Info

Union européenne : la "nécessaire" création d'une force militaire commune en discussion

Des marines américains et des soldats de la Special Purpose Marine Air - Ground Task Force - Crisis Response, fournissent une assistance à un point de contrôle pendant une évacuation à l'aéroport international Hamid Karzaï de Kaboul, le 21 août 2021. 
Des marines américains et des soldats de la Special Purpose Marine Air - Ground Task Force - Crisis Response, fournissent une assistance à un point de contrôle pendant une évacuation à l'aéroport international Hamid Karzaï de Kaboul, le 21 août 2021. 
Sgt. Victor Mancilla (AP)

L'urgence dans laquelle se sont déroulées les opérations d'évacuation à Kaboul a fait brusquement rejaillir le serpent de mer du manque d'autonomie de l'Union européenne en cas de crise. Jeudi 2 septembre, en Slovénie, les ministres européens de la Défense ont notamment discuté de la création d'une force européenne de 5.000 hommes, capable d'intervenir en urgence. Jean-Pierre Maulny, spécialiste des questions de défense (Iris) expose cette ambition. 

« Quel autre événement géopolitique majeur faudra-t-il pour amener l’Europe à viser une plus grande autonomie de décision et une plus grande capacité d’action ? La situation en Afghanistan nous amène à opérer nos analyses et nos choix en fonction de nos conceptions et intérêts géostratégiques. Cette crise afghane nous impose un exercice grandeur nature d’autonomie stratégique. » C’est en ces termes que le président du Conseil européen, Charles Michel, s’est exprimé, dans sa lettre d’information du jeudi 2 septembre, au sortir d’une réunion informelle des ministres européens de la Défense, en Slovénie.

La crise afghane a dominé les débats de la rencontre, consacrée à la « boussole stratégique » européenne (voir plus bas). Le projet, en phase d’élaboration, doit conférer à l’Europe une autonomie en termes de sécurité et de défense. Une thématique d’autant plus actuelle après les chaotiques opérations de rapatriement de ressortissants européens depuis Kaboul.

Avant ces événements, en juin 2021, la création d’une force commune dite de « première entrée », forte de 5.000 hommes et capable d’intervenir urgemment en cas de crise, a été proposée. Les Etats membres se sont fixés le 16 novembre comme date butoir pour décider de son intégration à la « boussole stratégique. »

Pour Jean-Pierre Maulny, directeur adjoint de l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), spécialiste des questions de défense, de l’Europe de la défense et de l’Otan, de l’industrie de l’armement et des ventes d’armes, le cas afghan peut constituer un « déclic » pour l’Europe de la défense. Entretien.

TV5MONDE : Lors de la réunion informelle entre ministres européens de la Défense, la situation afghane a dominé les échanges. La possibilité d’une création d’un corps de 5.000 hommes, dans la cadre de la « boussole stratégique » européenne, a été remise sur la table. A quoi s’attendre le 16 novembre ?

Jean-Pierre Maulny : La France a fait cette proposition d’une force dite de « de première entrée » de 5.000 hommes, en juin dernier, avant les événements de Kaboul. Cette option envisagée n’est donc pas liée à la situation afghane puisqu’elle était sur la table auparavant. Mais il s’avère effectivement qu’elle serait adaptée à la poursuite du pont aérien à Kaboul.

Un Conseil européen des Affaires étrangères se tiendra le 16 novembre. Il s’agira de savoir, à ce moment-là, si oui ou non, on décide de faire figurer la proposition de force de « première entrée » dans la « boussole stratégique. » La condition est que l’ensemble des Etats y soient favorables. Il faudra ensuite vérifier que l’on dispose bien des capacités nécessaires pour l’instituer. Et par capacités nécessaires, j’entends des capacités totalement autonomes, de sorte qu’on ne doive pas faire appel aux Etats-Unis. Si elle est adoptée, il y aura tout un travail d’inventaire des forces en présence pour voir si les capacités sont suffisantes pour la créer ou s’il faut développer des capacités complémentaires.

Le terme de « première entrée » signifie qu’on aura à disposition des capacités plus importantes, notamment, par exemple, en termes d’aviation de combat.

