Canada : le Parlement élit Greg Fergus, premier président noir

Le Parlement canadien a élu mardi 3 octobre Greg Fergus à sa tête, devenant ainsi le premier président noir de cette institution. Cette élection intervient après la démission de son prédécesseur pour avoir rendu hommage à un ancien nazi lors de la visite du président ukrainien.

Image
Greg Fergus

Greg Fergus

DR
Partager1 minute de lecture
Le parlement est "l'endroit où nous pouvons avoir des débats passionnés, mais des débats passionnés et respectueux", a rappelé le nouveau président libéral Greg Fergus, soulignant que son objectif sera de montrer que "la politique est une profession noble".
 

En tant que président de la chambre, son rôle est de présider les débats et de faire respecter le règlement tout en restant impartial et en ne votant qu'en cas d'égalité.

Greg Fergus a été symboliquement escorté vers son estrade par le Premier ministre Justin Trudeau et le leader de l'opposition, Pierre Poilièvre, comme le veut la tradition canadienne.

"Une source d'inspiration"

Le félicitant chaleureusement pour sa nomination en tant que "premier Canadien noir à devenir président de cette chambre", Justin Trudeau l'a qualifié de "source d'inspiration pour tous les Canadiens, en particulier pour les jeunes générations qui souhaitent s'impliquer dans la politique".

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

"Très engagé dans la communauté noire", le député élu en 2015 a notamment fondé et coprésidé pendant six ans le Caucus des parlementaires noirs, rappelle un communiqué du Parlement.

"Restaurer l'honneur de cette chambre"

Son mandat débutera avec la tâche de "restaurer l'honneur de cette chambre", a déclaré le leader du Nouveau Parti Démocratique (NPD) Jagmeet Singh.

Il faisait notamment allusion à l'hommage rendu il y a un peu plus d'une semaine, lors de la visite de Volodymyr Zelensky, de confession juive, à Yaroslav Hunka. Ce vétéran ukrainien de 98 ans accusé d'avoir combattu dans la SS, ignorant les détails de son passé.

Invité par le précédent président de la chambre, Anthony Rota, cette scène a fait le tour du monde et poussé le Premier ministre a présenté ses excuses pour une "terrible erreur" qui a causé "l'embarras profond du Canada".