Info

Washington sanctionne les oligarques russes

Chargement du lecteur...
Antoine Delpierre @ TV5Monde

L'Administration Trump a pris, vendredi 06/04, de nouvelles mesures visant à punir Moscou pour ses interférences dans l'élection présidentielle américaine. La Russie promet une «réponse forte».

 

dans

Officiellement le Conseil de sécurité réuni hier à Moscou n'avait rien à voir avec l'affaire, pourtant, autour de la table,  le secrétaire même de ce Conseil fait parti des inscrits sur la nouvelle liste des sanctions américaines contre plusieurs dignitaires russes.
Il s'agit de Nikolai Patrouchev, un ancien des services secrets visiblement peu atteint par la décision américaine : "J'ai seulement appris maintenant de vous (journalistes) que j'ai été inclus dans la liste américaine... Eh bien, je suis aussi dans d'autres listes, cela signifie que j'existe et néanmoins, nous sommes actifs, nous sommes actifs sur le plan international, nous sommes efficaces, je visite de nombreux pays différents. "

Mais cette fois-ci Washington est allé plus loin : Vladimir Bogdanov le patron de l'une des principales société pétrolière russe, Viktor Vekselberg et Oleg Deripaska tous deux têtes d'affiches du secteur énergétique ou encore Alexei Miller le patron de l'entreprise publique Gazprom ... au total sept oligarques et leurs douze sociétés ainsi que dix-sept hauts responsables gouvernementaux voient leurs avoirs gelés aux États-Unis et se retrouvent interdit de faire des affaires avec n'importe quelle société américaine.

" Ce ne sont pas des sanctions contre le peuple russe, mais des sanctions contre une très petite clique de fonctionnaires corrompus qui se sont enrichis grace à ce régime. "Jamie Kirchick , analyste à Brookings Institute
En visant son premier cercle l'administration américaine envoie un message clair à Vladimir Poutine mais aussi à Donald Trump jugé trop timoré par les Démocrates. A Washington, la porte-parole de la Maison Blanche a précisé que le président américain n'avait pas renoncé malgré ces nouvelles sanctions à rencontrer Vladimir Poutine.