DIRECT - Ukraine : il est "prématuré" d'évoquer un "encerclement complet" de Bakhmout, dit Prigojine

Image
La Russie affirme bloquer les forces ukrainiennes dans Bakhmout
©Iryna Rubakova via AP
Une croix sur la tombe d'un résident local tué par des bombardements russes, dans la cour d'un immeuble d'appartements à Bakhmout, dans la région de Donetsk, en Ukraine, le mercredi 12 avril 2023.
Image
DIRECT - Ukraine : la Banque mondiale apporte 200 millions de dollars pour réparer le réseau électrique
©AP Photo/Evgeniy Maloletka
Une femme éclairant la route avec une lampe de poche pendant la panne d'électricité à Kiev, en Ukraine, le vendredi 3 février 2023.
Partager15 minutes de lecture

L'armée russe a affirmé ce jeudi 13 avril bloquer les troupes ukrainiennes retranchées dans la ville de Bakhmout, épicentre depuis des mois des combats en Ukraine et où les Russes semblent avancer. Le chef du groupe paramilitaire russe Wagner, dont les combattants sont en première ligne dans la bataille de Bakhmout, a quant à lui estimé qu'il était encore trop tôt pour parler d'un encerclement complet de cette ville symbole de l'est de l'Ukraine.

20h12 TU. Le groupe russe Wagner sur la liste des sanctions de l'UE pour ses activités en Ukraine

L'Union européenne a ajouté l'organisation paramilitaire russe Wagner sur sa liste des individus et entités sanctionnés pour "participation active à la guerre d'agression russe contre l'Ukraine". 

Ce groupe de mercenaires, qui combat dans l'est du territoire ukrainien pour tenter de s'emparer des villes de Bakhmout et de Soledar, avait déjà été placé en février sur une autre liste de sanctions de l'UE pour violation des droits de l'Homme et "déstabilisation" de pays en Afrique. 

Le Conseil européen, qui représente les 27 États membres de l'Union européenne, a expliqué que la nouvelle liste de sanctions "complétait" la précédente. 

Wagner, a-t-il poursuivi, y a été inscrit pour "des actions sapant ou menaçant l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance de l'Ukraine".

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

18h30 TU. Le parquet russe entame un examen de la vidéo de décapitation d'un soldat ukrainien

Le parquet russe a indiqué avoir entamé l'examen d'une vidéo virale montrant un individu russophone en uniforme décapiter au couteau une personne qui semble être un prisonnier de guerre ukrainien, images qui ont provoqué le choc et la colère en Ukraine et en Occident. 

"Afin de déterminer l'authenticité de ce contenu et tirer les conclusions (judiciaires) qui s'imposent, (la vidéo) a été transmise aux organes d'investigation pour examen", a indiqué le bureau du procureur sur sa chaîne Telegram. 

Cette décision est une étape préliminaire qui peut déboucher, ou non, sur l'ouverture d'une enquête criminelle. L'annonce du parquet est néanmoins inhabituelle, la Russie démentant d'ordinaire immédiatement, systématiquement et en bloc les accusations de crimes de guerre portées contre ses troupes en Ukraine, comme les exécutions sommaires de Boutcha.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

16h45 TU. La Norvège expulse 15 "agents de renseignement" russes

La Norvège a annoncé l'expulsion de 15 employés de l'ambassade de Russie à Oslo soupçonnés d'espionnage, au risque de réduire quasiment à néant des relations bilatérales autrefois étroites mais qui se sont fortement détériorées du fait de la guerre en Ukraine.

La réaction de Moscou ne saurait se faire attendre : dénonçant une "nouvelle décision extrêmement inamicale", l'ambassade russe a d'ores et déjà promis "une réplique".

Membre de l'Otan dont il garde les frontières face à la Russie dans le Grand Nord, ce pays scandinave a expliqué les expulsions par "la nouvelle donne géopolitique (qui) a engendré, en matière d'espionnage, une menace accrue de la part de la Russie".

15h28 TU. L'Ukraine dément tout blocus de ses forces par les Russes dans Bakhmout

L'armée ukrainienne a nié tout blocus de ses troupes dans Bakhmout, épicentre de combats dans l'est de l'Ukraine, rejetant les affirmations du ministère russe de la Défense. 

