Info

Témoignage d'un réserviste en Russie : "On a aucune expérience pour faire la guerre en Ukraine"

Poutine vient d'annoncer la mobilisation partielle de 300 000 réservistes dans la guerre en Ukraine. Image d'un centre de recrutement de l'armée dans une ville russe.
Poutine vient d'annoncer la mobilisation partielle de 300 000 réservistes dans la guerre en Ukraine. Image d'un centre de recrutement de l'armée dans une ville russe.
© Image envoyée par Dmitri *

Dimitri * (dont nous avons modifié le nom) est étudiant en médecine en Russie et a fait son service militaire il y a cinq ans. Après l'annonce de la mobilisation  partielle de 300 000 réservistes en Russie ce 21 septembre, il craint d'être envoyé sur le front en Ukraine. Témoignage.

TV5MONDE : comment avez-vous réagi à l'annonce d'une mobilisation  partielle par Vladimir Poutine de 300 000 réservistes ? 

Tout le pays attendait cette déclaration du 21 septembre au soir. Mais personne ne nous a rien dit sur ce qui allait être dit. Nous espérions que Vladimir Poutine ne nous enverrai pas à la guerre, mais nous nous y attendions.

C'est vraiment effrayant parce que le document officiel partagé sur le site du gouvernement ne dit pas vraiment combien de personnes vont être envoyées. Tout le monde a peur ici.

Mon ami a étudié à l'académie militaire pendant 5 ans (...).  Mais il a tiré au stand de tir seulement quelques fois. 

Dimitri * (nom modifié), étudiant en médecine en Russie

TV5MONDE : qui sont les réservistes dont parle Vladimir Poutine. Vous êtes concerné  ? 

Ici, vous avez un service militaire obligatoire. Vous devez aller à l'armée avant ou après l'université, au moins une année entre vos 18 à 27 ans. Je ne voulais pas y aller à 25 ans donc j’ai décidé d'y aller tout de suite, à 20 ans. Je suis donc un potentiel réserviste. 

Qui sont les personnes concernées par l'annonce de Vladimir Poutine ?

Dans son allocution, Vladimir Poutine appelle à la mobilisation de "réservistes militaires", ayant "servi dans les forces armées  et ayant des spécilialités professionnelles militaires spécifiques."

Le ministre de la Défense russe parle de "300 000" réservistes mobilisés. Mais, les Russes ayant déjà fait l'armée, service militaire obligatoire inclu, représentent environ 25 millions d'hommes de 18 à 65 ans. 

Mais c’est de la folie, je ne sais pas me battre. Les militaires non plus ne sont pas prêts à se battre, ils ne savent même pas comment tirer correctement.

Mon ami a étudié à l'académie militaire pendant 5 ans. Il est officier et  lieutenant. Pendant l'académie, il a tiré au stand de tir seulement quelques fois au Ak-47 (fusil d'assault, n.d.lr). Tout comme moi. On a fait l'armée mais on n’a pas aucune expérience pour faire la guerre. 

Ceux qui peuvent faire quelque chose dans la guerre sont déjà en Ukraine.

Nous sommes 25 millions de personnes à pouvoir être appelées à la guerre. 

Dimitri * (nom modifié), étudiant en médecine en Russie

TV5MONDE : la télévision russe parle de 300 000 appelés. Avez-vous peur qu'il y en ait plus par la suite ? 

Je pense qu'il y aura plus de monde, c'est une question de temps. Comme je vous le disais, les documents officiels du gouvernement ne disent pas combien de personnes seront impliquées. 

Mais le gouvernement le sait. Mais ils ne veulent pas effrayer les gens. Nous sommes 25 millions de personnes à pouvoir être appelées à la guerre. 

Les 300 000 mentionnées par la télévision ne représentent même pas 1% des réservistes. C’est une façon de nous rassurer. 

TV5MONDE : avez-vous reçu un document personnellement depuis l’annonce ? 

Je n’ai pas reçu de documents pour le moment. 

Mais, entre août et septembre, nous sommes plusieurs à avoir reçu une lettre du centre de recrutement des armées de Saint-Pétersbourg. Ils nous ont dit qu'ils allaient juste vérifier nos informations et que nous ne devions pas nous inquiéter à ce sujet. Personnellement, j’ai décidé de ne pas y aller. 

En août, Dmitri* (prénom modifié) avait déjà reçu une lettre du centre de recrutement de l'armée, pour l'inviter à "vérifier ses documents."<br />
 
En août, Dmitri* (prénom modifié) avait déjà reçu une lettre du centre de recrutement de l'armée, pour l'inviter à "vérifier ses documents."
 
© Document envoyé par Dmitri*

Pour les autres, ils ont pris leurs noms, leurs numéros de téléphone et d’autres informations personnelles. Certains de ceux qui s’y sont rendus ont été appelés hier pour partir à la guerre.

TV5MONDE : des gens autour de vous pensent à fuir ?  

Les frontières ne sont pas encore fermées. Mais les vols sont trop chers. Certaines personnes fuient en voiture, mais il y a tellement d'embouteillages.

Les jeunes étudient et ils n’ont pas d'argent pour partir à l'extérieur, c'est compliqué de fuir. 

Et ils ne sont pas les seuls à vouloir quitter le pays, les personnes âgées aussi. L’appel à la mobilisation concerne toutes les personnes de 18 à 65 ans ayant déjà fait l'armée.

À l'armée, on n’avait même pas de gants, de produits pour se laver le visage, ni même de papier toilette.

Dimitri * (non modifié), étudiant en médecine en Russie

TV5MONDE : Vous nous avez passé un an à l’armée, comment cela s’est-il passé ? 

Tout le monde dit que notre armée est la plus grande des armées. Tout le monde a peur de notre armée. Mais il n’y a aucune raison de le penser. J'y étais. On n’avait même pas de gants, de produits pour se laver le visage, ni même de papier toilette. Si les bottes qu'ils vous donnent sont trop petites pour vous, tant pis vous devez faire avec. Je recevais un salaire 1000 roubles par mois, soit l’équivalent de 10 euros. C’est rien du tout.

En Ukraine, on ne peut rien faire parce que notre armée n'est pas assez bonne. Je l'ai vu de mes propres yeux. 

TV5MONDE : quel message voulez-vous partager à l’étranger ? 

Il semble qu’en Europe et Amérique, les gens pensent que les gens de mon pays, y compris les jeunes, veulent tuer l'Ukraine, voler leurs terres. Mais c’est faux. Personne dans notre pays ne veut de cette guerre. Encore moins les jeunes.

On nous conseille d’aller dans les rues pour que Vladimir Poutine nous entende. Mais il ne nous entendra pas. Si vous allez dans la rue, il y a plus de policiers que de gens. Nos universités et nos directeurs menacent de nous virer s’ils nous voient assister à une manifestation.

C’est très triste. Je suis un étudiant en médecine et en Russie, si vous voulez devenir médecin, vous êtes lié à l'armée toute votre vie. Quand la guerre commence, les médecins sont appelés dans les maisons de l'armée (centre de recrutement) et ils doivent aller à la guerre. Des amis de mes amis sont partis hier. Ils sont ambulanciers.

À (re)voir : Russie : des réservistes sont mobilisés pour se rendre sur le front ukrainien

Chargement du lecteur...