Info

Turquie : des dizaines d'arrestations lors de la Marche des Fiertés à Istanbul

Les gens célèbrent dans la rue lors d'une marche de la fierté interdite par les autorités, à Istanbul, dimanche 30 juin 2019.
Les gens célèbrent dans la rue lors d'une marche de la fierté interdite par les autorités, à Istanbul, dimanche 30 juin 2019.
(AP Photo/Lefteris Pitarakis)

La Marche des Fiertés LGBTQ+ à Istanbul a une nouvelle fois été violemment perturbée par la police turque, qui a procédé à des dizaines d'arrestations dont celle d'un photographe de l'AFP.

Avant même le début du rassemblement, la police anti-émeutes a effectué une descente musclée dans plusieurs bars du quartier de Cihangir, autour de l'emblématique place Taksim, et a arrêté "au hasard" les personnes qui s'y trouvaient, dont des journalistes et des militants LGBTQ+.

Comme chaque année désormais, la Marche des Fiertés avait été officiellement interdite par le gouverneur de la ville mais des centaines de manifestants brandissant des drapeaux arc-en-ciel se sont rassemblés dans les rues adjacentes à la place Taksim, entièrement fermée au public.

On essaie de nous interdire, de nous empêcher, de nous discriminer et même de nous tuer à chaque minute de notre existence. Mais aujourd'hui, c'est l'occasion de défendre nos droits, de crier qu'on existe: jamais vous n'arriverez à arrêter les queers

Diren, 22 ans

En chantant "L'avenir est queer""Vous ne serez jamais seuls", ou "On est là, on est queer, on n'ira nulle part ailleurs", les manifestants ont ensuite défilé pendant un peu plus d'une heure dans les rues du quartier de Cihangir, soutenus par les riverains postés aux fenêtres.

(Re)lire "Queer Nass", l'exposition photo qui célèbre les identités LGBTQIA+ et racisées

Les personnes arrêtées ont été conduites à bord de deux bus de police vers le principal commissariat de la ville.

"Défendre nos droits"

L'ONG Kaos GL, qui milite pour la promotion et la protection des personnes LGBTQ+, a dénombré "52 arrestations", a rapporté Amnesty International, qui a réclamé leur "libération inconditionnelle et immédiate" sur Twitter.

"On essaie de nous interdire, de nous empêcher, de nous discriminer et même de nous tuer à chaque minute de notre existence" a confié Diren, 22 ans. 

"Mais aujourd'hui, c'est l'occasion de défendre nos droits, de crier qu'on existe: jamais vous n'arriverez à arrêter les queers", ajoute Diren, usant du vocable qui désigne toute forme d'altersexualité et réfute la définition biologique du genre.

Selon plusieurs témoins, la police a tenté d'empêcher la presse de filmer les arrestations. Bülent Kilic, photographe expérimenté et primé de l'AFP, habitué aux zones de conflit, a été menotté dans le dos, le tee-shirt arraché et embarqué avec d'autres dans un fourgon de police. Il avait déjà été arrêté l'an passé dans les mêmes circonstances.

Homosexualité dépénalisée, hostilité du parti islamo-conservateur au pouvoir 

Après un spectaculaire défilé en 2014 de plus de 100.000 personnes à Istanbul, les autorités turques ont interdit la Marche des Fiertés année après année, officiellement pour des raisons de sécurité.

Vendredi 24 juin, la Commissaire européenne aux droits humains, Dunja Mijatović, avait appelé "les autorités d'Istanbul à lever l'interdiction en vigueur sur la Marche des Fiertés et à garantir la sécurité des manifestants pacifiques".

"Les droits humains des personnes LGBT en Turquie doivent être protégés", ajoutait-elle, en réclamant qu'il soit "mis fin à (leur) stigmatisation".

L'homosexualité, dépénalisée en Turquie depuis le milieu du XIXe siècle (1858), n'est pas interdite mais reste largement soumise à l'opprobre sociale et à l'hostilité du parti islamo-conservateur au pouvoir, l'AKP, et à celle du gouvernement du président Recep Tayyip Erdogan.

(Re)voir Turquie : des artistes censurés pour comportements inappropriés

Chargement du lecteur...

Un ministre a traité par le passé les homosexuels de "détraqués".

En 2020, la plateforme Netflix avait été contrainte de renoncer à la production d'une série en Turquie parce qu'elle présentait un personnage gay et n'avait pas obtenu le feu vert des autorités.

La même année, la marque française d'équipements et vêtements sportifs Decathlon avait fait l'objet d'appels au boycott en Turquie pour avoir véhiculé dans ses campagnes des messages de soutien et de tolérance aux communautés LGBTQ+.