Afghanistan : le bilan du séisme monte à plus de 2.000 morts

Plus de 2.000 personnes ont péri dans un violent séisme qui a frappé samedi 7 octobre, l'ouest de l'Afghanistan, provoquant d'énormes dégâts, selon un nouveau communiqué par le gouvernement ce dimanche. 

Image
Des familles afghanes attendent de monter à bord d'un bus pour partir vers leur pays d'origine, à Karachi, au Pakistan, le vendredi 6 octobre 2023.

Des familles afghanes attendent de monter à bord d'un bus pour partir vers leur pays d'origine, à Karachi, au Pakistan, le vendredi 6 octobre 2023.

(Photo AP/Fareed Khan)
Partager2 minutes de lecture

Le séisme de magnitude 6,3, qui a frappé samedi 7 octobre, les régions situées à 30 kilomètres au nord-ouest de la ville de Hérat, a été suivi par huit fortes répliques. 

"Malheureusement, le nombre de victimes est très élevé. Le bilan s'élève à plus de 1.000 morts", a déclaré à l'AFP Bilal Karimi, porte-parole adjoint du gouvernement taliban. "Nous attendons de voir les chiffres définitifs", a-t-il poursuivi.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Dans le village de Sarboland du district de Zinda Jan, des dizaines de maisons ont été anéanties, a constaté un journaliste de l'AFP à la tombée de la nuit samedi. 

Des hommes dégageaient des gravats tandis que des femmes et des enfants patientaient à l'extérieur, au milieu des débris.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 600 maisons ont été détruites ou partiellement endommagées dans au moins douze villages de la province d'Hérat. Au total, 4.200 personnes ont été affectées d'une façon ou d'une autre par le séisme, selon la même source.

"Dès la première secousse, toutes les maisons se sont effondrées", raconte Bashir Ahmad, 42 ans. "Ceux qui se trouvaient à l'intérieur des maisons ont été ensevelis. Il y a des familles dont nous n'avons aucune nouvelle", ajoute-t-il.

"Abandonnés avec nos martyrs""

Nek Mohammad, lui, se trouvait au travail lorsque la première secousse a frappé l'Afghanistan vers 11H00 locales (6H30 GMT). 

"Nous sommes rentrés chez nous et avons constaté qu'il ne restait plus rien. Tout était devenu du sable", explique-t-il, ajoutant qu'environ 30 corps ont été retrouvés. 

"Pour l'instant, nous n'avons rien. Pas de couvertures ni rien d'autre. Nous sommes abandonnés avec nos martyrs", ajoute cet homme de 32 ans. 

Samedi, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti que "le nombre de victimes devrait augmenter à mesure que les opérations de recherche et de secours se poursuivent".

A Hérat, considérée comme la capitale culturelle de l'Afghanistan, de nombreux habitants et commerçantsont ont fui les bâtiments dès la première secousse.

La province d'Hérat, qui compte 1,9 million d'habitants selon les données de la Banque mondiale, est également frappée par la sécheresse depuis des années, paralysant de nombreuses communautés agricoles déjà en proie à des difficultés.

L’Afghanistan subit fréquemment des séismes, en particulier dans la chaîne de montagnes de l'Hindu Kush, proche du point de jonction entre les plaques tectoniques eurasienne et indienne. 

En juin 2022, un séisme de magnitude 5,9, le plus meurtrier jusqu'à ce jour en Afghanistan en près de 25 ans, avait fait plus d'un millier de morts et des dizaines de milliers de sans-abris, dans la province pauvre de Paktika (sud-est).

Et en mars dernier, un séisme de magnitude 6,5 a tué 13 personnes en Afghanistan et au Pakistan, à proximité de la localité de Jurm, dans le nord-est du pays.

L'Afghanistan est par ailleurs déjà en proie à une sévère crise humanitaire, depuis le retour au pouvoir des Talibans en 2021 et le retrait de l'aide internationale qui a suivi.