DIRECT-Ukraine : Kiev dit avoir découvert 450 tombes dans le nord-est, l'ONU veut envoyer une équipe à Izioum

Quatre cent-cinquante tombes ont été découvertes près d'Izioum, ville de la région de Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine, récemment reprise aux forces russes, selon un conseiller de la présidence ukrainienne. Par ailleurs, Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé à mettre fin à la guerre en Ukraine "au plus vite", peu avant une rencontre bilatérale avec le président russe Vladimir Poutine.
Image
Ukraine charnier
Tombes non identifiées de civils et de soldats ukrainiens dans la région de Izioum, Ukraine, le 15 septembre 2022.
AP Photo/Evgeny Maloletka.
Partager12 minutes de lecture


19H12 TU."99% des corps exhumés présentaient des signes de mort violente" (gouverneur régional).

"99%" des corps exhumés vendredi à Izioum, ville de l'est de l'Ukraine récemment reprise aux Russes, "présentaient des signes de mort violente", a déclaré dans la soirée le gouverneur régional Oleg Synegoubov.

Le chargé des droits humains ukrainien, Dmytro Loubinets, a pour sa part indiqué sur Telegram qu'"il y (avait) probablement plus de 1.000 citoyens ukrainiens torturés et tués dans les territoires libérés de la région de Kharkiv".

A Izioum, "il y a plusieurs corps avec les mains liées derrière le dos et une personne est enterrée avec une corde autour du cou. De toute évidence, ces personnes ont été torturées et exécutées", a affirmé M. Synegoubov sur Telegram, accompagnant son message de photos des centaines de tombes retrouvées près d'Izioum.

Selon lui, "450 corps de civils portant des traces de mort violente et de torture ont été enterrés" sur ce site découvert par les autorités ukrainiennes.

Sur Telegram, Oleg Synegoubov a affirmé qu"'il y avait aussi des enfants" parmi les corps exhumés dans la journée par les "200 agents et experts" qui travaillent sur le site.

"Les corps seront envoyés pour autopsie afin de déterminer la cause exacte des décès", a-t-il indiqué. Et d'ajouter: "Chaque mort fera l'objet d'une enquête et deviendra une preuve des crimes de guerre de la Russie devant les tribunaux internationaux".


18H08 TU. La Russie interdit d'entrée 41 Australiens.

La diplomatie russe annoncée avoir privé d'entrée en Russie 41 personnalités australiennes, notamment des journalistes, en représailles aux sanctions prises par Canberra contre Moscou pour son intervention militaire en Ukraine.

Dans un communiqué, le ministère russe des Affaires étrangères a publié la liste des personnes sanctionnées. On y retrouve des employés d'entreprises d'armement australiennes et de médias, notamment Sarah Ferguson, une présentatrice vedette de la chaîne ABC.

"Compte tenu du fait que Canberra n'a pas l'intention officiellement de renoncer à sa ligne anti-russe et continue d’instaurer de nouvelles sanctions, cette +stop-list+ russe va continuer à être actualisée", a averti le ministère.

En juin et en juillet, Moscou avait déjà interdit d'entrée 159 Australiens pour les mêmes raisons.


17H16 TU. Volodomyr Zelensky pourra s'exprimer par message vidéo à l'Assemblée générale de l'ONU.

Les Etats membres de l'ONU autorisent de façon exceptionnelle le président ukrainien Volodymyr Zelensky à s'exprimer par message vidéo lors de l'Assemblée générale annuelle des Nations unies la semaine prochaine, malgré l'opposition de la Russie.

A partir de mardi, quelque 150 chefs d'Etats et de gouvernements doivent défiler à la tribune de l'Assemblée générale à New York.

Alors qu'en raison du Covid-19, ces deux dernières années les discours avaient eu lieu totalement ou en partie en virtuel, les règles habituelles s'appliquent de nouveau cette année. Seuls les présents peuvent parler.

Mais plus de 50 Etats, dont l'Ukraine, les Etats-Unis, la France, la Turquie, le Royaume-Uni, ou encore la Corée du Sud et la Colombie, ont soumis une proposition pour faire une exception pour le président Volodymyr Zelensky.

Le texte note "avec préoccupation" la situation de certains dirigeants "épris de paix" qui ne peuvent participer en personne aux réunions onusiennes "pour des raisons indépendantes de leur volonté en raison d'une invasion étrangère, d'une agression ou d'hostilités militaires en cours qui les empêchent de quitter leur pays et d'y retourner en toute sécurité", "ou de la nécessité d'assurer leur défense nationale et de s'acquitter des fonctions de sécurité".

