Info

Tour des Alpes-Maritimes et du Var: Brambilla jubile, Pinot s'inquiète

L'Italien Gianluca Brambilla lors de la 14e étape du Giro, entre Conegliano et Valdobbiadene, le 17 octobre 2020
L'Italien Gianluca Brambilla lors de la 14e étape du Giro, entre Conegliano et Valdobbiadene, le 17 octobre 2020
afp.com - Luca BETTINI

Le 53e Tour des Alpes-Maritimes et du Var cycliste s'est terminé dimanche par le triomphe au général de l'Italien Gianluca Brambilla (Trek-Segafredo), qui s'est offert en solitaire à Blausasc (Alpes-Maritimes) la 3e et dernière étape courte (134,7 km), montagneuse et mouvementée.

Mais contrairement aux deux journées précédentes, le Français Thibaut Pinot (Groupama-FDJ), en reprise, a suivi l'explication finale de très loin.

"Oui, c'était un peu dur aujourd'hui", a confié le grimpeur franc-comtois (50e) qui a coupé la ligne avec plus de douze minutes de retard sur Brambilla. En proie à des problèmes latents au dos, il a aussi sous-entendu que la douleur s'était réveillée. "C'est pas top", a-t-il répondu en faisant la moue. "J'étais venu ici pour avoir quelques réponses. J'en ai. Je ne sais pas si c'est inquiétant. On va en parler tranquillement, pas comme ça. Mais aujourd'hui, ce n'était pas très bon".

Vendredi à Gourdon (Alpes-Maritimes) puis samedi à Fayence (Var), Pinot avait terminé dans le groupe des favoris. Il restait encore en course pour la victoire au général dimanche matin.

Sans Pinot, la Groupama-FDJ a dynamité la course à l'avant, en plaçant trois de ses coureurs dans une échappée au long cours de douze hommes.

A Bruno Armirail la charge de la mener le plus loin possible pour favoriser les desseins de Rudy Molard et Valentin Madouas, qui avaient encore des velléités au général, et à David Gaudu le soin de surveiller les autres favoris dans le peloton.

Mais la stratégie a échoué quand Brambilla a attaqué à trois kilomètres du sommet du col de la Madone de Gorbio, situé à 24 kilomètres du but. Madouas l'a bien suivi, mais le fait qu'il ait collaboré avec l'Italien avant d'être lâché a provoqué le courroux de Gaudu à l'arrivée.

"Le plus fort a gagné", a dédramatisé Molard. "Tactiquement, on s'est peut-être fait avoir. C'est un peu bête mais c'est quand même bien. On ne va pas rester fâchés", a tempéré Gaudu à la descente du podium.

Brambilla a franchi la ligne treize secondes avant le Britannique Tao Geoghegan Hart (Ineos Grenadiers, 2e), l'Australien Ben O'Connor (AG2R Citroën), Rudy Molard et Valentin Madouas, tous issus de l'échappée. Cinq secondes plus tard, le groupe du maillot mimosa Michael Woods, qui comptait à peine cinq unités, arrivait.

Au général, Brambilla l'emporte devant les deux autres vainqueurs d'étape de cette 53e édition: le Canadien Michael Woods (Israel Start-Up Nation) est deuxième à 5 secondes et le Néerlandais Bauke Mollema (Trek-Segafredo) est troisième à 6 secondes. La Groupama-FDJ quitte les hauteurs de Monaco avec un tir groupé (Molard 4e, Gaudu 6e, Madouas 7e) et des questions sur l'état de santé de Pinot (35e).