Débarquement du 6 juin 44 : 75 ans après, l'hommage au soldat canadien John Albert Collis

Ce vendredi, près de Caen, le Sergent John Albert Collis aura droit, 75 ans après sa mort, à un hommage officiel, en présence de sa famille et d'officiels canadiens. Le soldat était tombé en juillet 1944. Seule une partie de ses restes avait jusque-là été inhumée.
Image
Sgt Collis
Le Sergent Collis, en uniforme de combat, alors qu’il était membre de l’Irish Regiment of Canada.
© famille du sergent Collis
Partager3 minutes de lecture
John Albert Collis avait 28 ans. Ce 25 juillet 1944, la 2e Division canadienne à laquelle il appartient, au sein de la Royal Hamilton Light Infantry, a pour mission de reprendre les environs du village normand de Verrières près de Caen. La contre-attaque allemande est telle que les chars et l'aviation britanniques devront venir en aide aux soldats canadiens. La mission sera un quasi-échec. Le Sergent Collis y perdra la vie.

John Albert Collis est né à Lowville, dans l'Etat canadien de l'Ontario le 14 octobre 1915. Veuf et père d'une petite fille, il épouse en secondes noces Dorothy Ruby Campbell en octobre 1939. De cette union naîtra un fils. Le mois précédent son mariage, Collis a pourtant décidé de s'enrôler au sein des Lorne Scots, l'un des plus anciens régiments d'infanterie de l'armée canadienne, au rang de caporal.
Au cours des quatre années suivantes, promu sergent en octobre 1941, il sillonnera le Canada au sein de plusieurs régiments, jusqu'à son départ pour l'Angleterre, fin 1943 où il rejoindra les Rileys, la Royal Hamilton Light Infantry. 

Ses premiers mois sur le sol anglais seront consacrés à l'entraînement en vue des opérations prévues en France. 
débarquement canadiens 6 juin 44
Des membres de la 9e Brigade d'infanterie canadienne (Stormont, Dundas, and Glengary Highlanders) débarquent à Bernières-sur-Mer, en Normandie (France), le 6 juin 1944.
© Photo : Gilbert Alexander Milne / Canada. Ministère de la défense nationale / Bibliothèque et Archives Canada 

Opération Overlord

Le 6 juin 1944, c'est le Jour J : sous les ordres du général américain Dwight Eisenhower, les troupes alliées débarquent sur les plages normandes. L'opération Overlord est d'une ampleur jamais vue et jamais revue. Les soldats canadiens débarquent à Juno Beach au matin du 6 juin et vont, tout au long de l'été, multiplier les opérations autour de la ville de Caen.
Après les opérations Epsom, Charnwood et Atlantic, l'opération Spring est lancée le 25 juillet 1944. Elle sera sanglante et ses résultats seront médiocres. Plus de 1200 pertes humaines dont 360 morts pour la seule prise du village de Verrières. Loin de l'objectif escompté.
La courte vie du Sergent John Albert Collis s'arrête ici.

Soldats canadiens RHLI
Des hommes de la Royal Hamilton Light Infantry dans la région de Caen, 18 juillet 1944.
© Lieut. Ken Bell / Canada. Dept. of National Defence / Library and Archives Canada

Restes humains

Il sera enterré dans une tombe de fortune au sud de Caen. Ses restes seront ensuite transportés au cimetière militaire canadien de Bretteville-sur-Laize. Une partie de ses restes seulement. En janvier 2017, près de Verrières, des restes humains sont découverts. Quelques objets permettent de déterminer qu'il s'agit d'un soldat canadien, mais qui ? Dents, ADN... les experts scientifiques de l'armée canadienne sont mis à contribution. Deux ans plus tard, en mars 2019, le comité d'examen du Programme d'identification des pertes militaires le confirme, les restes humains sont bien ceux du Sergent Collis.

chevalière collis
Une chevalière trouvée avec les restes humains du Sergent Collis. Ses initiales y sont gravées.
© DHP

Nous nous devons de fournir une inhumation digne et respectueuse aux militaires tombés au combat qui sont retrouvés et identifiés.

Harjit S. Saj an, ministre canadien de la Défense nationale.

Ce vendredi 7 juin 2019, ces restes rejoindront ceux qui reposent déjà à Bretteville-sur-Laize. Une cérémonie très solennelle en présence de sa famille et d'officiels canadiens, car "l’inhumation du Sergent John Albert Collis nous rappelle l’énorme prix que de nombreux soldats canadiens ont payé pendant les batailles de la Seconde Guerre mondiale, estime le Lieutenant-général Jean-Marc Lanthier, commandant de l'armée canadienne. Nous honorons le Sergent Collis pour son service et nous nous souvenons à jamais de son sacrifice".

Pour aller plus loin : Marcel Ouimet, un reporter francophone au coeur du débarquement en Normandie, par Radio Canada.