Info

[À vrai dire...] Après la victoire des Bleus, faut-il vraiment s'attendre à des retombées positives pour la France ?

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE / Antoine Fonteneau, Lionel Bellon

Beaucoup de Français ont été emballés par la victoire des Bleus à la Coupe du Monde de football 2018 et par la liesse populaire qui a suivi. L'événement a eu un effet immédiat sur leur optimisme dans l'avenir. Mais, contrairement à ce qu'espère le ministre de l'Economie, difficile d'attendre un coup de pouce à la croissance.

dans

Bruno Le Maire, le ministre français de l'Economie affirmait, avant même la finale, que la croissance française allait profiter d'une éventuelle victoire à la Coupe du monde :


Je me dis que c'est bon pour la croissance. Je ne peux pas vous chiffrer les points de PIB mais c'est bon pour la croissance. Une croissance économique, ça repose sur de la confiance et une victoire en Coupe du monde, ça donne de la confiance en soi aux Français.Bruno Le Maire, 11 juillet 2018


Pour 2018, on attendra la fin de l'année pour juger. Mais on peut remonter à 20 ans en arrière pour vérifier si les Champions du monde de l'ère Zidane ont agi en faveur de l'économie.


Un effet sur le PIB ?


A l'époque, après deux premiers trimestres à presque 1% de croissance, celui juste après la finale, a vu un PIB un peu moins en forme. Le taux de croissance a même continué à se contracter jusqu'en avril 1999.

Un ralentissement tout à fait comparable à ce qu'ont connu les 35 autres pays de l'OCDE à l'époque. La France est pile dans la moyenne ; difficile d'y trouver un effet "champions du monde".

Plus récemment, la victoire de l'Espagne en 2010 n'a pas empêché au pays de sombrer lourdement dans la récession. 

En Allemagne, il y a 4 ans, la croissance avait quand même légèrement dépassé la moyenne de l'OCDE deux trimestres après le titre mondial.

D'autres effets positifs sont-ils possibles ?

Au moins un autre effet a été mesuré immédiatement : celui de l'optimisme des Français. Au lendemain de la victoire des Bleus en finale, un sondage Odoxa a montré un bond spectaculaire de 21 points de la "cote de confiance en l'avenir".

Cette euphorie va-telle se transformer en boom des naissances dans neuf mois ? Pas sûr du tout. Il y a 20 ans, on avait plutôt constaté une chute du nombre de bébés en avril 1999, neuf mois après la première étoile du foot français.

Un espoir peut-être pour les politiques : la cote de popularité du président Jacques Chirac avait connu une embellie durable à partir de juillet 98 selon l'historique de l'institut Sofres.  Pour Emmanuel Macron, c'est mal parti. Le baromètre réalisé le 16 juillet 2018 par Odoxa pour franceinfo affiche même une baisse.