lundi lors d'un contrôle chez un brocanteur, un acte potentiellement prémédité qui a provoqué une vive émotion.

A 12H00 précises, le ministre des Comptes publics Gabriel Attal, le directeur de la Direction des Finances publiques (DGFiP) Jérôme Fournel et plusieurs membres des cabinets ministériels de Bercy se sont alignés en silence face à un portrait de l'agent tué.

Malgré la pluie, des dizaines d'agents du ministère de l'Economie et des Finances étaient aussi présents dans la cour d'honneur de Bercy pour rendre hommage à leur collègue.

A Rennes, une cinquantaine d’agents des impôts se sont réunis dans la cour intérieure de la cité administrative, a constaté un vidéaste de l'AFP.

"Vis-à-vis des collègues qui sont exposés, puis vis-à-vis des proches de nos collègues décédés, ça montre qu'il y a une communauté", a expliqué Christophe Kerguelen, responsable du service des impôts des particuliers de Rennes.

"On est presque 100.000 à la DGFiP, donc c'est bien qu'on soit solidaires, c'est fondamental même", a-t-il ajouté.

Dans la matinée, Gabriel Attal avait reçu au ministère les quatre syndicats représentatifs des Finances publiques.

Les échanges ont duré plus d'une heure et le ministre "était plutôt à l'écoute", a commenté auprès de l'AFP Olivier Villebois pour la CGT Finances publiques.

Des groupes de travail vont être mis sur pied pour travailler à la sécurité des agents lors des contrôles fiscaux, a-t-il ajouté.

Les syndicats ont demandé au ministre de "porter une parole publique forte" contre le "fonctionnaire bashing" et pour renforcer le consentement à l'impôt, complète Anne Guyot-Welke (Solidaires Finances publiques).

"On a eu confirmation d'un soutien psychologique poussé" pour les agents du centre dont dépendait l'agent tué, et de la réactivation d'une cellule d'écoute nationale mise en place pendant la pandémie de Covid-19, s'est-elle félicitée.

Un climat de consensus qui contraste avec l'horreur provoquée lundi soir par la mort du fonctionnaire du fisc.

- Campagne suspendue -

Ce dernier s'était rendu lundi vers 14H00 au domicile du brocanteur de 46 ans, en compagnie d'une inspectrice "pour effectuer une vérification de la comptabilité".

Le brocanteur a alors séquestré les deux agents avant de tuer l'inspecteur puis de se donner la mort par arme à feu, a indiqué mardi le procureur d'Arras, Sylvain Barbier Sainte Marie. La victime, un inspecteur principal des finances publiques âgé de 43 ans, est décédée "de plusieurs coups de couteau portés dans le dos et au thorax".

Sa collègue, 39 ans, est fortement choquée psychologiquement. Elle a été prise en charge par les secours, avant d'être auditionnée.

L'enquête est ouverte des chefs de séquestration et d'assassinat. Le procureur d'Arras estime que l'acte pourrait avoir été prémédité, les liens utilisés pour attacher la victime et sa collègue, dont des colliers de serrage, ayant "été probablement achetés avant les faits", sachant qu'un rendez-vous avait été fixé pour le contrôle.

"A force de critiquer les impôts, ceux qui viennent les chercher (…) ceux qui veulent égalité de traitement devant l’impôt, forcément ils souffrent", s'est agacé mercredi le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez lors d'un déplacement à Bobigny (Seine-Saint-Denis).

L'ensemble des syndicats des finances publiques ont décidé de suspendre leur communication nationale de campagne dans le cadre des élections professionnelles (du 1er au 8 décembre) jusqu'à vendredi.

L'Assemblée nationale a elle observé dès mardi une minute de silence en mémoire de la victime, décrite par ses collègues comme une "figure rassurante, solidaire, un vrai chef d'équipe", selon M. Attal.

Chargement du lecteur...