Info

Sous-marins australiens : la colère de Paris contre Washington

L'Australie rompt un contrat de 56 milliards d'euros avec la France, en conséquence du pacte "AUKUS" signé avec les États-Unis et le Royaume-Uni. Conclu en 2016, le contrat prévoyait la vente de sous marins diesel-électriques français à l'Australie pour 2032. <br />
 Marine des États-Unis via AP
L'Australie rompt un contrat de 56 milliards d'euros avec la France, en conséquence du pacte "AUKUS" signé avec les États-Unis et le Royaume-Uni. Conclu en 2016, le contrat prévoyait la vente de sous marins diesel-électriques français à l'Australie pour 2032. 
 Marine des États-Unis via AP

Les États-Unis ont annoncé mercredi, avec l'Australie et le Royaume-Uni, un vaste partenariat de sécurité dans la zone indo-pacifique. Il comprend notamment la livraison de sous-marins à propulsion nucléaire à Canberra. En conséquence, l'Australie rompt le gigantesque contrat de 56 milliards d'euros, passé auprès de la France en 2016, pour la livraison de sous-marins conventionnels. 

Le choix de l'Australie de se doter de sous-marins à propulsion nucléaire en partenariat avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni, au détriment d'un contrat passé avec l'industriel français Naval Group, est une "décision regrettable", a affirmé jeudi le gouvernement français.

"C'est une décision contraire à la lettre et à l'esprit de la coopération qui prévalait entre la France et l'Australie, fondée sur une relation de confiance politique comme sur le développement d'une base industrielle et technologique de défense de très haut niveau en Australie", a dénoncé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Regarder : La ministre de la mer, Annick Girardin, réagit sur les sous-marins australiens :

Chargement du lecteur...
TV5Monde

"Le choix américain qui conduit à écarter un allié et un partenaire européen comme la France d'un partenariat structurant avec l'Australie, au moment où nous faisons face à des défis sans précédent dans la région Indopacifique (...) marque une absence de cohérence que la France ne peut que constater et regretter", a-t-il ajouté.

"La décision regrettable qui vient d'être annoncée (...) ne fait que renforcer la nécessité de porter haut et fort la question de l'autonomie stratégique européenne. Il n'y a pas d'autre voie crédible pour défendre nos intérêts et nos valeurs dans le monde", a poursuivi le ministère.

Regarder : La ministre de la mer, Annick Girardin, réagit sur les sous-marins australiens :

Chargement du lecteur...
TV5Monde

Le Royaume-Uni dit ne pas vouloir "contrarier" Paris 


Le Royaume-Uni a assuré jeudi ne pas vouloir "contrarier" Paris en scellant avec les Etats-Unis et l'Australie un vaste pacte de sécurité dans la zone indo-pacifique qui a conduit à la rupture d'un contrat de fourniture de sous-marins français à Canberra.

"Nous ne sommes pas partis à la chasse aux opportunités. Fondamentalement, les Australiens ont pris la décision de vouloir une capacité différente", a déclaré le ministre britannique de la Défense, Ben Wallace, sur la chaîne télévisée Sky News. 

La France a déploré jeudi un "coup dans le dos" australien et une décision "brutale" de Joe Biden, à la "Trump", après l'annonce d'un accord stratégique entre Washington, Camberra et Londres. Cet accord a conduit à la rupture du contrat de fourniture de sous-marins français à l'Australie.<br />
Mick Tsikas/AAP Image via AP
La France a déploré jeudi un "coup dans le dos" australien et une décision "brutale" de Joe Biden, à la "Trump", après l'annonce d'un accord stratégique entre Washington, Camberra et Londres. Cet accord a conduit à la rupture du contrat de fourniture de sous-marins français à l'Australie.
Mick Tsikas/AAP Image via AP

"Nous n'avons pas l'intention de faire quoi que ce soit qui puisse contrarier les Français", a-t-il poursuivi. "Les Français comptent parmi nos plus proches alliés militaires en Europe, nous sommes des forces assez importantes et comparables et nous faisons des choses ensemble", notamment dans la lutte contre le terrorisme en Afrique de l'Ouest. 

Selon Ben Wallace, "il ne s'agit pas d'envoyer un message à la Chine" avec ce nouveau partenariat. "Il s'agit de l'Australie qui cherche une nouvelle capacité, parce qu'elle a jugé que son programme d'acquisition actuel pour des sous-marins diesel-électriques ne lui donnerait pas la portée stratégique ou le côté indétectable nécessaire pour avoir un effet dissuasif", a-t-il expliqué sur Times Radio.

Lire : Les Etats-Unis et la Chine étalent leurs désaccords devant les caméras
 


"Il ne s'agit pas d'envoyer un message à la Chine"Ben Wallace, ministre britannique de la Défense

Le pacte "AUKUS"

"Sur la base de notre histoire commune de démocraties maritimes, nous nous engageons dans une ambition commune pour soutenir l'Australie dans l'acquisition de sous-marins à propulsion nucléaire", ont fait savoir les trois partenaires dans un communiqué commun, qui précise qu'il s'agit bien de propulsion, et non d'armement.

"Le seul pays avec lequel les Etats-Unis ont jamais partagé ce type de technologie de propulsion nucléaire est la Grande-Bretagne" à partir de 1958, avait indiqué plus tôt un haut responsable de la Maison Blanche. "C'est une décision fondamentale, fondamentale. Cela va lier l'Australie, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne pour des générations."

Selon ce haut responsable, le pacte "AUKUS" prévoit aussi une collaboration des trois pays en matière de cyberdéfense, d'intelligence artificielle et de technologies quantiques.

La Nouvelle-Zélande, qui interdit ses eaux à tout navire à propulsion nucléaire depuis 1985, a annoncé que les futurs sous-marins de son voisin et allié australien ne seraient pas les bienvenus chez elle.


La coopération entre les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l'Australie en matière de sous-marins nucléaires sape gravement la paix et la stabilité régionales.
Zhao Lijian, porte-parole de la diplomatie chinoise

La Chine en ligne de mire 

La Chine n'a pas été mentionnée dans le communiqué conjoint des dirigeants australien, américain et britannique, qui évoque la "paix et la stabilité dans la région indo-pacifique". Mais il ne fait aucun doute que la nouvelle alliance vise d'abord à faire face aux ambitions régionales de Pékin.

Joe Biden répète depuis son élection qu'il entend se confronter à la Chine, comme son prédécesseur Donald Trump, mais de manière très différente, sans s'enfermer dans un face-à-face.

Mercredi, il a ainsi dit vouloir "investir dans notre plus grande source de force, nos alliances" et vouloir "les mettre à jour pour mieux faire face aux menaces d'aujourd'hui et de demain".

Regarder : Entre la Chine et les Etats-Unis, une rencontre à couteaux tirés
Chargement du lecteur...

Une vente "extrêmement irresponsable" pour Pékin

 

Jeudi, la Chine a qualifié la vente de sous-marins d'"extrêmement irresponsable". 

"La coopération entre les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l'Australie en matière de sous-marins nucléaires sape gravement la paix et la stabilité régionales, intensifie la course aux armements et compromet les efforts internationaux de non-prolifération nucléaire", a déclaré devant la presse le porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian.