Info

Venezuela : la crise politique vue par la diaspora

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE

La crise politique se poursuit au Venezuela et l'opposition est à nouveau dans la rue ce mercredi 30 janvier. Comment les expatriés vivent-ils cette crise loin de leur pays ? Pour certains Vénézuéliens partis à l'étranger, le président autoproclamé par intérim, Juan Guaido représente un espoir. 

Il y a un an, Leonel Nunez a quitté son pays pour travailler ici dans un restaurant à Mexico ce qui lui permet chaque mois d'envoyer près de 700 dollars à sa famille. Pour lui, Juan Guaido est son seul espoir de pouvoir un jour rentrer chez lui.

"Pour moi, il n'y a pas deux présidents, raconte  Leonel Nunez, gérant d'un restaurant vénézuélien. Pour moi, il n'y en a qu'un et c'est Guaido. J'ai donc beaucoup d'espoir, le même espoir que tous les Vénézuéliens partagent, qui est de pouvoir refaire nos valises, les mêmes que celles avec lesquelles nous sommes arrivés ici pleins de rêves, refaire nos valises et les ramener au Venezuela pour continuer à rêver."
  En Equateur, le parcours de Jorvi Olivero n'est pas aussi rose. En attendant de retrouver sa petite fille au Venezuela, il vend des bonbons dans les rues de Quito, en échange de quelques pièces.

"Pour moi, le seul président, c'est Guaido, assure Jorvi Olivero, technicien. Pour moi, Maduro est une fraude, une vraie fraude parce qu'il organise des élections et dit qu'il a gagné avec 80% des votes alors que personne ne l'aime, tout le monde votre contre lui, les commentaires dans la rue...pour moi, c'est de la fraude."

De nombreux Vénézuéliens ont aussi fui vers l'Argentine comme cette jeune femme qui travaille comme serveuse à Buenos Aires. "Guaido m'a redonné un espoir fou, raconte Monica Villarroel, serveuse dans un bar. J'en avais la chair de poule, j'avais envie de pleurer. Parce que pour la première fois, vous voyez qu'il y a un mouvement qui n'est pas seulement au Venezuela. Il n'y a pas que les Vénézuéliens qui sont partis, nous sommes partout dans le monde. Nous sommes dispersés dans le monde et de nombreux pays et gouvernements nous soutiennent, ce qui n'était jamais arrivé auparavant."

Quant à ces musiciens qui aspiraient à faire carrière dans leur pays, ils jouent depuis 10 mois dans les rues de Bogota.

En 4 ans, 2 millions 300 mille personnes ont dû quitter le Venezuela, frappé par une crise économique et politique sans précédent. La majorité vit désormais en Colombie et au Pérou.

> Le point de notre journaliste sur place Julie Decasse alors que l'opposition est à nouveau dans la rue :
Chargement du lecteur...
©TV5MONDE