Argentine : mort de Hebe De Bonafini, voix controversée des "Mères de la Place de Mai"

Hebe De Bonafini était une figure centrale des "Mères de la Place de Mai", ces femmes qui pendant des années dénoncèrent sans relâche les disparitions d'opposants pendant la dictature militaire en Argentine. Elle est décédée ce 20 novembre à l'âge de 93 ans.
Image
Hebe De Bonafini, présidente des Mères de la Place de Mai lors d'une manifestation contre la visite du président brésilien Bolsonaro en Argentine, le 6 juin 2019.
© AP Photo/Natacha Pisarenko
Hebe De Bonafini, présidente des Mères de la Place de Mai lors d'une manifestation contre la visite du président brésilien Bolsonaro en Argentine, le 6 juin 2019.
Image
Hebe de Bonafini, une des figures dirigeante du mouvement des Mères de la Place de mai lors d'une manifestation en décembre 1979 à Buenos Aires.
© AP Photo/Eduardo Di Baia, File
Hebe de Bonafini, une des figures dirigeante du mouvement des Mères de la Place de mai lors d'une manifestation en décembre 1979 à Buenos Aires. Son ton controversé et son rapprochement du couple Kirchner l'avait progressivement séparée du groupe des Mères et d'autres organisations de défense des droits de l'homme.
Partager5 minutes de lecture
La disparition de cette figure de la contestation en Argentine a été déplorée par la vice-présidente de l'Argentine Cristina Kirchner, "Très chère Hebe, Mère de la Place de Mai, symbole mondial de la lutte pour les droits humains, fierté de l'Argentine. Dieu t'a rappelée le jour de la Souveraineté nationale (jour férié en Argentine, ndlr)... Ça ne doit pas être un hasard. Simplement merci et adieu", a écrit la dirigeante sur Twitter.
Hebe De Bonafini, mère de deux enfants disparus, défenseure historique et militante des droits de l'homme, était l'une des figures emblématiques de l'association argentine connue dans le monde entier pour la recherche d'enfants donnés à d'autres familles pendant la dictature argentine.

Lire : Argentine, Buenos Aires 30 avril 1977, des mères tournent autour de la place de Mai
 
Elle est morte à l'hôpital italien de la ville de la province de Buenos Aires de La Plata où elle était hospitalisée depuis quelques jours.
 
Le gouvernement argentin a décrété trois jours de deuil national.
 
Hebe María Pastor De Bonafini a été l'une des fondatrices de l'Association des Mères de la Plaza de Mayo en 1977, deux ans après le coup d'État militaire qui a mis en pratique l'appareil répressif le plus féroce contre les dissidents du Sud. Amérique. 

(RE)lire : Argentine : nouvelle victoire pour les Grands-mères de la Place de Mai
 
Hebe De Bonafini s'est d'abord battue pour retrouver deux de ses enfants disparus et pour le procès et la punition des militaires. Elle s’est impliquée par la suite dans d'autres causes politiques et sociales.

Hebe De Bonafini est née en 1928 dans la ville d'Ensenada, dans la province de Buenos Aires. À l'âge de 18 ans, elle épouse Humberto Alfredo Bonafini, un voisin du quartier, avec qui elle a trois enfants : Jorge, Raúl et Alejandra.

Même pas le bac

Simple femme au foyer, ayant terminé sa scolarité avant d'entrer au lycée, tout le monde l'appelait Kika Pastor. Mais vient le moment où des membres des forces armées enlèvent son fils aîné, en février 1977. À partir de là, "mon fils disparu, je suis devenue Hebe De Bonafini, c'est ce que je suis maintenant, une mère", déclare-t-elle dans l'une de ses dernières interviews.
 
Les enfants de Hebe De Bonafini étaient des militants d'organisations de gauche, l'un d'eux était même dans "la lutte armée", affirme leur mère, qui a admis être au courant de leur activité politique. Fin 1977, Raúl dispait.
 
Comme d'autres mères, De Bonafini cesse de s'occuper de son foyer et se consacre entièrement à la recherche de ses enfants.

(RE)lire : Les grands-mères de la place de Mai : souvenirs et rage d'Estela de Carlotto
 
En visitant les hôpitaux, les tribunaux, les postes de police, les casernes et les morgues, elle rencontre d'autres femmes avec le même visage de douleur. Faute de réponses, elles conviennent de se retrouver le samedi 30 avril 1977 sur la Plaza de Mayo, devant le siège du gouvernement, et de manifester pour le retour de leurs enfants.
 
"Il y a 30 ans, nous n'imaginions pas que la dictature serait aussi meurtrière, perverse et criminelle. C'est pourquoi je veux vous parler d'eux, des enfants brillants, heureux, de la guérilla, de l'alphabétisation, d’êtres incroyables, révolutionnaires et convaincus", déclarait Hebe De Bonafini lors de la célébration du 30eme anniversaire de la création des Mères de la Plaza de Mayo.

"Nous sommes convaincues qu'ils sont là quelque part. Personne ne peut disparaître éternellement. Nous sommes leur voix, leur regard, leur cœur, leur souffle. Nous avons vaincu la mort, mes chers enfants ".

(RE)lire : Décès d'Elsa Massa, l'une des “Mères de la Place de Mai“ en Argentine
 
"Peu importe le nombre de listes de décès que certains demandent, peu importe que certaines personnes reçoivent une compensation économique. Nous n'accepterons jamais qu'ils compensent avec de l'argent ce qui doit être réparé avec la justice. Nous les mères, aimons nos enfants, nous les aimons par-dessus tout et nos enfants ne mourront jamais... Nous ne sommes pas folles, nous ne demandons pas l'impossible. Revenir vivant est un slogan éthique, de principe. Tant qu'il n'y aura qu'un seul meurtrier dans la rue, nos enfants vivront pour le condamner dans notre bouche et dans la vôtre", disait la leader du groupe au début des années 1990.

Proximité avec le pouvoir

Après les attentats contre les tours jumelles du 11 septembre 2001, Hebe De Bonafini a lancé l'une de ses déclarations les plus controversées : "Lorsque l'attentat s'est produit et que j'étais à Cuba pour rendre visite à ma fille, j'ai ressenti de la joie. Je ne vais pas être un hypocrite, ça n'a pas fait mal du tout."
 
Hebe De Bonafini a questionné sans relâche les gouvernements démocratiques successifs jusqu'à ce qu'en 2003, elle soit reçue pour la première fois à la maison du gouvernement par le président élu Néstor Kirchner, qui favorisera plus tard l'abrogation des lois d'amnistie et de grâce qui protégeaient les personnes accusées de crimes contre l’humanité.
 
L'activiste est devenue une ardente défenseure de Kirchner et de sa femme, qui lui a ensuite succédé, Cristina Fernández et de leurs politiques.
 
Cette proximité avec le pouvoir politique lui a valu quelques désaccords et des ruptures avec d'autres organisations de défense des droits de l'homme. En 2011, De Bonafini a été accusée d'irrégularités dans la gestion de fonds publics destinés à un programme de construction de logements sociaux de la Fondation Madres Plaza de Mayo. L'activiste a ensuite été licenciée, mais sa figure a été entachée par le scandale.
 
Passionnée de course automobile, Hebe De Bonafini a perdu son mari 1982 et n'a jamais reconstruit sa vie affective. Elle laisse dans le deuil sa fille Alejandra.