Jean-Pierre Maulny, directeur adjoint de l’Iris, spécialiste des questions de défense

TV5MONDE : En quoi cette force de « première entrée » diffère-t-elle des autres initiatives européennes en la matière, à l’instar des groupements tactiques 1500 (GT 1500), et pourquoi est-elle nécessaire ?

Jean-Pierre Maulny : La force de « première entrée » répond à des scénarios de crise plus importants que ceux des GT 1500. Ceux-ci sont voués à des réactions rapides mais diligentées par les Nations unies.

Le terme de « première entrée » signifie qu’on aura à disposition des capacités plus importantes, notamment, par exemple, en termes d’aviation de combat. Elle doit répondre à des scénarios d’engagement de haute intensité. A ce niveau-là, il y a quand même un besoin réel.

Les groupements tactiques 1500

Les groupements tactiques de 1.500 hommes (GT 1500) sont des bataillons « de réaction rapide disponibles et déployables dans de très brefs délais » en réponse à une situation de crise dans le monde, ainsi décrits par l’Union européenne.

Ils sont fondés « sur le principe de multinationalité et peuvent être formés par une nation-cadre ou par une coalition multinationale d’Etats membres. » Ceux-ci restent en alerte parfois durant plusieurs semestres, avec une durée de mission initiale de 30 jours, pouvant être portée à 120 jours.

Cette initiative franco-britannico-allemande a été créé en 2004 avant d’atteindre sa pleine capacité en 2007.

TV5MONDE : Quelles sont, s’il en est, les réticences à la création d’un tel corps d’intervention commun ?

Jean-Pierre Maulny : Les discussions en cours sur la force « de première entrée » portent plus sur des aspects techniques que politiques. Concrètement, il existe déjà un certain nombre d’initiatives au niveau européen qui ne fonctionnent pas, à l’instar des groupements tactiques 1500 créés en 2004 (initiative franco-britannico-allemande) et composés de 1.500 hommes. 

Les réticences portent plus sur cet aspect que sur l’initiative politique en tant que telle. Si on ne règle pas le problème déjà existant, on va rajouter une couche de force sans pour autant qu’elle ne soit plus efficace. La question que certains se posent est : « Est-ce que ce n’est pas simplement un gadget ? ».

(Re)lire : Défense européenne : un projet récurrent miné par les contradictions

TV5MONDE : Comment expliquer les entraves dans l’utilisation de ces groupements tactiques, qui n’ont jamais été utilisés depuis leur création ?

Jean-Pierre Maulny : Le fait est qu’ils ont été conçus de manière assez rigide avec un système de rotation tous les six mois. Certains pays disposent de groupements tactiques bilatéraux voire trilatéraux. Or, une crise est toujours politique avant d’être militaire. Il faut tout simplement que les pays décident d’engager leurs troupes sur le terrain. Vous pouvez très bien disposer d’un groupement tactique en état d’alerte, mais si le pays qui fournit les soldats à ce groupement décide de ne pas s’engager, alors ce groupement ne peut pas être utilisé. En outre, il y a, au fond, très peu d’opérations militaires de la politique de sécurité et de défense commune depuis plusieurs années.

 (Re)voir : Une armée européenne verra-t-elle le jour ?

Chargement du lecteur...

TV5MONDE : Ce projet a-t-il de réelles chances de concrétisation ?

Jean-Pierre Maulny : Nous verrons le 16 novembre. Mais je pense que oui. On voit mal comment, politiquement, on pourra s’opposer à cette proposition. Il y aura des réticences, pas totalement injustifiées, il faut bien le reconnaître. Mais une telle capacité s’avère néanmoins nécessaire. D’autant que la politique de défense et de sécurité commune a besoin de quelque chose de visible. Ce manque de visibilité est un défaut de la ligne actuelle, notamment parce qu’on emploie, pour des raisons politiques, des termes qui sont incompréhensibles pour le commun des mortels. A commencer par celui de « boussole stratégique ».