Par 101 voix pour, 7 contre (Russie, Belarus, Syrie, Cuba, Corée du Nord, Erythrée et Nicaragua) et 19 abstentions, les 193 Etats membres de l'Assemblée générale ont donc décidé, "sans que cela ne crée de précédent" pour les réunions ultérieures, que l'Ukraine pouvait "présenter une déclaration préenregistrée de son chef d’État, qui sera diffusée dans la salle de l'Assemblée générale" la semaine prochaine.


16H49 TU. Pour Vladimir Poutine, la Russie "pas pressée" de terminer sa campagne militaire en Ukraine.

Le président russe Vladimir Poutine affirme que la Russie ne se hâtait pas d'achever sa campagne militaire en Ukraine, assurant que la stratégie des forces russes n'avait pas changé et qu'elles continuaient à conquérir des territoires.

"Nos opérations offensives, dans le Donbass, ne s'arrêtent pas, elles avancent à un petit rythme (...) l'armée russe occupe de plus en plus de nouveaux territoires", a-t-il déclaré, lors d'une conférence de presse depuis Samarcande en Ouzbékistan. 

"Je souligne que nous ne combattons pas avec toute notre armée. Nous combattons seulement avec la partie sous contrat (professionnel, ndlr)", a-t-il ajouté, alors que le Kremlin a officiellement interdit l'envoi d'appelés au front et se refuse à une mobilisation générale dans le pays. "Le plan (des opérations, ndlr) ne nécessite pas de changement (...) nous ne sommes pas pressés", a encore assuré Vladimir Poutine. 

Il a affirmé que les opérations se poursuivaient malgré les importantes contre-offensives de l'armée ukrainienne dans le nord-est et le sud du pays.

"Les autorités de Kiev ont annoncé avoir commencé une contre-offensive active. Et bien, on va voir comment elle va se terminer", a simplement commenté Vladimir Poutine. 

D'après lui, l'objectif clé du Kremlin reste "la libération de tout le territoire du Donbass", un bassin minier de l'est de l'Ukraine composé de la région de Lougansk, déjà sous contrôle de l'armée russe, et celle de Donetsk, dont une partie échappe encore à Moscou.


15H45 TU. Antony Blinken accuse la Russie d'actes "épouvantables" après la découverte de tombes en Ukraine.

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken accuse la Russie d'agir de manière "épouvantable" après la découverte de centaines de corps enterrés sommairement près d'Izioum, en Ukraine, évoquant de possibles crimes de guerre.

La Russie agit de "manière épouvantable et cela se voit et se répète à chaque fois que la marée russe se retire de parties de territoires qu'elle a occupés en Ukraine. On voit ce qu'elle laisse dans son sillage", déclare le chef de la diplomatie américaine à des journalistes.

15H08 TU. Des centaines de tombes sommaires à Izioum, Zelensky dénonce une Russie de "tortionnaires".

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky qualifie l'armée russe de "meurtriers" et "tortionnaires" après la découverte de centaines de corps enterrés sommairement près d'Izioum, dans une région récemment reprise à Moscou et où ont aussi été trouvées des "salles de torture".

"La Russie ne laisse que mort et souffrance. Des meurtriers. Des tortionnaires. Privés de tout ce qui est humain", déclare Volodymyr Zelensky sur Telegram, promettant un "châtiment terriblement juste".

Il a évoqué "plus de 400 corps" trouvés sur ce site d'enterrement de masse près d'Izioum, "avec des traces de torture, des enfants, ceux qui sont morts à cause des frappes de missiles, les combattants des forces armées ukrainiennes".


15H01 TU. Narendra Modi dit à Vladimir Poutine que l'heure "n'est pas à la guerre".

Le Premier ministre indien Narendra Modi déclare au président russe Vladimir Poutine que l'heure n'était "pas à la guerre", en marge d'un sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à Samarcande, en Ouzbékistan, selon des images télévisées. 

Narendra Modi
Le Premier ministre indien Narendra Modi au sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à Samarcande, en Ouzbékistan, le vendredi 16 septembre 2022.
(Sergei Bobylev, Spoutnik, Kremlin Pool Photo via AP)

"Excellence, je sais que l'heure n'est pas à la guerre", a déclaré Narendra Modi à Vladimir Poutine à Samarcande, au début de leur première rencontre en tête-à-tête depuis l'invasion de l'Ukraine par les forces russes, selon des images diffusées par le radiodiffuseur de service public indien Doordashan.

