Arménie - Azerbaïdjan : une nouvelle guerre est “très probable” alerte Nikol Pachinian

Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian a estimé vendredi auprès de l'AFP qu'une nouvelle guerre de son pays avec l'Azerbaïdjan est "très probable". Il accuse Bakou de mener un "génocide" des Arméniens dans l'enclave du Nagorny-Karabakh.

Image
nikol pachinian arménie

Sur cette photo d'archive publiée par le service de presse du ministère russe des Affaires étrangères, le Premier ministre arménien Nikol Pachinian entre dans une salle pour participer à une réunion avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Erevan, Arménie - samedi 21 novembre 2020. 

Service de presse du ministère russe des Affaires étrangères via AP
Partager1 minute de lecture

"Tant qu'un traité de paix n'aura pas été signé et qu'un tel traité n'aura pas été ratifié par les parlements des deux pays, bien sûr, une (nouvelle) guerre (avec l'Azerbaïdjan) est très probable", a mis en garde Nikol Pachinian vendredi 21 juillet.

L'Arménie et l'Azerbaïdjan se sont livrés deux guerres pour le contrôle du Nagorny-Karabakh. La dernière, en 2020, a débouché sur une défaite arménienne, des gains territoriaux azerbaïdjanais, et un fragile cessez-le-feu. Les tensions se sont aggravées début juillet lorsque l'Azerbaïdjan a fermé pour divers prétextes la circulation sur le corridor de Latchine, la seule route reliant le Nagorny-Karabakh à l'Arménie.

“Un génocide est en cours” selon Erevan

Ce blocus azerbaïdjanais a créé une grave crise humanitaire au sein de l'enclave, majoritairement peuplée d'Arméniens, avec pénuries de nourriture et de médicaments et coupures fréquentes de courant. "Il ne s'agit pas d'un génocide en préparation, mais d'un génocide qui est en cours", a affirmé M. Pachinian, accusant l'armée azerbaïdjanaise d'avoir créé un "ghetto" au Nagorny-Karabakh.

Le dernier cycle de négociations de paix, qui s'est tenu le 15 juillet à Bruxelles, n'ayant pas abouti à une percée, Nikol Pachinian a estimé que l'Occident et la Russie devaient exercer une pression accrue sur Bakou afin de lever le blocus. "Selon la logique de certains cercles occidentaux, la Russie ne répond pas à toutes nos attentes parce qu'elle ne remplit pas ses obligations, mais la Russie nous dit la même chose à propos de l'Occident", a-t-il expliqué.

carte arménie azerbaidjan
TV5MONDE

Un conflit meurtrier

Selon Nikol Pachinian, les négociations entre les deux rivaux sont entravées par "la rhétorique agressive et le discours de haine de l'Azerbaïdjan à l'égard des Arméniens". Il a accusé Bakou de mener une "politique de nettoyage ethnique".

Cette enclave avait déjà fait l'objet d'une guerre à la chute de l'URSS dans les années 1990, qui a coûté la vie à 30.000 personnes. Le conflit le plus récent, en 2020, a fait 6.500 morts dans les deux camps.