"Cela ne correspond pas à la réalité", a déclaré le porte-parole militaire pour la zone de l'Est Serguiï Tcherevaty, assurant que l'armée ukrainienne avait toujours la possibilité de "livrer des produits alimentaires, munitions, médicaments" à Bakhmout ainsi que d'en "récupérer" ses blessés.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

12H31 TU. Il est "prématuré" d'évoquer un "encerclement complet" de Bakhmout, dit Prigojine

Le chef du groupe paramilitaire russe Wagner, dont les combattants sont en première ligne dans la bataille de Bakhmout, a estimé ce jeudi qu'il était encore trop tôt pour parler d'un encerclement complet de cette ville symbole de l'est de l'Ukraine.

"L'armée ukrainienne continue d'amener des renforts et de les transférer dans la ville. Des combats difficiles et sanglants sont en cours, donc il est prématuré d'évoquer un encerclement complet de Bakhmout", a indiqué Evguéni Prigojine sur Telegram, assurant que 80% de la cité étaient néanmoins sous contrôle russe.

12H01 TU.  La Russie affirme bloquer les forces ukrainiennes dans Bakhmout

L'armée russe a affirmé ce jeudi 13 avril bloquer les troupes ukrainiennes retranchées dans la ville de Bakhmout, épicentre depuis des mois des combats en Ukraine et où les Russes semblent avancer.

"Les troupes aéroportées (russes) soutiennent sur les flancs, les groupes d'assaut (du groupe paramilitaire Wagner), bloquant l'envoi de réserves de l'armée ukrainienne dans la ville et la possibilité d'un retrait (de Bakhmout) des unités de l'ennemi", a indiqué le ministère russe de la Défense dans un son compte-rendu quotidien.


11H32 TU. Le parquet russe entame un examen de la vidéo de décapitation d'un soldat ukrainien

Le parquet russe a indiqué ce jeudi 13 avril avoir entamé l'examen d'une vidéo virale montrant un individu russophone en uniforme décapiter au couteau une personne qui semble être un prisonnier de guerre ukrainien.

"Afin de déterminer l'authenticité de ce contenu et tirer les conclusions (judiciaires) qui s'imposent, (la vidéo) a été transmise aux organes d'investigation pour examen", a indiqué le bureau du procureur sur sa chaîne Telegram.


11H21 TU. Annexion de la Crimée: l'ukrainien Naftogaz affirme que Moscou a été condamné à lui verser 5 mds USD d'indemnités​

Le géant ukrainien de l'énergie Naftogaz a affirmé ce jeudi 13 avril avoir obtenu, devant un tribunal basé à La Haye, la condamnation de la Russie à lui verser 5 milliards de dollars d'indemnités pour la saisie illégale d'actifs lors de l'annexion de la Crimée en 2014.

"En dépit des tentatives de la Russie d'entraver la justice, le tribunal d'arbitrage a ordonné à la Russie d'indemniser Naftogaz pour des pertes à hauteur de 5 milliards de dollars", a déclaré le directeur général du géant ukrainien, Oleksiy Chernyshov, cité dans un communiqué du groupe.

11H07 TU. Le parquet russe entame un examen de la vidéo de décapitation d'un soldat ukrainien

Le parquet russe a indiqué ce jeudi 12 avril, avoir entamé un examen d'une vidéo virale montrant un individu russophone en uniforme décapiter au couteau un soldat qui semble être un prisonnier ukrainien.

"Afin de déterminer l'authenticité de ce contenu et tirer les conclusions (judiciaires) qui s'imposent, (la vidéo) a été transmise aux organes d'investigation pour examen", a indiqué le bureau du procureur sur sa chaîne Telegram. Cette décision est une étape préliminaire qui peut déboucher ou non sur l'ouverture d'une enquête criminelle.

10H54 TU. La Norvège expulse 15 "agents de renseignement" russes​

La Norvège a annoncé jeudi l'expulsion de 15 employés de l'ambassade de Russie à Oslo qu'elle considère comme des "agents de renseignement".

"Ces 15 agents de renseignement sont déclarés indésirables car ils conduisent des activités qui ne sont pas compatibles avec leur statut diplomatique", a déclaré la ministre norvégienne des Affaires étrangères, Anniken Huitfeldt, dans un communiqué.

