COP15 Biodiversité : pourquoi la question du financement bloque les négociations ?

Plus d’une centaine de ministres de l’Environnement se retrouvent à Montréal pour la COP15, afin de tenter de trouver une issue aux négociations qui visent à stopper la destruction de la planète et de ses ressources. Cependant, ces négociations sont dans l’impasse en raison de la question des moyens financiers. Pourquoi est-elle source de désaccords ? Éléments de réponse.
Image
chèvres moutons biodiversité
Un nomade avec on troupeau de chèvres et moutons dans un zone reculée du Ladakh en Inde, le 17 septembre 2022.
AP Photo/Mukhtar Khan, File
Partager4 minutes de lecture

Les négociations politiques de la COP15 doivent démarrer ce 15 décembre 2022. Cependant, le dialogue entre les différents pays se crispe. David Ainsworth, porte-parole de la Convention de l’ONU sur la biodiversité explique que « l’atmosphère s’est détériorée » dans la nuit du 13 au 14 décembre, lorsque la création d’un fond mondial pour la biodiversité a été abordée. 

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Masha Kalinia, de l’ONG Pew Charitable Trusts, interrogée par l'AFP, estime que les négociations sont à un « moment charnière. » Selon elle, tout peut basculer maintenant et il y a un risque de blocage des discussions « qui pourraient être introductives. » Mais quels sont les éléments qui causent ce blocage ? 

Désaccords sur les subventions financières

Emmenés par le Brésil, l’Inde, l’Indonésie et le continent africain, des dizaines de pays réclament des « subventions financières d’au moins 100 milliards de dollars par an, ou 1% du PIB mondial d’ici 2030 ».

Cela représente dix fois les montants des aides actuelles entre le Nord et le Sud pour la biodiversité, et autant que ceux promis pour la lutte contre le réchauffement climatique. 

Combien coûte la transition écologique ?

  • Le coût d’une transition économique capable de sauvegarder la nature est estimé à environ 900 milliards de dollars par an.
  • 75% de cette somme serait dédiée au verdissement de l’économie. 
  • Le quart restant servirait à la conservation des aires protégées.
  • De l’autre côté, le montant des subventions néfastes pour l’environnement est estimé à 1 800 milliards de dollars par an. 
  • « La dégradation des écosystèmes produira d’ici 2030 des pertes annuelles estimées à 3 000 milliards de dollars », souligne le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres le 7 décembre, soit une fois et demi le PIB actuel de la France. 

Actuellement, le monde dépense « environ 130 à 140 milliards de décoller par an pour la biodiversité, essentiellement dans des fonds publics dépensés au sein des pays riches alors que très peu d’argent va vers le sud », explique Gilles Kleitz, directeur exécutif des solutions de développement durable à l’Agence française de développement. 

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Lors des négociations sur le climat en novembre 2022, les pays du Sud ont obtenu un mécanisme inédit de compensation des pertes et dommages liés au réchauffement climatique.

C’est pourquoi ils réclament également la création d’un fond mondial de biodiversité. Cependant, les pays du Nord assurent ne pas pouvoir décupler l’aide publique.

Ils préfèrent encourager une réforme des flux financiers existants, privés, philanthropiques, ou multilatéraux. Mais les pays du Sud jugés ambitieux écologiquement ont aussi tapé du poing sur la table. « Malgré nos efforts, nous sommes profondément préoccupés par le manque d’engagement clair sur la mobilisation des ressources », déclare le représentant de la Colombie.

Comment débloquer la situation ? 

Selon Gilles Kleitz, « la demande des 100 milliards n’est pas fondée sur un calcul des besoins, c’est d’abord une demande morale et politique, pour des raisons de justice historique. » Il ajoute que pour obtenir un accord, « il faut que chacun fasse un effort : que le Nord annonce un niveau de solidarité supérieur et que le Sud annonce qu’ils vont s’engager à être de meilleurs gestionnaires de leurs ressources. » 

Les pays développés, avec leur rôle éminent dans la crise de la biodiversité compte tenu de leur niveau de consommation, ont le devoir de soutenir les pays en développement.Innocent Maloba, expert de l’ONG WWF International, interrogé par l'AFP.

Cependant, chaque parti a des positions bien ancrées. L’attitude du Nord « a conduit les négociations au bord de la rupture totale », s’alarme Innocent Maloba, expert de l’ONG WWF International. « Les pays développés, avec leur rôle éminent dans la crise de la biodiversité compte tenu de leur niveau de consommation, ont le devoir de soutenir les pays en développement », estime-t-il.

De son côté, Bérangère Couillard, secrétaire d’État française chargée de l’Écologie considère que « les financements ne doivent pas être une excuse pour ne pas avancer. » Selon elle, « on ne peut pas avancer sur le sujet des financements sans avancer sur le sujet des objectifs. »

« Ce qui manque ici, c’est de la volonté politique et un consensus sincère sur ce qui doit être fait », regrette Zakri Abdul Hamid, fondateur malaisien de l’IPBES, le "GIEC de la biodiversité".Ces points de blocage doivent être levés d’ici le 19 décembre, pour parvenir à l’accord de la décennie, crucial pour l’avenir de la planète.