Mais Narendra Modi a toutefois souligné l'importance de "la démocratie, de la diplomatie et du dialogue". Les deux dirigeants discuteront de "la manière d'avancer sur la voie de la paix", a ajouté le Premier ministre indien. 


13h24 TU. Vladimir Poutine assure à Narendra  Modi vouloir terminer la guerre en Ukraine "le plus vite possible".

Le président russe Vladimir Poutine assure au Premier ministre indien Narendra Modi qu'il souhaite terminer "le plus vite possible" le conflit en Ukraine, tout en disant comprendre les "inquiétudes" de l'Inde à ce sujet.

"Je connais votre position concernant le conflit en Ukraine, vos inquiétudes (...) Nous allons tout faire pour que tout se termine le plus vite possible", a dit Vladimir Poutine lors d'un entretien avec Narendra Modi en marge d'un sommet régional à Samarcande, en Ouzbékistan.

12H30 Des centaines de tombes découvertes à Izioum, récemment reprise aux Russes.

Les autorités ukrainiennes ont découvert des centaines de tombes dans une forêt en périphérie d'Izioum, ville récemment reprise aux forces russes dans la région de Kharkiv, une zone où la police dit avoir découvert dix "salles de torture".

Selon les autorités locales, 443 tombes ont été découvertes au total sur ce site avec notamment une fosse contenant les corps de 17 soldats ukrainiens. Deux hommes en tenues blanches y creusaient vendredi le fond dans le sol sablonneux, près d'une croix avec l'inscription: "armée ukrainienne, 17 personnes. Izioum, de la morgue", selon des journalistes de l'AFP sur place.

Izioum
Des experts soulèvent un corps lors d'une exhumation dans la région d'Izium, en Ukraine, le vendredi 16 septembre 2022. 
(AP Photo/Evgeny Maloletka)

Selon Oleg Kotenko, responsable gouvernemental pour la recherche des personnes disparues, ces tombes ont été creusées pendant les combats lors de la prise de la ville par les forces russes en mars et durant l'occupation russe, qui a pris fin la semaine passée. Certaines tombes pourraient renfermer plusieurs corps.

"Les tombes qui ne portent pas de noms sont celles de gens (trouvés) dans la rue", a précisé Oleg Kotenko, selon lequel "il y a beaucoup de personnes qui sont mortes de faim". "Cette partie de la ville était isolée, sans ravitaillement. Les gens étaient bloqués, rien ne marchait".

Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU a immédiatement indiqué vouloir envoyer "sous peu" une équipe à Izioum pour "déterminer les circonstances de la mort de ces personnes".

Le chef de la police ukrainienne, Igor Klymenko, a lui annoncé la découverte de dix "salles de torture" dans des localités reprises aux Russes dans la région de Kharkiv, y compris six d'entre elles à Izioum et deux dans la ville de Balakliïa.

Selon lui, les corps de près de 50 civils ont été retrouvés au cours de cette semaine dans les territoires de la région de Kharkiv abandonnés par les troupes russes.

12H56 TU. Berlin saisit les activités du groupe russe Rosneft en Allemagne.

Le bras de fer énergétique entre Berlin et Moscou franchit une nouvelle étape avec la mise sous tutelle par l'Allemagne des activités du géant russe Rosneft dans le pays, afin de "sécuriser" son approvisionnement en pétrole.

Les filiales de Rosneft en Allemagne, qui représentent 12% de la capacité de raffinage pétrolier du pays, sont placées sous "administration fiduciaire" forcée par l'agence nationale qui gère les réseaux d'énergie, annonce le ministère de l'Economie.

Avec cette mise sous tutelle "il s'agit de répondre aux risques qui pèsent sur la sécurité des approvisionnements" en énergie dans le pays, a précisé le ministère.

Les filiales Rosneft Allemagne (RDG) et la société RN Refining & Marketing (RNRM) détiennent des parts dans trois grandes raffineries du pays.

La tutelle prend effet vendredi et est initialement limitée à six mois. 

De cette manière "nous nous rendons moins dépendants de la Russie et des décisions qui y sont prises", a affirmé le chancelier Olaf Scholz lors d'une conférence de presse.

