Info

Vidéo - A bord du navire humanitaire Aquarius, rencontre avec les marins sauveteurs

Chargement du lecteur...
© C. Charbonnier, J. de Gonzague / TV5MONDE

Resté à quai à Marseille depuis le milieu du mois de juin, l’Aquarius, le bateau de l’association SOS Méditerranée, reprend ses missions ce mercredi 1er août. L’ONG créée par des citoyens français, allemands et italiens en 2016 intervient dans les eaux internationales entre la Libye et l’Italie. Des opérations de secours rendues possibles grâce à l’engagement des membres de l'ONG et notamment des marins sauveteurs, tous volontaires à bord du bateau. Rencontre.

dans

A bord du nouveau bateau de sauvetage, l’heure est aux derniers tests et au rodage. En haute mer, le canot assure la navette entre les embarcations en détresse et le navire. Rien ne doit échapper à la vigilance de la dizaine de marins sauveteurs volontaires qui se préparent à accueillir de nouveau des centaines de rescapés.  

Clément est marin sauveteur professionnel et s'est engagé au sein de SOS Méditerranée depuis dix mois. Il effectue des missions de trois semaines en mer et vit l’urgence des opérations de sauvetage, entre grands moments d’humanité et détresse.
 

On peut se préparer de plein de manières, mais on ne sera pas vraiment préparé à ce qu’on va vivre. La première image qui me vient à l’esprit c’est quand même la première personne que j’ai vu se noyer, forcément, ça m’a bien marqué.

Clément, marin sauveteur à bord de l’Aquarius. 

"Il y a une autre image qui m’a bien marqué, d’un sauvetage critique eoù beaucoup de personnes se sont retrouvés dans l’eau en train de se noyer. Une des personnes du bateau qu’on était en train de secourir nous a aidés à aller chercher des gilets de sauvetage dans l’eau, des personnes en train de se noyer, là où nous, on ne pouvait pas être", ajoute Clément, marin sauveteur à bord de l’Aquarius. 

1 500 personnes mortes en  Méditerranée

Depuis le début de l’année, 1 500 personnes ont perdu la vie en Méditerranée. Ces dernières semaines, les autorités italiennes et maltaises ont refusé d’accueillir les rescapés. Incompréhensible pour l’équipage.
 

Je viens d’une terre de marin, je suis breton. On m’a toujours dit et on m’a toujours rabâché qu'en mer, on est solidaires.

​Tanguy, adjoint du chef de bord de l’Aquarius.

"On m'a toujours rabâché qu'on ne se laissent pas tomber les uns, les autres, que le sauvetage est un devoir qui n’est pas discutable, quelques soient les conditions, quelques soient les gens à secourir. C’est un devoir et c’est un dû", ajoute ​Tanguy, adjoint du chef de bord de l’Aquarius.

En attendant le départ, l’inventaire se poursuit. Ici les femmes et les enfants recevront les premiers soins. Depuis 2016, l’association a secouru quelques 30 000 personnes tentant de traverser la Méditerranée.