Info

Un hommage national : pour qui ? pourquoi ?

Les cérémonies d'hommage national pour les militaires comme les civils se déroulent généralement dans la cour des Invalides à Paris. 
Les cérémonies d'hommage national pour les militaires comme les civils se déroulent généralement dans la cour des Invalides à Paris. 
©AP Photo/Francois Mori

Ce mercredi 28 mars, la France rend un hommage national au lieutenant-colonel Arnaud Beltrame décédé suite à ses blessures lors de l’attaque terroriste perpétrée dans un supermarché du sud-ouest de la France. Pourquoi lui rend-on un hommage national ? A qui est-ce réservé ? 

dans
Au lendemain des attaques terroristes à Carcassonne et à Trèbes du 23 mars, Emmanuel Macron a décidé de l’organisation d’un hommage national en l’honneur du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame. Ce dernier a perdu la vie des suites de ses blessures alors qu’il avait pris la place d’une des otages du supermarché de Trèbes où s’était retranché le terroriste Radouane Lakdim.

La cérémonie se déroule aux Invalides à Paris, ce mercredi 28 mars, dès 10h du matin, en présence de sa famille, et des familles des autres victimes de l’attaque. 

Arnaud Beltrame était un militaire tombé pour la nation et à qui sont habituellement réservés les hommages nationaux. Mais plus seulement. Pourquoi organise-t-on ce genre de cérémonie ? Pour qui ? Et comment ? 
 

Qui décide de l’hommage national ? 

Selon le Journal officiel, la décision revient au président de la République. Emmanuel Macron l’a ainsi annoncé par voie de communiqué, le 24 mars, sur le site de l’Elysée : « le Président de la République a décidé qu’un hommage national serait organisé en l’honneur du lieutenant-colonel Arnaud BELTRAME, qui a fait le don de sa vie pour protéger nos concitoyens. »
 

Où se déroule la cérémonie ? 

Traditionnellement, un tel hommage est rendu dans la cour d’honneur des Invalides, pour les militaires - sauf exceptions - ou cela peut se dérouler au Panthéon, pour les civils comme Antoine de Saint-Exupéry ou Aimé Césaire.  

A l’origine, le roi Louis XIV créée les Invalides pour « les vieux serviteurs, les vieux soldats qui étaient malades, pour leur permettre de terminer leur vie correctement. Ensuite, ce qui a fait des Invalides un lieu d'hommage, a été le moment où les cendres de Napoléon y ont été transférées », explique sur France culture, Christian Amalvi, professeur d'histoire contemporaine à l'université de Montpellier. 

Le président François Hollande a décidé de rendre un hommage national aux victimes des attentats du 13 novembre dans la cour des Invalides, normalement réservée aux hommages rendus aux militaires ou aux civils ayant reçu la Légion d'honneur par exemple. 
Le président François Hollande a décidé de rendre un hommage national aux victimes des attentats du 13 novembre dans la cour des Invalides, normalement réservée aux hommages rendus aux militaires ou aux civils ayant reçu la Légion d'honneur par exemple. 
©AP Photo/Francois Mori


Quant aux civils, il est plus rare de leur rendre hommage dans cette enceinte militaire. Pourtant, le président François Hollande avait choisi les Invalides pour honorer toutes les victimes des attentats du 13 novembre à Paris : « Le président a voulu cette cérémonie aux Invalides du fait du caractère très solennel de cette cour carrée et de ce qu’elle représente dans la mémoire collective », précisait alors le ministère de la Défense, rapporte Le Monde.

Qui peut recevoir un hommage national ? 

Les hommages nationaux sont historiquement réservés au Roi. Il faudra attendre la Révolution pour qu’ils concernent les « serviteurs de la nation ». « A partir du moment où les Invalides sont devenus le tombeau de Napoléon, l'habitude a été prise de rendre hommage aux militaires. Des militaires célèbres y ont leur tombe, Foch ou encore Lyautey », précise sur France culture Christian Amalvi, professeur d'histoire contemporaine.

Ce sont, en effet, ceux qui sont « morts au service de la France dans l’accomplissement de leur mission » qui peuvent recevoir un hommage national. 

Cependant, certaines dérogations existent : « quand des honneurs sont rendus à un civil, c’est parce qu’il avait un passé de résistant ou un haut grade dans la Légion d’honneur », précisait le ministère de la Défense à nos confrères du Monde, lors de l'hommage national rendu aux victimes des attentats du 13 novembre. 

Les deux derniers hommages nationaux rendus à des civils remontent à l’année dernière pour l’écrivain Jean d’Ormesson en décembre et la femme politique Simone Veil en juillet.
 

Comment se déroule un hommage national ? 

L’hommage national peut prendre différentes formes sur décret du président de la République : drapeau en berne, minute de silence, arrêt de l’activité de l’administration pendant un ou plusieurs jours, etc. 

Mais en général la cérémonie suit à peu près le même canevas : honneurs militaires, revue des troupes par le chef de l’Etat, arrivée du cercueil drapé dans l’étendard français, discours des proches, éloge funèbre du président et enfin honneurs funèbres militaires.