Info

Wall Street, fragilisée par un rapport sur les prix, ouvre en baisse

Des tradeurs au New York Stock Exchange, le 7 novembre 2018
Des tradeurs au New York Stock Exchange, le 7 novembre 2018
afp.com - Alex Wroblewski
dans

Wall Street a ouvert en baisse vendredi dans le sillage d'un indicateur sur les prix en progression, les indices s'apprêtant toutefois à clôturer la semaine sur une forte avancée.

Vers 15H15 GMT, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, perdait 0,59%, à 26.037,58 points.

L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, lâchait 1,21%, à 7.439,89 points.

L'indice élargi S&P 500 abandonnait 0,79%, à 2.784,58 points.

La Bourse de New York avait fini en ordre dispersé jeudi après une envolée la veille, provoquée par la satisfaction des acteurs du marché de laisser l'incertitude relative aux élections de mi-mandat derrière eux: le Dow Jones avait pris 0,04% et le Nasdaq perdu 0,53%.

De fortes hausses dans les prix des biens alimentaires et du carburant ont fait monter l'indice des prix à la production (PPI) en octobre à 0,6% sur un mois, sa plus forte progression depuis plus de six ans. Sur un un, l'indice est monté à 2,9%, au plus haut depuis juillet.

"Ce genre de nouvelle alimente les inquiétudes quant à la répercussion de l'inflation sur les consommateurs", a signalé Patrick O'Hare, de Briefing.

Elle s'inscrit en outre dans un contexte plus général: les hausses des coûts et des prix font partie des principaux enseignements de la saison en cours des résultats trimestriels des entreprises américaines.

Cette situation peut alimenter une politique de hausses de taux plus agressive de la banque centrale américaine (Fed), gardienne du temple de l'inflation, bien qu'elle soit restée muette sur une hausse de taux jeudi à l'issue d'une réunion.

Toutefois, la Fed, et donc les investisseurs à Wall Street, sont davantage sensibles aux prix à la consommation, qui doivent être publiés mercredi.

- Disney profite de ses films -

Plusieurs observateurs du marché relevaient également des statistiques inquiétantes de l'économie chinoise sur les prix et le marché automobile, liées notamment à la guerre commerciale avec les Etats-Unis, comme raison de la baisse à Wall Street vendredi matin.

De bras de fer commercial, il en sera question vendredi alors que l'administration américaine reçoit deux hauts responsables chinois pour une rencontre qui devrait permettre de dire si l'heure est bien à l'apaisement, trois semaines avant un tête-à-tête Trump-Xi.

Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt américain sur la dette à 10 ans reculait à 3,211%, contre 3,237% jeudi soir, celui de la dette à 30 ans baissait à 3,408%, contre 3,434% la veille.

Malgré le recul de vendredi, les marchés se préparaient à terminer la semaine sur une forte avancée, les indices Dow Jones et S&P 500 ayant pris environ 3% depuis lundi.

Parmi les valeurs du jour, le groupe Disney (+2,93%), qui est en train de racheter en partie le groupe 21st Century Fox, a publié jeudi des résultats trimestriels et annuels meilleurs que prévu, portés par des succès en salles comme "Black Panther" ou "Avengers: Infinity War".

L'éditeur de jeux vidéos Activision Blizzard plongeait de 13,96%, après avoir fait part de prévisions sous les attentes des analystes lors de l'annonce de ses résultats jeudi soir.

Procter and Gamble montait légèrement (+0,32%). Le groupe a annoncé jeudi une réorganisation de ses activités en six divisions, effective en juillet.

Goldman Sachs perdait 0,89%. L'ancien PDG de la banque, Lloyd Blankfein, est le "haut responsable" évoqué par les autorités américaines comme ayant rencontré une personne au coeur du vaste scandale de corruption impliquant le fonds d'investissement public malaisien 1MDB, a affirmé jeudi le Financial Times.