10H40 TU. Un Ukrainien tente de s'immoler par le feu en Pologne​

Un Ukrainien de 63 ans a été hospitalisé à Cracovie, dans le sud de la Pologne, après avoir tenté de s'immoler par le feu devant le consulat de son pays, a annoncé la police polonaise.

Peu avant 08H00 locales (06H00 GMT) l'homme "faisait la queue devant le consulat d'Ukraine quand il a crié quelque chose en ukrainien, a sorti une bouteille de liquide inflammable, s'en est aspergé et s'est mis le feu", a expliqué à l'AFP  précisé un porte-parole de la police, Piotr Szpiech.

09H44 TU. L'Ukraine appelle l'Otan à développer une stratégie pour la mer Noire​

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères a appelé ce jeudi 13 avril, les occidentaux à faire de la mer Noire une "mer de l'Otan", un an après la destruction du navire amiral russe Moskva.

"Il est temps d'élaborer un réseau de sécurité global pour toutes les nations de la région menacées" et de faire de la mer Noire "ce que la mer Baltique est devenue : une mer de l'Otan", a déclaré Dmytro Kouleba à l'ouverture d'une conférence en Roumanie.

09H40 TU. Céréales ukrainiennes : Moscou menace à nouveau de suspendre l'accord​

La Russie a appelé ce jeudi 13 avril à lever les restrictions occidentales visant le secteur agricole russe sous peine de mettre fin le 18 mai à l'accord permettant les exportations de céréales ukrainiennes.

La diplomatie russe a mis en avant cinq exigences dans son communiqué, dont la reconnexion au système bancaire international SWIFT de la banque russe spécialisée dans l'agriculture Rosselkhozbank, la reprise des livraisons en Russie d'engins et pièces détachées agricoles, l'annulation des entraves pour assurer des navires et accéder aux ports étrangers.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...


09H16 TU. Blogueur russe assassiné : le FSB vise des alliés de Navalny​

Le service de sécurité russe (FSB) a pointé jeudi du doigt des responsables en exil de l'organisation de l'opposant Alexeï Navalny dans le cadre de l'enquête sur l'attentat qui a tué un blogueur militaire farouche partisan de l'assaut contre l'Ukraine. 

Une jeune femme de 26 ans, Daria Trepova, présentée comme une sympathisante du mouvement anti-Kremlin de Alexeï Navalny, est accusée d'avoir apporté une bombe, camouflée dans un buste et qui lui aurait été transmis, selon le communiqué du FSB, par un agent des services ukrainien, Iouri Denisov, qui a quitté la Russie après l'attentat.


09H08 TU. La Finlande a mené son premier exercice avec l'Otan depuis son adhésion​

La Finlande a annoncé ce jeudi 13 avril, avoir mené son premier exercice militaire depuis son adhésion à l'Otan, avec deux navires allemand et portugais amarrés symboliquement dans le port d'Helsinki.

Les deux frégates, la Mecklenburg-Vorpommern et la Bartolomeu Dias, doivent faire escale dans la capitale jusqu'à dimanche, a annoncé la marine finlandaise dans un communiqué.

07H56 TU. Un membre d'une base militaire à l'origine de la fuite de documents confidentiels américains

La fuite de documents américains classifiés est l'oeuvre d'un jeune homme ayant travaillé sur une base militaire et partagé ses informations sur un groupe privé en ligne, selon le journal Washington Post.

Le quotidien américain affirme dans un article publié mercredi 12 avril, avoir interrogé sous le sceau de l'anonymat deux membres du réseau social Discord où ont été publiées des centaines de pages de documents confidentiels, dont certains top secret ou concernant la guerre en Ukraine ou encore des alliés des États-Unis.

La fuite, qui fait l'objet d'une enquête criminelle de la part du département américain de la Justice, provient d'un homme ayant comme pseudonyme "OG". Il a régulièrement publié pendant des mois des centaines de pages recopiées sur des documents dans la base militaire où il travaille, avance le journal, qui ajoute que la personne interrogée a refusé de préciser de quelle base il s'agissait.

07H17 TU. Invasion russe : le PIB ukrainien s'effondre de 29,1% en 2022

Le produit intérieur brut (PIB) de l'Ukraine s'est effondré de 29,1% en 2022 par rapport à l'année précédente du fait de l'invasion russe qui ravage le pays, a indiqué ce jeudi le Comité d'Etat ukrainien pour les statistiques. 

