Info

Wall Street recule à l'ouverture, la guerre commerciale pèse

Wall Street baisse à l'ouverture, à nouveau inquiète de l'absence d'une perspective d'accord commercial entre Pékin et Washington
Wall Street baisse à l'ouverture, à nouveau inquiète de l'absence d'une perspective d'accord commercial entre Pékin et Washington
afp.com - Johannes EISELE

Wall Street baissait à l'ouverture vendredi, à nouveau soucieuse de l'absence de perspective d'accord commercial entre Pékin et Washington, le marché réagissant par ailleurs peu au report de taxes punitives américaines sur l'automobile.

L'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, baissait vers 14H30 GMT de 0,12%, à 25.831,59 points, et l'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, de 0,31%, à 7.873,62 points.

L'indice élargi S&P 500 reculait de 0,19%, à 2.870,94 points.

La Bourse de New York avait terminé dans le vert jeudi, portée par les résultats meilleurs que prévu de Cisco et Walmart et des indicateurs américains encourageants dans un marché continuant à surveiller les tensions sino-américaines: le Dow Jones avait gagné 0,84% et le Nasdaq 0,97%.

Les investisseurs "perçoivent une escalade" dans le bras de fer commercial opposant les Etats-Unis à la Chine, ont commenté vendredi les analystes de Wells Fargo.

Plusieurs observateurs du marché relevaient des informations de presse, notamment chinoises, évoquant un positionnement désormais plus combatif de Pékin pour expliquer le retour des inquiétudes à Wall Street.

Chris Low, économiste en chef de FTN Financial, évoquait notamment l'hypothèse que Pékin effectue un grand plan de relance visant à effacer les effets de la guerre commerciale qui dure depuis presque un an, une action qui lui permettrait d'affronter encore Washington de longs mois.

Cette situation survient alors que la Chine a déjà sorti les griffes lundi, répliquant à de nouvelles taxes douanières américaines par une salve de tarifs douaniers punitifs sur 60 milliards de dollars de marchandises américaines importées.

- Starbucks chinois -

Le ton combatif de Pékin est même visible au-delà des cercles économiques, les médias officiels chinois commençant à adopter une rhétorique au ton guerrier, à l'instar de la télévision publique CCTV qui diffuse de plus en plus de films de guerre au ton anti-américain.

Les courtiers accordaient dans le même temps peu d'importance au report par les Etats-Unis de droits de douane supplémentaires dans le secteur automobile, cette annonce étant attendue depuis le milieu de semaine.

Le président américain, Donald Trump, a confirmé vendredi qu'il accordait jusqu'à six mois de répit, notamment à l'Union européenne et au Japon.

Parmi les valeurs du jour, la chaîne de cafés Luckin Coffee qui ambitionne de détrôner Starbucks en Chine d'ici la fin de l'année devait faire ses premiers pas en Bourse vendredi.

Les dirigeants de la société chinoise ont sonné vendredi matin la cloche qui marque le début des échanges sur la Bourse du Nasdaq. Le groupe sera coté sous le symbole LK après avoir levé 561 millions de dollars.

L'application de partage de photos Pinterest cotée à Wall Street depuis un mois plongeait de 11,28% après la publication de ses résultats trimestriels laissant apparaître des prévisions annuelles décevantes et des perspectives sombres quant à de potentiels profits.

Le géant de l'internet chinois, Baidu, coté à Wall Street, chutait de 14,48%. Le groupe a enregistré au premier trimestre ses premières pertes trimestrielles depuis 2005, le leader du moteur de recherche en Chine peinant à faire face au ralentissement économique.

Sur le marché obligataire, le taux sur la dette à 10 ans des Etats-Unis reculait à 2,389%, contre 2,394% mercredi soir.

  1. Nasdaq