DIRECT - Guerre en Ukraine : vague de frappes massives dans le pays

Les forces russes mènent des frappes massives à travers toute l'Ukraine. Les régions de Kharkiv et Odessa sont particulièrement visées. Des explosions ont été entendues à Kiev, la capitale du pays. 
Image
soldats ukrainiens
Des soldats ukrainiens sont assis dans un van à Chasiv Yar, en Ukraine, le 8 mars 2023.
AP Photo/Evgeniy Maloletka
Partager9 minutes de lecture

19h46 TU. La Russie a commis une "violation grave" de la sécurité nucléaire, dénonce l'UE

La Russie a commis une "violation grave de la sécurité nucléaire" en entraînant la coupure du réseau de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia à la suite d'une frappe, a dénoncé le chef de la diplomatie européenne.

L'interruption de l'alimentation électrique, rétablie à la mi-journée, a nécessité d'avoir recours aux générateurs diesel de secours pour refroidir la centrale, "ce qui a beaucoup augmenté le risque d'un accident nucléaire au cours des dernières heures", a déploré Josep Borell en marge d'une réunion européenne à Stockholm.

"C'est une violation grave de la sécurité nucléaire, provoquée par la Russie", a dénoncé le haut représentant de l'Union européenne. "Zaporijjia est la plus grande centrale nucléaire d'Europe. Et la Russie met en danger la sécurité de la totalité du continent européen, Russie incluse", a-t-il déploré.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

L'alimentation électrique a été rétablie à la mi-journée à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, occupée par les troupes de Moscou et qui avait été coupée du réseau plus tôt jeudi après une frappe russe, a annoncé l'opérateur électrique ukrainien.

18h25 TU. La Lituanie estime que Moscou a les moyens de poursuivre la guerre en Ukraine pendant deux ans

Les renseignements militaires lituaniens estiment que la Russie dispose de suffisamment de ressources pour poursuivre son offensive en Ukraine au rythme actuel pendant deux ans.

"La Russie a accumulé des armes et des équipements pendant les longues années de la guerre froide", a déclaré à la presse le chef du renseignement militaire, Elegijus Paulavicius.

"Nous estimons que ses ressources lui permettent de poursuivre la guerre avec la même intensité qu'aujourd'hui pendant deux ans", a-t-il ajouté, à condition qu'aucun pays étranger ne fournisse d'aide militaire à Moscou.

Elegijus Paulavicius s'exprimait aux côtés de son homologue du renseignement civil lors de la présentation de leur rapport annuel. Ce rapport suggère qu'en Russie le soutien à la guerre en Ukraine "n'est pas aussi important que la propagande du régime tente de le faire croire". 

15h57 TU. Moscou annonce une réunion lundi à Genève avec l'ONU sur l'accord céréalier

La Russie a annoncé la tenue d'une réunion à Genève avec l'ONU sur l'accord céréalier avec l'Ukraine, qui expire le 18 mars et dont les négociations visant à le prolonger ont été jugées jeudi "compliquée" par son chef de la diplomatie.

"Les prochaines séries de consultations sont prévues le 13 mars à Genève, auxquelles participera la délégation interministérielle russe" avec "des représentants de l'ONU", a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, lors d'un point-presse.

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, à Moscou, le 22 février 2023.
La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, à Moscou, le 22 février 2023.
AP/Alexander Nemenov

13h32 TU. La Moldavie dit "enquêter" sur des allégations d'attaque en Transnistrie

La Moldavie a indiqué "enquêter" sur les allégations des autorités de la Transnistrie, sa région séparatiste prorusse, qui ont affirmé avoir déjoué une attaque imputée à Kiev.

"Les autorités compétentes enquêtent sur ces informations", a réagi le gouvernement sur Facebook, tandis que le Premier ministre Dorin Recean a affirmé "ne pas avoir confirmation" et se dit prêt à "répondre à toute provocation".

