Info

Thaïlande: comment évacuer les enfants de la grotte ?

Chargement du lecteur...
© TV5MONDE / P.Achard, C. Brachard

Les douze enfants et leur entraîneur de foot ont été retrouvés vivants après avoir passé neuf jours sans nourriture dans une grotte inondée du nord de la Thaïlande. Le défi maintenant pour les secouristes : les remettre en forme et les préparer à une délicate évacuation.

dans
Une vidéo poignante filmée par les sauveteurs montre un groupe d'enfants maigres, vêtus de maillots de football trop grands et maculés de boue. Ils sont réfugiés sur un promontoire étroit entouré d'eau.

"Merci", s'exclame l'un d'eux. Un autre répond "13" quand un des plongeurs à l'accent britannique demande combien ils sont.

Les enfants, âgés de 11 à 16 ans, ont été découverts tard lundi avec leur entraîneur de 25 ans par des plongeurs britanniques, émaciés mais "sains et saufs", à plus de quatre kilomètres à l'intérieur de la galerie.

Le groupe était perché sur un rebord situé loin dans les méandres de cette grotte, située à la frontière avec la Birmanie et le Laos, où ils ont été piégés le 23 juin par la montée des eaux.

Les chances qu'ils puissent être sortis dès mardi étaient minces: le niveau actuel de l'eau implique un parcours sous-marin qu'un plongeur chevronné met six heures à parcourir, ont précisé les secouristes.

Nous confirmons que nous les avons retrouvés sains et saufs. Des médecins vont évaluer leur état de santé. Nous allons les nourrir et les soigner pour qu'ils puissent être en mesure de se déplacer.

Narongsak Osottanakorn, gouverneur de la province de Chiang Rai et chef de la cellule de secours

"C'est inimaginable. Cela fait dix jours que j'attendais cela. Je n'imaginais pas que ce jour arriverait", a réagi le père d'un des enfants disparus.

Mardi, une ligne directe, de plusieurs kilomètres de long, devrait finir d'être installée le long de la galerie principale, afin que les enfants puissent communiquer avec le monde extérieur, notamment avec leurs parents.
Car les parents devront attendre avant de revoir leurs enfants :
les secours vont en effet acheminer quatre mois de vivres et apprendre à plonger au groupe pour les évacuer de ce très sinueux et étroit réseau de galeries.


Apprendre à plonger

Des médecins doivent évaluer la capacité des enfants à plonger. Des équipements de plongée ont été acheminés à l'intérieur, ainsi que des vivres et des médicaments. "Il faut les entraîner... Voyons de quoi ils sont capables", a tempéré le gouverneur.

Dans l'intervalle les sauveteurs continuent de pomper le maximum d'eau de la grotte afin de faciliter leur sortie. Car il s'agit de parcourir plus de quatre kilomètres les séparant de la sortie, en partie inondés.

"Nous nous apprêtons à les évacuer par là où ils sont entrés et pompons le plus d'eau possible afin qu'ils n'aient pas à plonger", ou alors seulement sur une courte distance, a expliqué mardi Anupong Paojinda, porte-parole du ministère de l'Intérieur.

La découverte des enfants a susicité la liesse dans le pays après des journées de recherches difficiles, entravées par des pluies torrentielles. La télévision continue de suivre en direct l'opération.

Les plongeurs ont trouvé les jeunes à quelques centaines de mètres au-delà de "Pattaya Beach", la zone soupçonnée de leur tenir lieu d'abri, qui était elle-même inondée.

"Comme une équipe"

Nopparat Kantawong, l'entraîneur principal du club de foot des enfants, s'est dit certain que le fait que les enfants pratiquaient un sport d'équipe a joué un rôle dans leur survie.

"Je suis si heureux. Nous leur enseignons à s'aimer les uns les autres, comme une équipe", a-t-il dit à la télévision nationale.

Ce n'est pas la première fois qu'un sauvetage souterrain se finit bien, après plus d'une semaine: en 2014 en Allemagne, un homme a pu être secouru dans une grotte après onze jours d'attente. 

En 2012, au Pérou, des mineurs avaient pu être sauvés après sept jours sous terre. Et en 2010, au Chili, des mineurs avaient tenu 17 jours sans nouvelles de l'extérieur.

Mais ici, l'inondation, la raréfaction des poches d'air et le fait que le groupe soit composé d'enfants, plus enclins à la panique que les adultes a priori, avait compliqué la donne.