Crédit Suisse : après la tempête, un retour au calme, mais jusqu'à quand ?

Le gouvernement fédéral suisse va tenir ce jeudi 16 mars une réunion spéciale consacrée au Credit Suisse. Mercredi 15 mars, le titre de la banque a subi une chute historique. La Banque centrale suisse a dû voler à sa rescousse mais, loin d'être réglée, la crise provoque l'inquiétude en Europe.

Image
Credit Suisse  siège londonien AP
Devant le siège de Credit Suisse à Londres ce jeudi 16 mars 2023.
© AP Photo/Frank Augstein
Partager2 minutes de lecture

Les investisseurs ont fait remonter en flèche le cours de l'action Credit Suisse ce jeudi 16 mars 2023. Une remontée dûe à la bouée de sauvetage de plus de 50 milliards de francs suisses (somme à peu près équivalente en Euros) lancée par la banque centrale suisse au géant bancaire pour rassurer les marchés mondiaux.

Le titre Credit Suisse bondissait ainsi de 22% en fin de matinée ce jeudi. La veille, l'action avait essuyé la pire séance de son histoire après un mouvement de panique suite aux déclarations de son premier actionnaire, la Banque nationale saoudienne. L'action avait touché un plus bas historique à 1,55 franc suisse.

L'Europe rassurée, jusqu'à quand ?

La Bourse de Paris restait précautionneuse jeudi matin, après les efforts déployés par la Banque nationale suisse pour rétablir la confiance des investisseurs envers Credit Suisse.

Cet épisode intervient après l'effondrement de plusieurs banques régionales américaines la semaine dernière, la Silvergate Bank, la Signature Bank, et surtout la Silicon Valley Bank.

Credit Suisse fait partie des trente banques mondiales considérées comme trop grosses pour les laisser sombrer, ce qui lui impose de mettre de côté des liquidités supplémentaires pour tenir le choc en cas de secousses sur les marchés. Les exigences réglementaires sont même plus élevées en Suisse compte tenu du poids du secteur bancaire dans l'économie.

Credit Suisse a été fondée en 1956. Comme le rappelle le quotidien français Libération, elle est "un pilier de la place financière helvétique (...) dans la tourmente depuis la faillite de la société financière britannique Greensill qui avait marqué le début d'une série de scandales ayant fragilisé la banque". L'Agence France Presse dresse ce jeudi un long catalogue de ces scandales, évoquant pêle-mêle des prêts douteux au Mozambique, des clients sulfureux et, même, les violations des règles du confinement par le patron de la banque en pleine crise du Covid-19. 

Ces remous compliquent la décision de la Banque centrale européenne qui cherche à lutter contre l'inflation persistante en remontant ses taux directeurs sans pour autant déstabiliser davantage les marchés financiers. La BCE doit se réunir ce jeudi après-midi à Francfort.