Info

Vidéo - Francophonie : "En Arménie, le français est encore stéréotypé"

Ani Yeganyan, étudiante en master de recherche de psychologie, à Paris. 
Ani Yeganyan, étudiante en master de recherche de psychologie, à Paris. 
©L. BARON / TV5MONDE

Ani Yeganyan, 29 ans, est psychologue clinicienne et poursuit ses études en France. Pour elle, la francophonie est l'opportunité de renforcer les échanges culturels entre sa patrie, l'Arménie et la France, son pays de résidence dont elle chérit la musicalité de la langue. Premier volet de notre série de portraits de jeunes francophones en vue de la Conférence internationale pour la langue française et le plurilinguisme organisée à Paris les 14 et 15 février.

dans

"Je pense que j’ai toujours eu une attirance pour la France et cette langue que je trouve très musicale. C’est grâce aux vieilles chansons françaises que j'entendais en Arménie. J’ai grandi en écoutant Edith Piaf, Charles Aznavour ou encore Joe Dassin. Ce sont des chansons que l’on entend toujours. Elles véhiculent avec cette langue un romantisme que l’on a envie de découvrir en venant ici en France", nous confie-t-elle dans le salon de la Maison des étudiants arméniens. C'est là qu'elle vit.

Le bâtiment se dresse au sein du campus polyglotte de la Cité internationale universitaire qui accueille des étudiants du monde entier. "Nous faisons tous l'effort de parler français entre nous", assure Ani, très à l'aise dans cette langue. Elle parle aussi russe et anglais.

La Cité internationale universitaire, c'est quoi ? 

  • Au lendemain de la Première Guerre mondiale, André Honnorat, ministre de l’instruction publique, imagine une "cité" pour héberger les étudiants du monde entier à Paris. Un lieu qui doit participer à construire "un monde de paix" et "où la jeunesse apprendrait "à vivre ensemble".
  • Chaque "maison" illustre souvent l'architecture du pays qu'elle représente.
  • Aujourd'hui, la cité internationale univeritaire compte 12 000 étudiants, chercheurs et artistes de 140 nationalités différentes.

Le français, une langue familière

Ani doit son aisance en français à 10 ans d'apprentissage depuis son arrivée en France. "Sa complexité ne m’a pas découragée ou fait abandonner pour autant", assure-t-elle. "Au début, quand j’écrivais des messages à mes amis, j’attendais plus leurs corrections en retour que leur réponse proprement dite. C'est comme ça que je me suis améliorée. Quand je suis arrivée, je ne comprenais rien du tout. Et avec les Français qui ne sont pas très forts en anglais, ça ne facilitait pas les choses. Je me suis dit que c’était plus facile que j’améliore mon français. Alors je me suis lancée. 
 

Je ne la parlais pas mais la langue française résonnait toujours autour de moi par les chansons, les livres...  

Ani Yeganyan

Ani Yeganyan arrivait alors de Russie où elle était partie vivre avec sa famille une dizaine d'années. A 29 ans, elle poursuit ses études en France. En deuxième année de Master de recherche en Psychologie, elle envisage, ensuite, de faire une thèse. 

"Avant d’arriver en France, je n’avais aucun lien avec le français. Je ne le parlais pas mais il résonnait toujours autour de moi par les chansons, les livres... C'est une langue familière mais c’est nouveau d’apprendre le français en Arménie parce qu’à l’époque de l’URSS le russe dominait. Aujourd’hui, les langues européennes prennent beaucoup plus de place. Petite, j’imitais le français en copiant les intonations, sans connaître la langue. Quand nous vivions en Russie, mes amis à l’université suivaient des cours de français. Dès que j’en avais le temps, j’allais dans leurs cours pour écouter cette langue que j’ai toujours adoré entendre.

L'Arménie, membre de la Francophonie

Sa maîtrise de la langue française, pourrait permettre à Ani Yeganyan de poursuivre sa carrière professionnelle en France. "Je n’ai pas de projet de retour définitif en Arménie. Mais j’aimerais créer plus de liens entre la France et mon pays. Notamment dans mon domaine de la recherche en psychologie au travers d'organisation de conférences."
 

En Arménie, c’est sûr que le français est encore stéréotypé.

Ani Yeganyan

Des échanges qui sont, pour elle, la définition même de la francophonie : "Pour moi, cela signifie avoir une langue commune mais c'est avant tout créer un lien entre des gens de différents pays au niveau économique, culturel, touristique, commercial… C’est faire connaître la France aux Arméniens et faire connaître l’Arménie en France."

Une manière peut-être aussi de mettre à bas certains clichés : "En Arménie, c’est sûr que le français est encore stéréotypé. Quand on parle du français, c'est à travers des chansons, la langue de l’amour... "

"Maintenant que l’Arménie est devenu un pays membre permanent de l’Organisation Internationale de la Francophonie depuis 2004 [et prendra la présidence de la Francophonie après l'organisation à Erevan du prochain sommet de la Francophonie, ndlr] ça peut faciliter les choses. L’anglais c’est très bien, c’est international et maîtrisé par de nombreuses personnes mais il n’y a pas que l’anglais. On n’est pas obligés de parler anglais parce qu’économiquement les Etats-Unis sont importants.

Chargement du lecteur...
©L.Baron, V. Perez / TV5MONDE

=> Voir les autres portraits d'étudiants francophones : Francophonie : l'actualité de la langue française dans le monde