Belgique : 55 magistrats volontaires pour expérimenter la vie en prison

Cinquante-cinq magistrats volontaires ont été enfermés samedi dans une prison de la région de Bruxelles pour expérimenter la vie des détenus jusqu'à dimanche. Ils seront les premiers détenus d'une prison neuve qui ouvrira bientôt ses portes.
Image
baumettes Marseille
Vue aérienne de la prison des Baumettes à Marseille, 30 juin  2015
(Boris Horvat, Pool image via AP)
Partager2 minutes de lecture

Cinquante-cinq magistrats volontaires ont été enfermés samedi dans une prison de la région de Bruxelles pour expérimenter la vie des détenus jusqu'à dimanche, a annoncé le ministre belge de la Justice, Vincent Van Quickenborne, dans un communiqué.

Les magistrats sont arrivés à 09H00 (07H00 GMT) dans la nouvelle prison de Haren, un établissement neuf d'une capacité de 1.190 détenus qui doit ouvrir ses portes le 30 septembre, a expliqué à l'AFP une porte-parole de l'administration pénitentiaire. 

Ils seront traités comme de vrais détenus jusqu'à la fin de l'opération prévue dimanche à 16H00 (14H00 GMT), a-t-elle précisé.

L'objectif est de rendre l'incarcération le plus réaliste possibleVincent Van Quickenborne, ministre belge de la Justice

"Les magistrats savent évidemment comment se passent les choses dans une prison, mais en faire l'expérience par eux-mêmes leur donne une occasion unique qui pourra les aider à prononcer des peines en toute connaissance de cause", a déclaré le ministre fédéral Vincent Van Quickenborne, cité dans le communiqué.

(Re)lire : France : le travail en prison, outil de réinsertion ou main d'oeuvre flexible ?

L'opération permettra également aux membres du personnel pénitentiaire de se préparer à l'ouverture prochaine de cet établissement d'un nouveau type "doté de petites unités de vie et développant une approche moderne", a ajouté le responsable flamand, membre du parti libéral Open Vld.

"Les magistrats participants - juges pénaux, juges d'instruction, procureurs (...) - se sont portés volontaires. Ils (...) devront suivre les ordres et les instructions du personnel pénitentiaire. L'objectif est de rendre l'incarcération le plus réaliste possible", est-il précisé dans le communiqué.

Possibilité d'interrompre l'expérience à tout moment

"Ils ne pourront pas utiliser leur téléphone portable, mais auront la possibilité de recevoir des visites familiales, tout comme les vrais détenus.

Les magistrats suivent l'horaire quotidien normal des détenus, prennent les mêmes repas et ont les mêmes activités obligatoires. Ils seront, entre autres, employés à la cuisine et à la blanchisserie. A 22H00 les lumières s'éteignent", a souligné le ministère.

S'ils ont "du mal à supporter ce séjour en prison", ou pour tout autre motif, les magistrats ont la possibilité d'interrompre l'expérience à tout moment. 

"Cette immersion offre aux magistrats qui condamnent des personnes à la prison l'opportunité d'expérimenter ce que signifie la privation de liberté", a expliqué Rudy Van de Voorde, directeur général des Etablissements pénitentiaires, également cité dans le communiqué.

Voir ausssi : Guantanamo : une prison impossible à fermer ?