Info

Venezuela: lente sortie de l'hyperinflation, mais le panier de la ménagère reste léger

Un vendeur de fruits montre une liasse de bolivars et de dollars au Marché municipal de Chacao, à Caracas, le 12 janvier 2022
Un vendeur de fruits montre une liasse de bolivars et de dollars au Marché municipal de Chacao, à Caracas, le 12 janvier 2022
afp.com - CRISTIAN HERNANDEZ

"On dit que l'hyperinflation est terminée, mais chez moi, elle est toujours là", affirme Humberto Reco, retraité de 75 ans, en faisant ses courses au marché populaire de Caracas. Il affirme que les prix continuent de monter dans une économie qui s'est dollarisée.

Après quatre années d'hyperinflation, le Venezuela a enregistré une inflation cumulée de 686,4% en 2021, avec un taux mensuel qui n'a jamais dépassé les 50%, la limite de certains économistes pour parler d'hyperinflation selon la référence dans le domaine, Phillip Cagan, décédé en 2012.

“Selon les chiffres de Cagan, nous sommes en train sortir de l'hyper-inflation. Selon les théories de (Carmen) Reinhart et (Kenneth) Rogoff (économistes américains, ndlr) nous n'y sommes pas encore. Mais, il s'en faut de peu", explique le professeur d'économie de l'Université Métropolitaine Hermes Perez.

Selon les chiffres de la Banque centrale du Venezuela, l'indice des prix a augmenté de 46,6% en janvier et 33,8% en février 2021, mais "seulement" de 7,6% en décembre. La tendance est donc à un ralentissement des hausses.

L'hyperfinflation a commencé en 2017 avec 862% puis a explosé avec... 130.000% en 2018, puis un peu moins de 10.000% en 2019 et 3.000% en 2020.

Humberto Reco lui "ne ressent pas les améliorations" des indicateurs mais subit l'augmentation permanente des prix.

"Ca reste le chiffre (d'inflation) le plus élevé du monde", souligne Hermes Perez, qui précise que le Venezuela est le seul pays d'Amérique latine avec une inflation à trois chiffres.

Pour survivre face à cette hyperinflation, les Vénézuéliens se sont mis à utiliser le dollar. Et, cette dollarisation de l'économie, avec un Bolivar de moins en moins utilisé, a ralenti l'inflation.

Le gouvernement d'inspiration socialiste a lâché du lest sur le dollar, autorisant la circulation du billet vert, symbole de l'impérialisme américain honni.

Il a aussi fait des efforts quant à la réduction du déficit budgétaire ou en assouplissant les taux de change en 2018, ce qui a permis de faire quasiment disparaître l'écart entre le taux officiel et celui au noir.

Toutefois, il faut des réformes plus profondes, estiment la plupart des experts. M. Perez, qui a notamment été en charge du bureau de change de la Banque centrale du Venezuela (BCV), souligne que la BCV doit cesser d'émettre de l'argent pour financer le géant pétrolier public Petroleos de Venezuela (PDVSA) en pleine restructuration après une chute de la production pétrolière.

- "Plus dure" la vie -

Plusieurs experts, estiment que le Venezuela pourrait clôturer 2022 avec une inflation comprise entre 120% et 300%, ce qui serait une amélioration mais resterait encore très élevé.

Mais pour le particulier, ces données macro-économiques, semblent hors réalité. Reco souligne que l’inflation des prix touche aussi les prix en dollars.

"Les gens disent que chaque jour qui passe la vie est de plus en plus dure. +Je dis non !+ A chaque minute c'est plus dur avec un grand D+", plaisante Manuel Quijada, vendeur de légumes de 67 ans, affirmant qu'il doit réajuster ses prix à la hausse chaque semaine.

Selon plusieurs témoins, les prix augmentent même chaque jour sur certains marchés.

L'économiste et directeur du cabinet de conseil Ecoanalitica, Asdrubal Oliveros, estime que le Venezuela enregistre des hausses de prix en dollars supérieures aux normes internationales.

Selon ses études, le coûts des devises a augmenté de 40% en 2021, par rapport à 2020.

Malgré les difficultés, Marina Dusei, retraitée de 62 ans, explique que la situation s'est améliorée les six derniers mois avec un dollar qui est resté dans une fourchette de 4 à 5 bolivars, alors que par le passé le bolivar pouvait dégringoler en quelques heures.

Elle dit qu'il est désormais plus facile d'organiser son budget et de faire des prévisions. Mais comme beaucoup d'habitants de ce pays pétrolier, la crise sans précédent, qui a fait chuter le pouvoir d'achat et le PIB par habitant place désormais le pays au même niveau que Haïti.

"On ne sort plus pour acheter ce qu'on aime mais ce dont on a besoin", dit-elle, avec l'espoir "que les choses vont continuer à s'améliorer".