Info

Yémen : l'émissaire de l'ONU en visite dans un pays où des milliers d'enfants sont morts de faim

Chargement du lecteur...
commentaire : Sophie Golstein

L'émissaire de l'ONU au Yémen Martin Griffiths se rend ce vendredi 23 novembre 2018 à Hodeida, au Yémen, ville toujours sous contrôle insurgé. Objectif : obtenir une accalmie durable avant les consultations de paix prévues début décembre en Suède.

Abdel Rahman a 5 ans... Il est l'un des visages du drame qui frappe la population yéménite, prise en otage dans la guerre que se livrent l'Arabie Saoudite et ses alliés d'une part et les insurgés Houthis, pro-iraniens, de l'autre, depuis 2015. 

Abdel Rahman souffre de malnutrition aigüe. Il est hospitalisé à al-Khokha, dans la province de Hodeida. 

A ses côtés, sa mère, impuissante. 
 

Nous avions une vache puis nous l'avons vendue. Nous ne pouvions plus donner de lait à notre fils, à part le lait industriel que j'achetais. Mais cela ne lui donnait aucune force.
Nadia al-Nahari, mère d'Abdel Rahmane.

Des enfants qui souffrent de malnutriution aigüe, des familles impuissantes, le Yemen en regorge ...

85 000 enfants seraient morts de faim ou de maladie depuis l'intensification des combats dans le pays, selon l'ONG Save the Children

Elle s'appelle Naziha ... En soins intensifs, à l'hopital Al Thawra de Hodeida, elle souffre de graves blessures intestinales. Trois de ses soeurs sont décédées. Leur père est desespéré. 
 

Nous mourons de faim et nous sommes sous les bombes. Nous en appelons au monde entier pour que les raids aériens cessent. Nous en appelons à tous ceux qui ont un coeur. Arrêtez ce massacre. 
Maged Ghaleb, père d'une enfant blessée.

Dans ce contexte humanitazire catastrophique, l'ONU appelle les belligérants à épargner l'hopital al-Thawra, son service d'urgence pour nouveaux nés, son centre de traitement contre la malnutrition et le choléra. Installations cruciales pour des millions de personnes dans la région souligne également l'UNICEF. 

Arrivé dans la ville portuaire, l'émissaire de l'ONU, Martin Griffiths, espère obtenir des différentes parties une accalmie durable à Hodeida, avant des consultations de paix en Suède que Washington, allié de Riyad, prévoit début décembre.  

Les précédentes consultations ont échoué en septembre. 

Le porte-parole de la coalition menée par l'Arabie Saoudite expliquait il y a quelques jours que l'offensive militaire se poursuivait. Objectif : détruire les routes d'approvisionnement houthis.
 
Les insurgés tiennent encore la ville portuaire, vitale pour l'acheminement des importations et des aides au Yémen.