Info

Syndrome de la Havane, le mal mystérieux d'anciens diplomates canadiens

Couple de touristes russes se photographiant à la Havane devant le portrait de Che Guevara en novembre 2021.
Couple de touristes russes se photographiant à la Havane devant le portrait de Che Guevara en novembre 2021.
© AP Photo/Ramon Espinosa

Dix-huit diplomates canadiens ayant été en poste à Cuba poursuivent en justice leur gouvernement. Ils affirment souffrir de ce qu’on appelle le syndrome de la Havane qui se manifeste par de violents maux de tête, des troubles visuels et des nausées.

Ce syndrome de la Havane, qualifiés par les administrations américaine et canadienne "incidents de santé", reste toujours inexpliqué. Ces troubles de la santé se sont manifestés à Cuba en 2016. Des diplomates des deux pays, dont certains disent avoir entendu des sons très aigus, ont commencé à se plaindre de migraines, vertiges ou nausées. Des lésions cérébrales ont été diagnostiquées.

Depuis, des cas ont été signalés aussi en Chine, en Australie, en Russie, en Allemagne, en Autriche et même à Washington. Mais l'expression "syndrome de La Havane" est restée.

(RE)lire : Cuba : "Que le gouvernement soit castriste ou pas, il y aura toujours une question d'indépendance vis-à-vis des États-Unis" 

Officiellement, les autorités canadiennes reconnaissent 14 cas, le dernier remonte à décembre 2018. Selon les plaignants il y en a près d'une trentaine. De source proche du dossier, on évoque deux nouveaux cas cette année qui ont entraîné des départs précipités.

Les plaignants réclament au moins 28 millions de dollars (20 millions d’euros) de dommages et intérêts. Leur avocat, Paul Miller dit "continue(r) à recevoir des appels. Nous avons des cas très récents, de 2021".

Impossibilité de travailler

Une diplomate canadienne, qui a vécu quatre ans sur l'île, se rappelle s'être réveillée un matin avec une sensation de vertige et "des saignements de nez importants". "Je n'avais pas saigné du nez depuis que j'étais enfant", témoigne-t-elle, sous couvert d'anonymat. Puis "les symptômes sont devenus bien plus forts" et "j'ai réalisé que je n'étais pas capable de continuer à travailler".
 
Une autre dit avoir "commencé à sentir des vibrations bizarres à l'oreille, vers la même heure chaque soir", quelques semaines après son arrivée à la Havane. Evacuée médicalement, elle raconte devoir désormais porter des lunettes, elle qui n'avait "jamais eu aucun problème de vue" auparavant.

Plusieurs hypothèses ont été évoquées par des chercheurs : attaques par des ondes radio, hystérie collective due au stress, effet des produits chimiques pulvérisés contre les moustiques. Mais aucune n’est vraiment concluante.

Cuba nie toute implication

Les autorités cubaines nient toute malveillance. "Ni la police cubaine, ni le FBI, ni la police royale montée du Canada n'ont découvert de preuves d'attaques à l'encontre des diplomates à La Havane malgré d'importantes investigations", assurait en septembre l'Académie des sciences de Cuba.

À Washington, le dossier est loin d'être clos. Le président américain Joe Biden a signé en octobre une loi sur la prise en charge financière et médicale des employés du gouvernement américain victimes du mystérieux "syndrome de La Havane".

Début novembre, le secrétaire d'État Antony Blinken s'est engagé à "faire toute la lumière" sur le sujet, nommant deux diplomates chevronnés pour coordonner la réponse du département d'État et s'assurer que tout Américain signalant des symptômes reçoive une prise en charge médicale appropriée.

Aucune aide du côté canadien

Du côté des diplomates canadiens concernés, on regrette de ne pas bénéficier de la même attention... et on se demande si la bonne entente avec Cuba n'a pas joué contre eux.

Car si les relations entre Cuba et États-Unis, hormis un bref interlude entre 2014 et 2016, sont marquées par les tensions diplomatiques, celles entre Cuba et Canada sont toutes autres : Ottawa n'a jamais rompu les liens avec La Havane, même après la révolution menée par Fidel Castro en 1959, et est historiquement le premier pourvoyeur de touristes vers l'île.

"Notre ambassadeur nous disait tout le temps « Il n'y a pas de raison de penser que des Canadiens puissent être touchés », en suggérant ainsi que les Américains oui, mais pas les Canadiens", raconte une diplomate. "Notre plus grand reproche, c'est qu'on ne nous a proposé aucune aide", ajoute-t-elle, s'inquiétant que l'ambassade souhaite déjà revenir à un effectif complet, après l'avoir réduit de moitié début 2019.

Ottawa "a donné la priorité à sa relation avec Cuba, par rapport à ses propres citoyens", regrette une autre, se rappelant avoir reçu l'ordre de ne parler à personne, pas même à son médecin personnel, de ses symptômes.

Disparité avec les États-Unis

Par rapport aux États-Unis, la gestion du problème a été "totalement différente", soupire Paul Miller, avocat des victimes.

Le gouvernement américain "fait tout son possible pour s'assurer que (les diplomates touchés) aient un traitement (...) et dit qu'il va essayer de découvrir ce qui s'est passé. Ici, le gouvernement dit « nous ferons tout pour nous occuper de nos diplomates », mais ils ne l'ont pas fait".

(RE)lire : Sommet Canada-Mexique- États-Unis : les "trois amigos" reprennent le dialogue

Dans une réponse écrite envoyée à l'Agence France Presse, le ministère canadien des Affaires étrangères assure "prend(re) très au sérieux la santé, la sûreté et la sécurité des Canadiens" et "continue(r) de surveiller la santé et la sécurité de son personnel diplomatique en poste à La Havane".