Ce que l'on sait de la guerre entre Israël et la bande de Gaza après l'offensive du Hamas

L'armée israélienne tente de reprendre le contrôle face au Hamas, au troisième jour des hostilités qui ont fait plus de 1.100 morts: plus de 700 Israéliens, selon un dernier bilan officiel, et 413 Palestiniens, selon le Hamas.

Image
Soldats israéliens sur un tankAP Photo/Tsafrir Abayov

Des soldats israéliens sur un blindé près de la frontière avec la bande de Gaza ce 9 octobre 2023. L

AP Photo/Tsafrir Abayov
Partager2 minutes de lecture

L'armée israélienne continue de se battre lundi 9 octobre avec des combattants palestiniens infiltrés dans le sud d'Israël près de la bande de Gaza après avoir touché dans la nuit "plus de 500 cibles" du Hamas au pouvoir dans l'enclave palestinienne et du Jihad Islamique.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a évoqué une guerre "longue" contre le Hamas, qui a lancé samedi une offensive surprise d'une ampleur sans précédent contre Israël.

Lire : DIRECT-Guerre entre Israël et le Hamas : plus de 1100 morts

L'armée israélienne tente de reprendre le contrôle face au Hamas, au troisième jour des hostilités qui ont fait plus de 1.100 morts. Plus de 700 Israéliens, selon un dernier bilan officiel, et 413 Palestiniens, selon le Hamas.

Voici ce que l'on sait jusqu'à présent de ce conflit:

Déroulement de l'offensive

Le Hamas, au pouvoir depuis 2007 à Gaza et ennemi juré d'Israël, a lancé son offensive samedi à l'aube, en plein Shabbat, le repos hebdomadaire juif, et 50 ans et un jour après le début de la guerre israélo-arabe de 1973.

Il dit avoir tiré 5.000 roquettes sur Israël pendant que ses combattants utilisaient des explosifs et des bulldozers pour franchir la barrière séparant Gaza du territoire israélien, attaquant des positions militaires et des civils en pleine rue.

A bord de véhicules, de bateaux et même de parapentes motorisés, les combattants se sont infiltrés dans des zones urbaines d'Israël comme Ashkelon, Sderot et Ofakim, situé à environ 22 km de Gaza, une enclave pauvre peuplée de 2,3 millions d'habitants.

Le Hamas s'est emparé d'équipements militaires israéliens et a pris en otage des civils et des militaires. "Plus de 100 prisonniers" sont entre ses mains, selon le gouvernement israélien, parmi lesquels des ressortissants allemands et américains.

Ses combattants ont notamment attaqué une rave party à laquelle participaient des centaines de jeunes Israéliens près du kibboutz Reim, proche de Gaza.

L'offensive du Hamas est le résultat d'une opération soigneusement coordonnée, selon des experts.

 Réponse d'Israël

L'armée israélienne, qui a compté plus de 3.000 tirs palestiniens, a riposté par des frappes aériennes et déclenché l'opération "Sabre de fer", détruisant des bâtiments présentés comme des "centres de commandement" du Hamas à Gaza.

Benjamin Netanyahu a promis de réduire en "ruines" les caches du Hamas.L'armée a annoncé avoir déployé des dizaines de milliers de soldats dans le sud du pays qui continuent de se battre contre les combattants infiltrés.

Elle dit avoir visé plusieurs centaines de cibles à Gaza, dont des tunnels et d'autres infrastructures. Plus de 123.000 Palestiniens ont été déplacés à l'intérieur de la bande de Gaza à cause des frappes israéliennes, selon l'ONU.

L'armée israélienne a décidé d'évacuer tous les habitants des alentours de Gaza.

Combien de morts et de disparus?

Selon Israël, plus de 700 personnes ont été tuées et 2.150 blessées côté israélien.Jusqu'à 250 personnes ont été massacrées dans une rave party organisée près de la frontière avec Gaza au premier jour de l'offensive du Hamas, selon un bénévole, Moti Bukjin, ayant participé à la collecte des corps.

Des journalistes de l'AFP ont en outre vu des corps criblés de balles de civils allongés dans les rues de localités du sud du pays. À Gaza, 413 Palestiniens ont été tués et 2.300 blessés selon le Hamas.

Dix Népalais, une Française, douze Thaïlandais, un Cambodgien, deux Ukrainiennes et des Américains ont été tués. Israël a reconnu que plus de 100 civils et militaires israéliens avaient été enlevés. Des étrangers, dont des Américains et des ressortissants du Paraguay notamment, figurent parmi eux.

Ce que dit le Hamas

Les Brigades Al-Qassam, la branche militaire du Hamas, ont annoncé avoir déclenché l'offensive pour "mettre fin aux crimes de l'occupation". Israël occupe depuis 1967 la Cisjordanie et la partie orientale de Jérusalem, et impose depuis plus de 15 ans un blocus à Gaza. "Nous sommes sur le point de remporter une grande victoire", a affirmé Ismaïl Haniyeh, le chef du Hamas.

Le mouvement a appelé "les combattants de la résistance en Cisjordanie" occupée ainsi que "les nations arabe et musulmane" à rejoindre son combat.Dimanche, le Hezbollah libanais pro-iranien a annoncé avoir tiré des obus et des "missiles guidés" sur des positions israéliennes à la frontière israélo-libanaise.

L'armée israélienne a riposté à l'aide d'un drone.

Principales réactions et aides

Plusieurs membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont condamné dimanche l'offensive du Hamas, même si les États-Unis ont regretté l'absence d'unanimité lors de cette réunion d'urgence à huis clos.

Les États-Unis ont commencé dimanche à envoyer de l'aide militaire à Israël avec de nouvelles munitions et à rapprocher leur groupe aéronaval en Méditerranée, marquant un soutien rapide à leur allié historique. Les Occidentaux ont condamné l'offensive du Hamas.

L'Iran, qui soutient les mouvements armés palestiniens et ne reconnaît pas l'existence de l’État d'Israël, a apporté son soutien à "la légitime défense de la nation palestinienne", tout en rejetant "les accusations liées au rôle de l'Iran" dans l'offensive du Hamas.

L'Arabie saoudite, qui semblait être proche d'un accord de normalisation avec Israël, a appelé à "l'arrêt immédiat de l'escalade entre les deux parties, à la protection des civils et à la retenue".