L'Ukraine, qui résiste grâce à l'aide militaire et financière des Occidentaux, a vu des pans entier de son économie engloutis par la guerre. Le secteur du bâtiment a ainsi enregistré l'an dernier une chute de 67,6%

05H41 TU. Ce que contiennent les documents confidentiels américains qui ont fuité

Des documents américains classifiés, dont certains top secret, publiés en ligne après une fuite, détaillent les vues de Washington sur la guerre en Ukraine et semblent indiquer une collecte d'informations sur de proches alliés des États-Unis.

Le Pentagone a estimé que cette divulgation de documents confidentiels représentait un "risque très grave" pour la sécurité nationale américaine et le ministère de la Justice a ouvert une enquête pénale.

L'authenticité de ces photographies, qui circulent sur différents sites internet, n'a néanmoins toujours pas été confirmée publiquement par les autorités, ni pu être indépendamment établie.

Voici un aperçu dressé à partir de ces documents examinés par l'AFP

  • Le bilan de la guerre en Ukraine

L'un d'entre eux dresse un bilan du conflit en Ukraine au 1er mars 2023, soit après un peu plus d'un an de combats, et évalue les pertes russes entre 35.500 et 43.500, contre 16.000 à 17.500 pour l'Ukraine.

Moscou aurait aussi perdu plus de 150 avions et hélicoptères, contre plus de 90 pour Kiev.

Une autre version du document, apparemment retouchée, affirme au contraire que les pertes ukrainiennes seraient supérieures aux russes, semblant confirmer les craintes du Pentagone que cette fuite puisse "potentiellement alimenter la désinformation".

  • Pénurie de missiles antiaériens

Deux documents en date du 28 février détaillent l'état préoccupant des défenses aériennes ukrainiennes, qui ont jusqu'ici joué un rôle crucial contre les frappes russes, empêchant Moscou de prendre le contrôle de l'espace aérien.

La capacité de Kiev à maintenir des défenses aériennes de moyenne portée pour protéger la ligne de front "sera réduite à néant d'ici au 23 mai", peut-on y lire.

Près de 90% des défenses de moyenne et longue portée de l'Ukraine seraient en effet constituées de systèmes SA-11 et SA-10 de l'ère soviétique, qui pourraient se trouver à court de munitions respectivement fin mars et début mai, indique l'un des documents.

  • Des frappes de drones en Russie envisagées

Selon un document non daté, le président ukrainien Volodymyr Zelensky aurait regretté auprès de son plus haut général que l'armée ukrainienne ne dispose pas de missiles de longue portée qui permettraient de viser les forces ennemies directement en territoire russe, et aurait suggéré fin février de réaliser une telle frappe plutôt au moyen de drones.

Ces informations, qui semblent indiquer une surveillance par Washington d'un proche partenaire, pourraient en partie expliquer la réticence des Etats-Unis à fournir à Kiev les armes de plus longue portée qu'elle réclamait, mais ces hésitations américaines datent d'avant l'échange mentionné.

  • Manifestations en Israël

Un autre document non daté affirme que des dirigeants du Mossad, le service de renseignement israélien, auraient encouragé tant des responsables de l'agence que les citoyens ordinaires à protester contre la controversée réforme du système judiciaire en Israël.

La source de cette information - l'interception de communications électroniques - semble indiquer des opérations américaines d'espionnage contre un pays allié.

  • Inquiétude quant aux munitions sud-coréennes

Le conseil de sécurité nationale sud-coréen a redouté que les Etats-Unis ne transfèrent à Kiev certaines munitions commandées auprès de Séoul, ce qui serait allé à l'encontre de la volonté de la Corée du Sud de s'abstenir de fournir des équipements létaux à l'Ukraine, selon un document abordant un échange du 1er mars entre deux responsables sud-coréens.

Cette révélation, qui semble encore une fois suggérer l'espionnage par Washington d'un proche allié, a donné lieu à des critiques en Corée du Sud, où l'opposition a réclamé mercredi l'ouverture d'une enquête. Les services du président Yoon Suk Yeol ont rétorqué que les accusations d'écoutes étaient d'"absurdes mensonges".

  • La mer Noire surveillée

Un document en date du 27 février aborde les vols de surveillance de la mer Noire par les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France et l'Otan, de fin septembre à fin février, au moyen d'appareils avec ou sans équipage.