11H03 TU. Un procureur séparatiste tué par une explosion dans l'est (autorités)

Le procureur général de la région séparatiste prorusse de Lougansk, dans l'est de l'Ukraine, a été tué par une explosion qui s'est produite dans les locaux où il travaillait, ont annoncé les autorités. "Aujourd'hui, à la suite d'un acte terroriste, le procureur général de (Lougansk) Sergueï Gorenko et son adjointe Iekaterina Steglenko ont été tués".

10H30 TU. : Dix "salles de torture" découvertes dans les zones reprises aux Russes à Kharkiv (police)

Dix salles de torture" ont été découvertes dans des localités de la région de Kharkiv, récemment reprises aux Russes, selon le chef de la police nationale Igor Klymenko.

"A ce jour, je peux parler d'au moins dix salles de torture découvertes dans des localités de la région de Kharkiv, dont deux dans la petite ville de Balakliïa."

09H53 TU. Erdogan appelle à mettre fin à la guerre en Ukraine "au plus vite"

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé à mettre fin à la guerre en Ukraine "au plus vite", juste avant une rencontre bilatérale avec le président russe Vladimir Poutine.
"Nous oeuvrons pour mettre fin au conflit en Ukraine au plus vite par la voie diplomatique", a déclaré le chef de l'Etat turc devant le Sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai.

Erdogan
Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à Samarcande, en Ouzbékistan, le 15 septembre 2022. 
Présidence turque via AP.


09H33 TU. Des centaines de tombes dans une forêt en périphérie de la ville d'Izioum, reprise aux Russes (AFP)

Des journalistes de l'AFP ont vu vendredi des centaines de tombes marquées d'une croix dans une forêt à la périphérie d'Izioum.
Les autorités ukrainiennes procédaient notamment sur place à l'examen d'une tombe contenant les corps de 17 soldats ukrainiens, surmontée d'une croix portant l'inscription "armée ukrainienne, 17 personnes. Izioum, de la morgue".

Ukraine
Une fosse commune de soldats ukrainiens et de civils inconnus a été découverte dans une forêt d'Izioum, en Ukraine, le 15 septembre 2022.
AP Photo/Evgeny Maloletka.

09H24 TU. L'ONU veut envoyer une équipe à Izioum pour enquêter sur les allégations de fosse commune

Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU souhaite envoyer "sous peu" une équipe à Izioum en Ukraine, récemment libérée des occupants russes, pour vérifier les allégations des autorités ukrainiennes évoquant une fosse commune et des exécutions.


Nos collègues en Ukraine, de la mission de surveillance des droits de l'homme en Ukraine, vérifient ces allégations et ils visent à organiser une visite à Izioum pour déterminer les circonstances de la mort de ces personnes retrouvées dans cette ville.

Elizabeth Throssell, porte-parole du Haut-Commissariat.

07H44 TU. 450 tombes découvertes près d'Izioum (conseiller de la présidence)

Quatre cent cinquante tombes ont été découvertes près d'Izioum, ville dans l'est de l'Ukraine récemment reprise aux forces russes, selon un conseiller de la présidence Mykhaïlo Podoliak.
"Ce n'est qu'un seul des sites d'enterrements massifs découverts près d'Izioum. Pendant des mois, la terreur, la violence, la torture et les meurtres de masse ont régné en maître dans les territoires occupés".


05H07 TU. Les liens entre Moscou et Pékin nuisent à "la paix internationale", affirme Taïwan

Le renforcement des liens entre la Chine et la Russie, dont les dirigeants se sont rencontrés jeudi en Ouzbékistan, nuit à "la paix internationale", estime le gouvernement de Taïwan.
Moscou "qualifie de provocateurs ceux qui maintiennent la paix et le status quo, ce qui démontre largement le tort que cause l'alliance entre les régimes autoritaires chinois et russe à la paix internationale, à la stabilité, à la démocratie et à la liberté", a affirmé le ministère des Affaires étrangères taïwanais.

00H33 TU. Nouvelles sanctions américaines contre des Russes

Les Etats-Unis annoncent une nouvelle salve de sanctions ciblant une longue liste d'entreprises technologiques et des responsables russes dont des banquiers, un groupe paramilitaire néo-nazi et une proche du président Vladimir Poutine accusée d'avoir coordonné le déplacement contraint d'enfants ukrainiens.

Les Etats-Unis continueront à prendre des mesures fortes afin que la Russie rende des comptes pour ses crimes de guerre, les atrocités et son agression en Ukraine.

Janet Yellen, secrétaire au Trésor.

A re(voir) : découverte d'une fosse commune à Izioum, selon le président ukrainien

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...