Info

Syrie : forces pro-turques et régime pro-syrien face-à-face à Afrine

Chargement du lecteur...
Commentaire Karine Barzégar

Dans le nord-ouest de la Syrie, la Turquie et le régime de Bachar al-Assad s'affrontent dans la région d'Afrine pour le contrôle de ce bastion kurde.

dans

Un convoi hétéroclite de camionnettes cabossées, souvent criblés de balles, arbore fièrement le drapeau syrien. A bord, des combattants pro-régime favorables à Bachar al-Assad. Ils font route vers Afrine, bastion kurde de la province d'Alep. Annoncée dès lundi par la télévision d'Etat syrienne, leur arrivée est suivie par la chaîne arabe Al-Mayadeen : "Dans les prochaines heures, les forces vont entrer dans Afrine pour renforcer la résistance du peuple syrien, du peuple kurde d'Alep et tous ceux qui sont ici à Afrine", annonce le journaliste à l'écran.

Au même moment à 700 kilomètres de là, on parle aussi d'Afrine au Parlement turc lors d'une session aux allures martiales. A la tribune, le président Recep Tayyip Erdogan annonce la prise prochaine de l'enclave kurde :

Cela prend un certain temps de finir les préparations sur le terrain. Le siège du centre-ville d'Afrine va commencer rapidement, dans les prochains jours.
Recep Tayyip Erdogan, président turc


Un siège qui risque de dégénérer en guerre ouverte entre Ankara et Damas, étant donnée la présence de nombreuses milices islamistes pro-turques dans la région,
d'où la mise en garde lundi du chef de la diplomatie turque : "Si le régime entre dans Afrine pour nettoyer le PKK et le PYD alors pas de problème. Mais s'il vient pour protéger les YPG, alors rien ni personne ne pourra arrêter l'armée turque," avertit Mevlut Cavusoglu.

En attendant, Afrine enterre ses morts par centaines. En l'espace d'un mois, l'opération turque "Rameau d'Olivier" a tué près de 200 combattants kurdes des Unités de protection du peuple (YPG).