Environ deux semaines après la rédaction de ce document, Washington a accusé l'armée russe d'avoir intercepté au-dessus de la mer Noire un de ses drones Reaper MQ-9 et de l'avoir endommagé, ce que Moscou a démenti.

02H30 TU. Le grenier à blé de la Tunisie à court de céréales

La Tunisie connaît sa quatrième année de sécheresse mais contrairement aux années précédentes, le manque de pluie touche aussi le nord-ouest fertile, qui fournit le pays en céréales. La dépendance du pays nord-africain aux importations va donc s'accroître dans un contexte de prix très élevés depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie, deux producteurs majeurs.


20H00 TU. La Banque mondiale apporte 200 millions de dollars pour réparer le réseau électrique 
 

La Banque mondiale a annoncé mercredi 12 avril qu'elle allait accorder 200 millions de dollars à l'Ukraine afin de permettre au pays en guerre de remettre en état son réseau électrique, particulièrement visé par les frappes russes durant l'hiver.

Ce nouvel apport d'argent pourrait être accompagné d'un autre don, de 300 millions de dollars, de la part "des partenaires et autres contributeurs, à mesure que le projet sera élargi", a ajouté la banque dans son communiqué.

La somme doit permettre à l'Ukraine de réaliser les travaux d'urgence permettant la remise en état des infrastructures les plus critiques et de mettre en place des équipements de chauffage lorsque cela peut être nécessaire.

"Les infrastructures énergétiques ukrainiennes ont subi pour 11 milliards de dollars de dégâts en 2022 et sont l'un des secteurs pour lesquelles l'Ukraine a besoin des réparations les plus urgentes", a souligné la directrice générale des opérations de la Banque mondiale, Anna Bjerde, citée dans le communiqué.

Ce qu'il faut savoir ce jeudi 13 avril à 05H20 TU. :

  • Le consulat américain n'a toujours pas eu d'autorisation de visiter en prison le journaliste du Wall Street Journal
La diplomatie russe reconnait n'avoir toujours pas autorisé un représentant du consulat américain à aller voir en prison le journaliste Evan Gershkovich, arrêté en reportage en Russie et que Moscou accuse d'être un espion.
 
  • Un chasseur russe a intercepté un avion allemand au dessus de la Baltique
​L'armée russe a envoyé un avion de chasse pour intercepter un appareil de la marine allemande qui s'approchait de la frontière au-dessus de la mer Baltique, sans provoquer d'incident. "Le 12 avril 2023, les services de contrôle de l'espace aérien russe au-dessus de la mer Baltique ont détecté une cible aérienne s'approchant de la frontière de la Russie", a indiqué le ministère de la Défense sur Telegram.
 
  • Le Parlement russe valide au pas de course des régles facilitant la mobilisation​
La chambre haute du parlement russe a voté ce mercredi 12 avril une loi facilitant la mobilisation des Russes dans l'armée, un texte validé en deux jours par le législateur et qui attend désormais la signature de Vladimir Poutine.

Le Kremlin dément pour autant qu'il s'agisse des prémices d'une nouvelle mobilisation de réservistes pour le front ukrainien.

Selon la nouvelle loi, un réserviste pourra désormais être mobilisé par voie électronique, via un portail des services publics russes, ou encore si l'ordre est remis à un tiers.

Une fois l'ordre envoyé, le mobilisable se voit notamment interdire de quitter le pays.

  • Kiev accuse Moscou après une vidéo choc de décapitation
​​​Une nouvelle vidéo insoutenable montrant la décapitation d'un prisonnier de guerre ukrainien présumé a provoqué mercredi la colère de l'Ukraine, le président Volodymyr Zelensky dénonçant une nouvelle exaction de "monstres" russes.

La mission de l'ONU à Kiev s'est déclarée "horrifiée" par ces images exigeant une enquête alors que le Kremlin a appelé à vérifier l'"authenticité" de la vidéo, lui qui d'ordinaire rejette les accusations de crimes portées contre ses militaires. La représentation onusienne évoque en outre une seconde vidéo montrant les corps mutilés de prisonniers ukrainiens.
De son côté, la France a dénoncé "un acte barbare" et une "atteinte insoutenable à la dignité humaine". Et le président du Conseil européen, Charles Michel, s'est dit "mortifié par la vidéo atroce", dans un message sur Twitter.