Transnistrie, 31 oct 2021
Une femme passe devant une statue de Lénine à Tiraspol, la capitale de la Transnistrie, le 31 octobre 2021.
AP/Dmitri Lovetsky

11h55 TU. La déconnexion de Zaporijjia, un "risque inacceptable" pour la diplomatie française 

Les frappes, qui ont conduit à une nouvelle déconnexion de la centrale de Zaporijjia dans le sud de l'Ukraine, constituent "un risque inacceptable pour la sécurité et la sûreté nucléaires", estime Anne-Claire Legendre, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. "La France a pris note avec préoccupation des informations relatives à une nouvelle déconnexion de la centrale de Zaporijjia", déclare également Anne-Claire Legendre.

11h24 TU. Un bombardement de "représailles"

La Russie annonce avoir mené des frappes "massives" en Ukraine "en représailles" à une récente incursion sur son territoire qu'elle impute à des "saboteurs" de Kiev.

"En réponse aux actes terroristes du régime de Kiev dans la région (russe) de Briansk le 2 mars, les forces armées de la Fédération de Russie ont mené des frappes de représailles massives", déclare dans un communiqué le ministère russe de la Défense. Il affirme que des missiles hypersoniques "Kinjal" ("poignard", en russe) avaient notamment été utilisés.

10h53 TU. La Russie estime qu'il est "compliqué" de prolonger l'accord céréalier


Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov qualifie de "compliquées" les négociations visant à prolonger un accord ayant permis de reprendre les exportations de céréales ukrainiennes malgré l'offensive de Moscou en l'Ukraine.

Affirmant que les clauses du pacte devant profiter à la Russie n'étaient "pas du tout" appliquées, Sergueï Lavrov déclare que "si l'accord est appliqué à moitié, alors la question de son extension devient plutôt compliquée". Cet accord céréalier, vital pour l'approvisionnement alimentaire mondial, expire le 18 mars prochain.

10h51 TU. Vers le retour des exportations d'armes vers l'Ukraine depuis la Suisse

La chambre basse du Parlement suisse vote de justesse en faveur de la réexportation d'armes de fabrication suisse à l'Ukraine. Toutefois, ce vote est soumis à la condition que Moscou ne s'y oppose pas. Le texte adopté, par 98 voix contre 96 et 2 abstentions, prévoit que la réexportation d'armes suisse est possible si le Conseil de sécurité des Nations unies, où la Russie dispose d'un siège permanent et donc d'un droit de veto, déclare dans une résolution que la guerre menée par la Russie en Ukraine est contraire au droit international.

Ce scénario semble donc peu probable. Le débat sur la neutralité agite la Suisse depuis l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février 2022. Si le pays alpin, qui ne fait pas partie de l'Union européenne, a adopté toutes les sanctions instaurées contre la Russie par Bruxelles, il s'est en revanche montré inflexible sur sa neutralité militaire.

10h00 TU. "On joue avec le feu", déplore le chef de l'AIEA


Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Rafael Grossi tire une nouvelle fois la sonnette d'alarme après une frappe russe sur la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia. Elle fonctionne désormais aux générateurs de secours.

"À chaque fois on joue avec le feu et si nous permettons à cette situation de se prolonger, un jour notre chance va tourner", avertit-il devant le Conseil des gouverneurs de l'instance onusienne à Vienne. Il appelle "chacun à s'engager à protéger la sécurité" du site, via la création d'une zone spéciale.

8h13 TU. De "misérables tactiques" dénoncées par Zelensky
 

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky dénonce les "misérables tactiques" russes après une nouvelle vague de frappes massives qui ont visé la capitale et neuf régions de son pays. "L'ennemi a lancé 81 missile en tentant à nouveau d'intimider les Ukrainiens, utilisant à nouveau ses misérables tactiques", lance le président sur Telegram. Il ajoute que les attaques ont visé Kiev et neuf régions dans le centre, le sud et l'ouest du pays.

7h42 TU. Pas d'électricité, d'eau et de chauffage à Kharkiv 


La ville de Kharkiv dans l'est de l'Ukraine se retrouve sans électricité, eau ni chauffage après les frappes russes massives ayant touché des infrastructures essentielles, annonce son maire Igor Terekhov.  "Il n'y a plus d'électricité dans toute la ville", déclare-t-il à la télévision.

