Info

Vidéo - Corées : première rencontre entre Pyongyang et Séoul depuis deux ans

Chargement du lecteur...
Récit Pascale Achard, montage Anthony Krizic
©TV5MONDE

Une nouvelle ère a-t-elle débuté entre les deux Corées ? Après l'exacerbation des tensions issues de la poursuite du programme nucléaire de Pyongyang d'une part et des échanges véhéments entre Pyongyang et Washington de l'autre, une première rencontre directe a eu lieu ce 9 janvier entre représentants des deux voisins coréens. Séoul évoque une volonté d'apaisement.

dans
Sourires et poignées de mains. Ambiance reprise de contact, plutôt détendue, à Panumunjom ce mardi, petit village frontalier de la Zone démilitarisée (DMZ), qui divise la péninsule entre les deux Corées depuis la signature du cessez-le-feu en 1953.

La délégation nord-coréenne a traversé à pied la ligne de démarcation militaire pour se rendre à la Maison de la paix, le lieu des entretiens côté sud-coréen, à quelques mètres de l'endroit où un transfuge a fait défection voici deux mois sous une pluie de balles.

Le ministre sud-coréen de l'Unification Cho Myoung-Gyon et le responsable de la délégation nord-coréenne Ri Son-Gwon se sont serré la main avant d'entrer dans le bâtiment, puis de nouveau à la table des négociations.

Conformément aux usages nord-coréens, M. Ri arborait un badge orné du portrait du père fondateur de la Corée du Nord, Kim Il-Sung, et de celui de son fils et successeur Kim Jong-Il. M. Cho, lui, portait un badge aux couleurs sud-coréennes.
 

Négociations militaires annoncées


A la mi-journée, Séoul a annoncé que les deux parties convenaient de tenir des négociations militaires pour abaisser la tension. 

Séoul affirme également qu'une délégation nord-coréenne se rendra en Corée du Sud où se tiennent les JO d'Hiver en février prochain.
 

Athlètes nord-coréens aux JO de Pyeongchang ? 


Ces pourparlers font suite à la main tendue le jour du Nouvel An par le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un qui a évoqué une participation de Pyongyang aux prochains jeux Olympiques d'hiver en Corée du Sud.

Pyongyang s'est déclaré prêt à envoyer des athlètes et une délégation de haut rang aux prochains jeux Olympiques en Corée du Sud, lors d'un exceptionnel face-à-face après les tensions provoquées par les ambitions nucléaires de Pyongyang.

En même temps que ses sportifs, le Nord "a proposé" d'envoyer aux JO de Pyeongchang (9 au 25 février) une délégation de haut niveau, des supporteurs, des artistes et une équipe de démonstration de taekwondo, a expliqué à la presse le ministre adjoint sud-coréen à l'Unification Chun Hae-Sung.
 

Liaisons téléphoniques rétablies


Après avoir remis en marche la ligne téléphonique civile de Panmunjom mercredi dernier, les deux camps ont par ailleurs décidé de rétablir une liaison téléphonique militaire coupée en février 2016 après que Séoul eut suspendu les opérations sur la zone industrielle intercoréenne de Kaesong pour protester contre le détournement par le Nord des revenus de ce complexe pour financer ses programmes balistique et nucléaire.

L'objectif déclaré est d'améliorer la communication entre les armées de ces deux pays toujours techniquement en guerre.
 

Familles séparées bientôt réunies ?  


Séoul a profité de cette première rencontre en plus de deux ans pour demander que soit organisée parallèlement aux jeux d'hiver une réunion des familles séparées par la guerre (1950-53), l'un des héritages les plus douloureux du conflit.
 

Offrons au peuple un cadeau précieux pour le Nouvel an. On dit qu'un voyage entrepris à deux dure plus longtemps qu'un voyage solitaire.

Ri Son-Gwon, responsable de la délégation nord-coréenne.



L'atmosphère semblait plus détendue qu'à l'ordinaire. "Le peuple souhaite ardemment voir le Nord et le Sud aller vers la paix et la réconciliation", a répondu le Sud-Coréen.

Un ton qui tranche singulièrement avec la rhétorique en usage ces derniers temps, avec les insultes personnelles et les menaces de guerre échangées par le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un et le président Donald Trump.

Depuis deux ans, la situation sur la péninsule s'est dégradée, le Nord menant trois nouveaux essais nucléaires et multipliant les tirs de missile. Séoul s'efforce de présenter les JO qui auront lieu à tout juste 80 kilomètres de la DMZ comme les "Olympiades de la paix", mais pour que l'expression prenne son sens, la participation du Nord est essentielle.