DIRECT - Guerre en Ukraine : risque de "pulvérisation de substances radioactives" à la centrale de Zaporijjia

Image
zaporijjia
La centrale nucléaire de Zaporijjia est sous le contrôle des Russes depuis le mois de mars. Malgré des appels à creér une zone démilitarisée autour du site, la centrale est régulièrement la cible de bombardements qui font craindre une catastrophe nucléaire d'ampleur. 
AP
Partager7 minutes de lecture
La situation reste précaire à Zaporijjia, la plus grande centrale nucléaire d'Europe. La centrale a été raccordée au réseau électrique après une coupure totale d'électricité jeudi. Le président ukrainien a réclamé une inspection rapide de la structure pour s'assurer de la sécurité et du bon fonctionnement des installations. Energoatom, qui gère la centrale, craint un risque de "pulvérisation de substances radioactives".

18h50. L'espace aérien de la Slovaquie protégé par la Pologne et la République tchèque

La République tchèque et la Pologne garderont l'espace aérien de la Slovaquie voisine, alors que ce pays membre de l'OTAN fait ses adieux à ses MiG-29 de fabrication russe, annonce le ministère slovaque de la Défense. Un accord sur la protection de l'espace aérien slovaque par les forces aériennes tchèques et polonaises a été signé ce 27 août par le ministre slovaque de la Défense Jaroslav Nad, avec ses homologues tchèque Jana Cernochova et polonais Mariusz Blaszczak.

"L'accord entrera en vigueur le 1er septembre, lorsque les avions de chasse MiG-29 slovaques seront immobilisés", a déclaré la porte-parole du ministère de la Défense, Martina Koval Kakascikova, dans un communiqué. Plus tôt, le ministère a annoncé qu'il mettrait hors service les MiG car leur maintenance était devenue très coûteuse et que le personnel russe quittait progressivement la Slovaquie.

17h15. Le Royaume-Uni va donner six drones sous-marins à l'Ukraine 

Le Royaume-Uni annonce qu'il va donner six drones sous-marins à l'Ukraine pour l'aider à neutraliser des mines russes au large de ses côtes, et former des militaires ukrainiens à leur maniement. Ces engins "légers et autonomes sont conçus pour être utilisés dans des zones côtières de faible profondeur, capables de fonctionner jusqu'à 100 mètres sous le niveau de la mer pour détecter, localiser et identifier des mines (...) afin que la Marine ukrainienne puisse les neutraliser", précise le ministère de la Défense (MoD) dans un communiqué.

De même source, "des dizaines de membres de la Marine ukrainienne seront formés à utiliser ces drones au cours des prochains mois, l'entraînement a déjà commencé pour les premiers d'entre-eux". Les formations seront dispensées par le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Cette nouvelle aide militaire intervient alors que selon le MoD, "la Russie transforme la nourriture en arme en détruisant l'agriculture ukrainienne et en imposant un blocus aux ports du pays sur la Mer Noire pour empêcher les exportations".

17h00 TU. Vers une taxation des "superts profits" en France pour faire face à l'inflation ? 

Dans une interview au quotidien français Le Parisien, la Première ministre Elisabeth Borne affirme ne pas "fermer la porte" à une taxation des "super profits" des entreprises, tout en préférant que l'entreprise qui le peut "baisse les prix pour le consommateur et donne du pouvoir d’achat à ses salariés".

"Personne ne comprendrait que des entreprises dégagent des profits exceptionnels alors même que les Français peuvent être inquiets pour leur pouvoir d’achat", ajoute Elisabeth Borne, qui doit s'exprimer lundi devant le Medef, au moment où les prix flambent partout dans le monde en raison notamment de la guerre en Ukraine.

14h30 TU.  Le séjour des Ukrainiens en Russie facilité par un décret

Le président russe Vladimir Poutine signe un décret pour simplifier le séjour et le travail des centaines de milliers d'Ukrainiens ayant quitté leur pays pour la Russie depuis l'intervention militaire du Kremlin. 

Selon ces nouvelles "mesures temporaires", les détenteurs d'un passeport ukrainien, ainsi que les habitants des territoires séparatistes prorusses de Donetsk et de Lougansk, dans le sud-est de l'Ukraine, pourront rester en Russie "sans limitation de délais", précise le décret publié ce samedi. Jusqu'à présent, ils ne pouvaient séjourner officiellement en Russie que 90 jours par période de 180 jours. Pour des séjours plus longs, il fallait obtenir un permis de travail ou une autorisation spéciale.

Les personnes concernées ont désormais "le droit de mener une activité professionnelle en Russie sans permis de travail", précise le décret. Toutefois, pour profiter de cette mesure, elles devront se soumettre à un relevé d'empreintes digitales, à une prise de photo d'identité et à des dépistages de drogues et de maladies infectieuses.

12h25 TU. Les autorités ukrainiennes distribuent des pastilles d'iode autour de Zaporijjia

Selon le journal Le Monde, les autorités ukrainiennes de la région de Zaporijjia ont commencé à distribuer des pastilles d'iode aux personnes qui habitent à proximité de la centrale. 