La « boussole stratégique » européenne

Le projet de « boussole stratégique » européen, d’initiative allemande, est sur la table des discussions depuis le Conseil européen de juin 2020. Il doit définir les orientations de défense et de sécurité de l’Union européenne et devenir « une véritable feuille de route vers une Europe plus souveraine », comme indiqué dans un communiqué du ministère français des Armées, daté du 27 avril 2021.

« C’est en réalité un livre blanc de la défense, synthétise Jean-Pierre Maulny, directeur adjoint de l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), spécialiste des questions de défense. Elle est composée de quatre paniers dont un consacré à la gestion de crise. Dans celui-ci, l’idée est de rendre beaucoup plus efficace qu’elle ne l’est actuellement, la capacité de l’Union européenne à gérer les crises. Et notamment concernant le processus d’élaboration de décisions sachant qu’il existe un autre panier centré lui sur les capacités militaires [ndlr : la résilience et les partenariats constituent les autres paniers). »

Actuellement en phase de rédaction, le texte final devrait être adopté lors de la présidence française de l’Union européenne, en mars 2022. « Ce document sera théoriquement très important car il viendra combler un vide dans la politique de sécurité et de défense commune, avance M. Maulny. La stratégie globale de 2016 est très peu axée sur la défense, d’autant qu’elle n’a pas été formellement adoptée par les Etats membres. Il n’existe pas de lignes directrices indiquant quels moyens mettre en œuvre dans tel ou tel type de mission avec tel ou tel scénario. »

TV5MONDE : Les récents événements à Kaboul peuvent-il servir de catalyseur à la création d’une force européenne efficiente ?

Jean-Pierre Maulny : La « boussole stratégique » constitue en elle-même déjà un déclic. Mais depuis l’élection de Joe Biden et son mantra, « America is back » (« L’Amérique est de retour »), on sentait que l’appétence d’un certain nombre de pays européens était peut-être un peu moins grande. Cette situation sonne comme une piqûre de rappel. Dans certains cas, la politique de Biden n’est pas totalement opposée à celle de Donald Trump, à l’instar du retrait des troupes américaines d’Afghanistan. On est susceptible de devoir faire face à des comportements unilatéralistes de la part des Américains.

En l’occurrence, les Européens sont confrontés à ce cas de figure et cela doit les obliger à réfléchir à ce qu’ils doivent mettre en place de manière autonome. Il est sûr que tout ce qu’il s’est passé en Afghanistan depuis 20 ans, notamment ces derniers mois et la dernière décision de proroger le pont aérien au-delà du 31 août, doit conduire les Européens à se demander dans quelles circonstances ils seront obligés d’agir de manière autonome et quelles capacités sont nécessaire pour pour tel ou tel type de crise. Donc, effectivement, les événements de Kaboul peuvent être un déclic.

Quand [les Américains] ne veulent pas agir multilatéralement, il faut que l’on puisse intervenir au niveau européen. C’est là qu’on en revient à la force « de première entrée »

Jean-Pierre Maulny, directeur adjoint de l’Iris, spécialiste des questions de défense

TV5MONDE : Doit-on y voir une volonté européenne de s’émanciper de la tutelle américaine voire otanienne ?

Jean-Pierre Maulny : Théoriquement, cela n’a rien à voir avec l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (Otan). Il faut bien voir que la politique de sécurité et de défense commune, ce n’est pas la défense et la sécurité collective. Dans le traité de Lisbonne, il est inscrit que la sécurité collective est assurée par l’Otan, pour les Etats membres qui en font partie.

Au niveau européen, on fait de la gestion de crise. En gros, on traite de tout ce qui ne relève pas d'une attaque contre un Etat membre. Avec la politique de sécurité et de défense commune, on développe des capacités qui sont de facto utilisées au sein de l’UE et de l’Otan.

La question n’est pas celle de la tutelle de l’Otan mais véritablement celle de la relation transatlantique. Qu’est- ce que les Américains font ou ne font pas avec nous ? Quand ils ne veulent pas agir multilatéralement, il faut que l’on puisse intervenir au niveau européen. C’est là qu’on en revient à la force « de première entrée » et l’évacuation de Kaboul où nous devons prendre le relais.

(Re)voir : Afghanistan : fin des évacuations, les contacts sur place "complètement désespérés"

Chargement du lecteur...