Les transports électriques ne fonctionnent pas. Il n'y a pas de chauffage et d'approvisionnement en eau, en raison du manque de tension dans le réseau électrique. Igor Terekhov, maire de Kharkiv

7h19 TU. L'Ukraine dit avoir abattu 34 missiles russes


L'Ukraine a abattu 34 missiles sur 81 et quatre drones lancés par la Russie lors d'une nouvelle vague de frappes massives contre ses "infrastructures essentielles", annonce le commandant en chef des forces armées ukrainiennes. La défense anti-aérienne ukrainienne a réussi à abattre "34 missiles" sur 81 ainsi que quatre drones explosifs Shahed de fabrication iranienne sur huit, indique le général Valery Zaloujny sur Telegram. 

7h09 TU. Plus de chauffage à Kiev pour 40% des usagers


Quarante pour cent des usagers à Kiev sont privés de chauffage ce matin à la suite de frappes massives russes sur l'Ukraine, indique l'administration militaire de la capitale.  "Des coupures d'électricité d'urgence ne permettent pas d'assurer le chauffage de 40% des consommateurs de Kiev", précise l'administration sur Telegram. 

6h33 TU. Quatre morts dans la région de Lviv
 

Une frappe russe a tué au moins quatre civils - deux hommes et deux femmes - dans la région ukrainienne de Lviv (ouest) tôt ce matin, annonce le gouverneur régional, en pleine nouvelle vague de bombardements à travers l'Ukraine. 

Un missile russe est tombé sur un quartier résidentiel dans le district de Zolotchiv, détruisant trois maisons, précise le gouverneur, Maksym Kozytsky, sur Telegram. "Les débris sont en train d'être déblayés, d'autres personnes peuvent être en-dessous", ajoute-t-il.

5h56 TU. Pas d'électricité à Zaporijjia 
 

Le centrale nucléaire de Zaporijjia, occupée par l'armée russe dans le sud de l'Ukraine, est coupée du réseau électrique ukrainien après une frappe russe, affirme l'opérateur nucléaire ukrainien. Il met en garde sur un risque d'accident.

"La dernière ligne de communication entre la centrale nucléaire occupée de Zaporijjia et le réseau électrique ukrainien a été coupée à cause d'attaques de roquettes" russes, indique dans un communiqué Energatom. Il précise que des générateurs diesel de secours ont été enclenchés pour assurer l'alimentation minimale de la centrale.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

5h44 TU. Au moins deux blessés dans une explosion à Kiev 
 

Une nouvelle explosion a retenti ce matin dans l'ouest de Kiev. Au moins deux personnes ont été blessées, indique le maire de la capitale, en pleine vague de frappes russes.

"Une autre explosion dans la capitale. District de Sviatochyne, explique Vitali Klitschko, sur Telegram Les secours vont sur place. Des voitures sont en feu dans la cour d'un immeuble résidentiel." Il précise que deux personnes de ce quartier avaient été blessées et hospitalisées.

4h52 TU. Des frappes russes menées à Kharkiv et Odessa 
 

À Kharkiv, dans l'Est de l'Ukraine, "l'ennemi a mené environ 15 frappes sur la ville et la région. Les occupants ciblent une fois encore des installations essentielles" avant l'aube, déclare sur les réseaux sociaux le gouverneur de la région, Oleg Synegubov.  "Selon les premières informations, un immeuble résidentiel privé de la région de Kharkiv a été touché", ajoute-t-il. Il annonce des précisions "claires" sur d'éventuelles victimes et sur l'ampleur des dégâts. 

Kharkiv 9 mars
Trois missiles russes lancés depuis la région de Belgorod sont visibles à l'aube à Kharkiv, le 9 mars 2023.
AP Photo/Vadim Belikov

Le maire de Kharkiv Igor Terekhov explique que "l'infrastructure énergétique" de la ville, la principale de la région, a été visée et qu'il y a des "problèmes" d'électricité dans certains quartiers.  Des installations énergétiques de Kharkiv avaient déjà été touchées par des frappes russes mi-janvier. 

Le gouverneur de la région d'Odessa (sud), Maksym Marchneko, rapporte de son côté que "des missiles ont frappé l'infrastructure énergétique régionale et endommagé des bâtiments résidentiels". Il parle d'une "frappe massive de missiles". L'attaque, survenue un peu plus d'un an après l'invasion par les troupes russes le 24 février 2022, n'a pas fait de mort, selon le gouverneur, mais des "restrictions d'approvisionnement en électricité" ont été mises en place.