Info

Vol MH17 : la Russie accusée, Poutine dément

Chargement du lecteur...
© TV5Monde

La Russie rejette les conclusions de l'enquête internationale qui attribue à un missile russe l'explosion en vol de l'avion de la Malaysia Airlines au dessus de l'Ukraine, le 17 juillet 2014. L'explosion avait fait 298 morts, en majorité néerlandais et australiens. Pour Vladimir Poutine, le missile n'était pas russe.

dans

L'enquête dure depuis plus de 4 ans et elle pourrait bientôt toucher à sa fin. Le groupe international chargé d'étudier les circonstances de l'accident du Boeing MH17 a rendu
ces dernières conclusions ce jeudi 24 mai :

Après un important travail de comparaisons de différents types de missiles, le groupe d'enquêteurs internationaux est arrivé à la conclusion que le missile qui a abattu l'avion MH17 provenait de la 53ème Brigade de missiles antiaériens basée à Koursk en Russie.

Wilbert Paulissen, directeur de l'unité de recherche de la police nationale

C'est donc un missile russe qui aurait abattu le Boeing MH17, le 17 juillet 2014. 298 victimes étaient à déplorer, en majorité hollandaises. En analysant les restes de l'arme, les enquêteurs ont pu identifier sa provenance et déterminer l'appareil utilisé, un système de missile anti-aérien de l'armée russe. Ils ont ensuite minutieusement retracé le parcours emprunté par le convoi militaire. De la base militaire de Koursk en Russie jusqu'au point de tir, dans l'Est de l'Ukraine. Une région en proie à d'intenses combats entre séparatistes pro-russes et forces ukrainiennes. 

Moscou continue de nier toute implication, rejettant la faute sur les autorités ukrainiennes. Jeudi 24 mai, à Saint-Petersbourg avec Emmanuel Macron, Vladmimir Poutine feint même quelques instants de ne pas savoir de quel avion il s'agit : "De quel avion s'agit-il ? Ah oui...Nous avons travaillé toute la journée, je ne connais pas les détails de ce rapport."

Les autorités néerlandaises ont quant à elles officiellement reconnu la Russie comme responsable de l'accident via une déclaration du ministre des Affaires étrangères.  Reste maintenant à identifier les auteurs exacts du tir mortel.

La justice hollandaise a annoncé mettre en place un programme d'assistance et de protection des témoins, pout tous les citoyens russes qui accepteraient de témoigner devant la cour.