Affaire Pogba : le frère aîné du joueur, Mathias Pogba, placé en garde à vue

Les investigations sur les extorsions dénoncées par le footballeur Paul Pogba se sont accélérées avec le placement en garde à vue de Mathias Pogba, frère aîné du joueur de la Juventus Turin, et de trois autres personnes.
Image
Paul Pogba s'échauffe avant un match à Liverpool
Paul Pogba s'échauffe avant un match à Liverpool entre Everton and Manchester United le 9 avril 2022. 
© AP Photo/Rui Vieira, File)
Partager4 minutes de lecture
Mathias Pogba, 32 ans, s'est présenté de lui-même "en début d'après-midi (mercredi) au service d'enquête et a été placé en garde à vue", a indiqué à l'AFP une source proche du dossier.

Selon une autre source proche du dossier, les trois personnes sont des amis ou des proches des frères Pogba. Sur les quatre suspects entendus par les enquêteurs, l'un a été placé en garde à vue le 13 septembre et les trois autres le 14, a précisé une source judiciaire, confirmant une information du Monde.

Ces gardes à vue ont été ordonnées dans le cadre de l'information judiciaire ouverte le 2 septembre à Paris pour, notamment, extorsion avec arme, enlèvement ou séquestration en bande organisée et participation à une association de malfaiteurs.

Cette affaire rocambolesque, qui secoue le monde du football deux mois avant la Coupe du monde au Qatar, a démarré avec une plainte déposée le 16 juillet auprès du parquet de Turin par Paul Pogba.

Plainte déposée à Turin

Le joueur de la Juventus dénonçait dans cette plainte des tentatives d'extorsion entre mars et juillet 2022 se chiffrant à plusieurs millions d'euros.
Mais les faits n'ont été révélés au grand jour qu'avec la publication le 27 août d'une vidéo énigmatique de Mathias Pogba, lui-même footballeur professionnel, qui promettait des "révélations" sur son frère.
 


La star de l'équipe de France a raconté lors de sa première audition devant les enquêteurs avoir été piégé par des amis d'enfance et deux hommes encagoulés, armés de fusils d'assaut, lui reprochant de ne pas les avoir aidés financièrement, selon des informations de France Info, confirmées à l'AFP par une source proche du dossier.
Une somme de 13 millions d'euros lui aurait été réclamée et il assure avoir versé 100.000 euros.

Le milieu de terrain de 29 ans, surnommé la "Pioche", avait alors affirmé avoir reconnu son frère aîné Mathias parmi les suspects. Lors d'une autre audition, il a estimé devant les enquêteurs que Mathias était "sous la pression" des personnes voulant lui soutirer de l'argent.

"Menaces extérieures"

Selon un proche de la famille contacté par l'AFP, "Mathias est sous pression. C'est un mec calme, méconnaissable sur la vidéo (qui a déclenché l'affaire, NDLR) où il tremble, il n'est pas comme ça dans la vie".

La semaine dernière, Mathias Pogba, par la voix de son avocat, s'est dit "totalement étranger à toute manoeuvre d'extorsion à l'égard de son frère, Paul Pogba".
"Il est clair que les difficultés éprouvées par la famille Pogba sont la résultante de menaces extérieures dont la justice, désormais saisie, prendra la mesure", avait écrit dans un communiqué son conseil Maître Richard Arbib. "Mathias Pogba, qui aspire plus que tout à apaiser la situation avec son frère, réservera dorénavant sa parole aux juges d'instruction en charge de ce dossier, le cas échéant", avait précisé Me Arbib.
La défense de Mathias Pogba n'a pas souhaité réagir ce 14 septembre sur sa garde à vue.

Kylian Mbappé "marabouté"

Dans cette affaire, le nom de la star du football français Kylian Mbappé apparaît aussi, à son corps défendant.

Paul Pogba a expliqué aux enquêteurs que "ses maîtres chanteurs voulaient le discréditer en diffusant des messages dans lesquels il aurait demandé à un marabout de son entourage familial de jeter un sort" à l'attaquant du PSG. Le joueur de la Juve a démenti ces allégations.

Kylian Mbappé a confié début septembre avoir choisi de "faire confiance à sa parole (celle de Paul Pogba), dans l'intérêt de l'équipe de France", a-t-il confié début septembre avant le match de Ligue des champions contre la Juventus de Turin.
"Je préfère faire confiance à la parole d'un coéquipier, il m'a appelé et m'a donné sa version des faits", a-t-il ajouté, assurant que cette affaire n'avait pas détérioré les relations entre les deux joueurs.