Selon les recommandations du ministère de la Santé ukrainien, les personnes vivant dans un rayon de cinquante kilomètres d’une possible source de rayonnement doivent recevoir de l'iode de façon préventive.

11h20 TU. Victime d'une cyberattaque d'ampleur, le Monténégro accuse la Russie à demi-mots

Des institutions gouvernementales du Monténégro ont été visées par une importante attaque informatique. Il s'agit de la deuxième cyberattaque, après une première vague ayant frappé des institutions de ce pays de 620 000 habitants dans la foulée d'une motion de censure qui a renversé le 19 août son gouvernement.

Mais cette fois-ci, le ministre de la Défense, Rasko Konjevic, a pointé du doigt la Russie. Il s'agit "d'attaques très sophistiquées qui ne peuvent pas être menées par des individus" assure le ministre. Et d'ajouter : "Qui pourrait avoir une sorte d'intérêt politique pour infliger de tels dégâts au Monténégro ? Je trouve qu'il y a suffisamment d'éléments pour douter sur le fait que la Russie est derrière l'attaque".

La Russie a ajouté en mars le Monténégro sur sa liste de "pays ennemis", après son alignement sur des sanctions de l'Union européenne contre Moscou en raison de la guerre en Ukraine.

10h45 TU. Energoatom met en garde contre un risque de "pulvérisation de substances radioactives" à la centrale de Zaporijjia

Il existe un risque de "pulvérisation de substances radioactives" à la centrale nucléaire de Zaporijjia, a averti samedi l'opérateur public ukrainien.

Selon Energoatom, les troupes russes ont "bombardé à plusieurs reprises au cours de la dernière journée" le site. "L'infrastructure de la centrale a été endommagée, et il existe des risques de fuite d'hydrogène et de pulvérisation de substances radioactives", a indiqué l'agence sur Telegram, ajoutant qu'il y avait "un risque d'incendie élevé".

10h00 TU. La Russie renforce son offensive dans le Donbass selon le Royaume-Uni

Selon un rapport du ministère de la Défense britannique, repris par The Guardian, la Russie renforcerait ses attaques autour de la ville de Donetsk dans le Donbass. 

"Il est réaliste de penser que la Russie a intensifié ses efforts dans le Donbass" dans le but d'éparpiller les troupes ukrainiennes explique le ministère sur son compte twitter. Cett stratégie pourrait être une réponse aux rumeurs selon lesquelles l'Ukraine prépare "une contre-offensive majeure". 


07h00 TU. L'OTAN alerte sur la militarisation russe de l'Arctique 

La militarisation russe de l'Arctique est un "défi stratégique", selon le chef de l'Otan. Jens Stoltenberg a souligné la nécessité de renforcer la sécurité sur le flanc nord de l'Alliance pour contrer la Russie, à l'issue d'une tournée au Canada au cours de laquelle il a visité des installations militaires en Arctique.

"Le Grand Nord est stratégiquement important pour la sécurité euro-atlantique", a déclaré Jens Stoltenberg, rappelant que "le chemin le plus court vers l'Amérique du Nord pour les missiles et les bombardiers russes serait le pôle Nord"

(Re)lire : les pays de l'OTAN promettent leur soutien inconditionnel à l'Ukraine

"Cela rend le rôle du Norad vital pour l'Amérique du Nord et donc pour l'Otan", a-t-il ajouté, en référence au Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord, une organisation américano-canadienne. 

05h35 TU. La Russie empêche l'adoption d'un texte sur le désarmement nucléaire

La Russie a empêché l'adoption du traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), dénonçant des termes "politiques".

Les 191 pays signataires du TNP, qui vise à empêcher la propagation des armes nucléaires, favoriser un désarmement complet et promouvoir la coopération pour l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire, étaient réunis au siège des Nations unies à New York depuis le 1er août.

Mais malgré un mois de négociations, "la conférence n'est pas en position de parvenir à un accord", a déclaré le président de la conférence, l'Argentin Gustavo Zlauvinen. Les décisions à l'ONU sont prises par consensus, et le représentant russe, Igor Vishnevetsky, a dénoncé l'absence "d'équilibre" dans le projet de texte final.

05h00 TU. Volodymyr Zelensky réclame une visite rapide de l'AIEA à Zaporijjia

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a pressé l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) d'envoyer au plus vite une mission à la centrale nucléaire de Zaporijjia. La centrale a été rebranchée sur le réseau électrique après une coupure totale jeudi imputée aux Russes.

"Nos scientifiques, tous les spécialistes du secteur de l'énergie réussissent à préserver la centrale nucléaire de Zaporijjia du scénario du pire vers lequel poussent en permanence les forces russes", a déclaré Volodymyr Zelensky dans son message vidéo quotidien.

Des experts de l'AIEA y sont attendus "la semaine prochaine", selon la conseillère du ministre ukrainien de l'Energie Lana Zerkal, qui a reproché aux Russes "d'artificiellement créer des obstacles" à cette mission, ce que Moscou nie. 

"Nous ne pouvons nous permettre de perdre davantage de temps", avait déclaré jeudi le directeur général de l'AIEA Mariano Grossi, relevant qu'il y avait un "risque très réel de catastrophe nucléaire".