Deux rugbymen français inculpés pour viol aggravé en Argentine encourent de 8 à 20 ans de prison

Image
Le rugbyman français Oscar Jegou (g), escorté par la police, arrive à Mendoza, le 11 juillet 2024 en Argentine

Le rugbyman français Oscar Jegou (g), escorté par la police, arrive à Mendoza, le 11 juillet 2024 en Argentine

AFP
Partager5 minutes de lecture

Deux joueurs de l'équipe de France de rugby inculpés vendredi en Argentine pour viol aggravé et qui encourent de huit à 20 ans de prison, passent une nouvelle nuit en détention dans l'attente du résultat de la demande de placement en liberté surveillée déposée par leurs avocats.

Le deuxième ligne de Pau (sud-ouest) Hugo Auradou, 20 ans, et le troisième ligne de La Rochelle (ouest) Oscar Jegou, 21 ans, ont été inculpés de viol aggravé, car commis en réunion, vendredi par le parquet de Mendoza, dans le nord-ouest de l'Argentine, où se sont déroulés les faits dénoncés.

Ils "resteront en détention" pendant l'étude de la demande de placement en résidence surveillée, déposée par la défense, a précisé le parquet dans un communiqué, leur avocat assurant qu'"il n'y a pas de danger de fuite".

Fichier vidéo
Selon le porte-parole du parquet, Martin Ahumada, une audience prévue dans dix jours déterminera si cette demande est acceptée, auquel cas les deux joueurs devront alors établir une adresse de résidence à Mendoza et ne seront pas autorisés à retourner en France.

Selon la même source, la détention provisoire se déroulera en effet à Mendoza et pas en France: "Ca doit être ici. Les crimes ont été commis ici".

"Ils sont calmes parce qu'ils se savent innocents dans cette affaire, mais ils sont bien sûr inquiets de la situation", a pour sa part déclaré à la presse, à l'issue de l'audience Me German Hnatow, un des avocats des deux joueurs. "Ils sont fermes et sûrs de leur version (...) qui est cohérente et bien sûr très différente de ce que la victime a dit".

Natacha Romano, avocate de la plaignante qui accuse deux joueurs de l'équipe de France de rugby de viol avec violences, fait une déclaration au palais de justice de Mendoza, le 12 juillet 2024 en Argentine

Natacha Romano, avocate de la plaignante qui accuse deux joueurs de l'équipe de France de rugby de viol avec violences, fait une déclaration au palais de justice de Mendoza, le 12 juillet 2024 en Argentine

AFP

Mauricio Cardello, un avocat de la plaignante, une femme de 39 ans, soeur et fille d'avocats, a lui indiqué que son équipe était "satisfaite de l'acte d'accusation".

"A ce stade, l'enjeu est de rappeler un principe essentiel de toute procédure qui est celui de la présomption d'innocence, qui n'est pas un vain mot", a déclaré à l'AFP à Paris Antoine Vey, qui défend avec l'avocat argentin Rafael Cuneo Libarona les intérêts des deux joueurs.

"Relation consentie" contre "viol"

Les rugbymen français Hugo Auradou (3e d) et Oscar Jegou (3e g), escortés par la police, arrivent à Mendoza, le 11 juillet 2024 en Argentine

Les rugbymen français Hugo Auradou (3e d) et Oscar Jegou (3e g), escortés par la police, arrivent à Mendoza, le 11 juillet 2024 en Argentine

AFP

Hugo Auradou et Oscar Jegou avaient dès le début reconnu avoir eu "une relation sexuelle" mais ont "fermement nié toute forme de violence" dans la nuit de samedi à dimanche au Diplomatic Hotel de Mendoza où logeaient joueurs et staff français, après la victoire (28-13) du XV de France face aux Argentins.

Des relations sexuelles "consenties", a réaffirmé jeudi leur avocat, frère du ministre de la Justice, énumérant jeudi plusieurs "indices" le prouvant : le fait qu'elle ait quitté la boîte de nuit, soit montée dans un taxi, soit entrée à l'hôtel et qu'elle ait attendu que le joueur aille chercher la clé de la chambre. Et selon Me Cuneo Libarona, il s'agit d'une "femme de 40 ans qui sait déjà ce qui se passe dans la vie".

Oscar Jegou (c) escorté par la police pour le transfert de Buenos Aires jusqu'à Mendoza, le 11 juillet 2024 en Argentine

Oscar Jegou (c) escorté par la police pour le transfert de Buenos Aires jusqu'à Mendoza, le 11 juillet 2024 en Argentine

AFP

Il se défend également que des coups aient été portés: "Elle prétend avoir été battue, les caméras (de surveillance de l'hôtel) disent qu'elle ne l'a pas été".

Me Vey a de son côté déclaré que "l'objectif" de l'équipe de défense "est de collecter le plus rapidement possible tous les éléments tangibles et objectifs, c'est-à-dire SMS, vidéos, localisation des téléphones, messages envoyés etc. qui vont permettre à la justice de retisser seconde par seconde quel a été le comportement de chacun".

"Au moins six fois"

Selon la version de Me Romano, sa cliente est rentrée à l'hôtel avec l'un des deux joueurs impliqués, "identifié en premier lieu comme Hugo (Auradou)".

Fichier vidéo
Toujours d'après Me Romano, "il l'attrape immédiatement, la jette sur le lit, commence à la déshabiller et se met à la frapper sauvagement d'un coup de poing, dont l'hématome est visible sur le visage de la victime. Il l'étouffe, au point qu'elle a l'impression de se sentir partir" et la viole "au moins six fois".

"Elle tente de s'échapper au moins cinq fois. Mais Hugo se réveille et la reprend", a-t-elle encore affirmé.

Environ une heure plus tard, "entre le deuxième, qui s'appelle Oscar", a assuré l'avocate, l'accusant des "mêmes faits de violence et de violence sexuelle", "une fois, sans aucune protection".

Me Romano a annoncé jeudi que sa cliente avait été hospitalisée et devrait rester en observation entre 24 et 48 heures, souffrant "d'une décompensation générale du corps suite à tout ce qui s'est passé".

German Hnatow, un des avocats des deux joueurs de l'équipe de France de rugby inculpés de viol aggravé par le parquet de Mendoza, le 12 juillet 2024

German Hnatow, un des avocats des deux joueurs de l'équipe de France de rugby inculpés de viol aggravé par le parquet de Mendoza, le 12 juillet 2024

AFP

"Si l'enquête établit les faits reprochés, ils constituent une atrocité sans nom. Pensée pour la victime", avait écrit sur X Amélie Oudéa-Castéra, la ministre française des Sports, après la révélation de l'affaire qui a plongé le XV de France dans la tourmente avant de disputer le troisième et dernier match de sa tournée estivale, samedi à Buenos Aires contre l'Argentine.

"L'impact sur le groupe est réel. C'est un cataclysme, un traumatisme", a déclaré vendredi le sélectionneur Fabien Galthié en conférence de presse d'avant-match. "Nous sommes très exigeants sur le respect des règles, du règlement mais aussi de la liberté de chacun. On travaille dessus tous les jours. Sans concession".