DIRECT-Ukraine : Kiev se prépare à la chute de Marioupol et à une offensive majeure dans le Donbass

La chute de Marioupol serait proche. Les forces russes maintiennent ce mardi 12 avril leur pression sur la ville portuaire stratégique, que les soldats ukrainiens tentent désespérément de défendre. Une offensive majeure est aussi attendue dans la région du Donbass, dans l'est de l'Ukraine. Depuis le 24 février, plus de 4,5 millions de réfugiés ukrainiens ont fui leur pays, selon le Haut commissariat aux réfugiés.
 
Image
Marioupol
"90% des maisons ont été détruites à Marioupol" selon Kiev.
AP Photo/Evgeniy Maloletka.
Partager9 minutes de lecture

Ce qu'il faut retenir de l'actualité du 12 avril :

  • L'Ukraine se prépare à la chute de Marioupol et à un assaut russe dans l'Est
  • Le Royaume-Uni vérifie des informations sur une éventuelle attaque chimique à Marioupol 
  • Une délégation de parlementaires allemands en route pour l'Ukraine
  • Vladimir Poutine qualifie le massacre de Boutcha de "fake"
Tous les horaires sont donnés au format temps universel coordonné (UTC). Pour information, la France se situe dans le fuseau horaire UTC+2.

19h22 TU. L'Ukraine annonce l'arrestation d'un proche de Poutine en fuite
 

Les autorités ukrainiennes ont annoncé l'arrestation du député et homme d'affaires ukrainien Viktor Medvedtchouk, proche du président russe Vladimir Poutine.  En fuite depuis le début de la guerre en Ukraine, il a été arrêté à la suite d'une "opération spéciale".

"Une opération spéciale a été menée grâce au SBU (les services de sécurité ukrainiens, ndlr). Bravo!" a félicité le président ukrainien Volodymyr Zelensky sur sa chaîne Telegram. 

Viktor Medvedtchouk
Viktor Medvedtchouk, homme d'affaires et député ukrainien, fait face à Vladimir Poutine lors d'une rencontre près de Moscou, le 6 octobre 2020. 
Pool Sputnik Kremlin

19h03 TU. L'OIAC "préoccupée" par les allégations d'utilisation d'armes chimiques à Marioupol

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) s'est dite "préoccupé par les récentes informations non confirmées sur l'utilisation d'armes chimiques à Marioupol, relayées par les médias au cours des dernières 24 heures".

"Les 193 États membres de l'OIAC, dont la Fédération de Russie et l'Ukraine, sont parties à la Convention sur les armes chimiques, un traité international d'importance majeure dans le domaine du désarmement qui est en vigueur depuis 1997"
, a rappelé l'organisation.

18h27 TU. Blinken accuse la Russie d'envisager l'usage d'agents chimiques à Marioupol

"Les forces russes pourraient utiliser différents agents anti-émeutes, notamment des gaz lacrymogènes mélangés avec des agents chimiques" à Marioupol selon le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken.

Les État-Unis disposeraient "d'informations crédibles" sur le recours à des armes chimiques dans la ville assiégée de Marioupol, qui serait en passe tomber aux mains des Russes. 
 


17h50 TU. "Poutine a décidé qu'il ne s'arrêterait pas" selon Emmanuel Macron

Dans un entretien à l'hebdomadaire Le Point, le président de la République a estimé que Vladimir Poutine n'arrêterait pas son offensive sur l'Ukraine. "Il a besoin pour lui-même d'une victoire militaire" juge le chef de l'État, même s'il "a pris conscience que l'Ukraine n'allait pas se soumettre".

"Je crois assez peu à notre capacité collective à le mettre autour d'une table de négociation à court terme"
, regrette Emmanuel Macron.
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

16h58 TU. À  Severodonetsk, 400 civils enterrés depuis le début de la guerre
 

Environ 400 civils ont été enterrés depuis le début de la guerre à Severodonetsk, ville de l'est de l'Ukraine où l'armée russe est actuellement à l'offensive. 

"Pendant les 48 jours de guerre, il y a eu environ 400 enterrements" à Severodonetsk, affirme Serguiï Gaïdaï, le gouverneur ukrainien de la région de Lougansk.

Il assure que les morgues dans les villes de sa région "débordent de corps de civils morts", et que des fosses communes ont du être creusées dans la ville voisine de Lyssytchansk.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...


16h00 TU. Poutine dénonce un manque de cohérence, l'Ukraine évoque des négociations "extrêmement difficiles"

Les négociations avec Moscou en vue d'un accord de paix russo-ukrainien sont "extrêmement difficiles", déplore Mykhaïlo Podoliak, un conseiller de la présidence ukrainienne. Il déplore que "la partie russe s'en tienne à ses tactiques traditionnelles de pression publique sur le processus de négociations, notamment par le biais de certaines déclarations", après que Vladimir Poutine a dénoncé "le manque de cohérence" des Ukrainiens.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

"On m'a informé hier soir que la partie ukrainienne avait encore changé quelque chose. Un tel manque de cohérence sur les points fondamentaux crée des difficultés", a déclaré le président russe lors d'une conférence de presse dans un cosmodrome de l'Extrême-Orient russe.


15h 35 TU. Kiev aurait refusé la visite du président allemand en Ukraine 

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier, critiqué pour les relations entretenues ces dernières années avec la Russie, aurait proposé de se rendre en Ukraine avec d'autres chefs d'Etat, mais Kiev aurait refusé cette visite diplomatique.

Ce voyage devait se dérouler avec les présidents de Pologne et des État baltes : "J'étais prêt à le faire mais apparemment, et je dois en prendre acte, ce n'était pas souhaité à Kiev", a affirmé Frank-Walter Steinmeier.

15h15 TU. Plus de 870.000 Ukrainiens sont rentrés chez eux depuis le début de la guerre

"Actuellement, 25 000 à 30 000 Ukrainiens par jour regagnent leur pays. Contrairement aux premiers jours quand il s'agissait essentiellement d'hommes, maintenant il y a aussi des femmes, des enfants et des personnes âgées", révèle le porte-parole des garde-frontières ukrainiens, Andriï Demtchenko.

Le 3 avril, le ministère de l'Intérieur faisait état de 537 000 Ukrainiens retournés chez eux, citant les données du Service national des garde-frontières. D'après le Haut Commisariat aux Réfugiés (HCR), plus de 4,6 millions de réfugiés ukrainiens ont fui leur pays depuis le début de l'invasion russe. 

14h40 TU. L'offensive russe se poursuit "calmement" selon le président Poutine

En visite à à Vostotchny avec son homologue et allié bélarusse Alexandre Loukachenko, Vladimir Poutine a assuré que l'offensive russe en Ukraine se poursuivait "calmement" et en minimisant les pertes.

Le président russe a balayé la notion selon laquelle son armée était à la peine face à la résistance ukrainienne et avait dû renoncer à prendre certaines grandes villes dont Kiev pour se concentrer sur le Donbass.

"Nos actions dans certaines régions d'Ukraine étaient uniquement destinées à fixer les forces (ukrainiennes loin du Donbass), porter un coup et détruire l'infrastructure militaire", a-t-il assuré.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...


13h43 TU. Pour Vladimir Poutine, le massacre de Boutcha est "un fake"

Le massacre de civils dans la ville de Boutcha, près de Kiev, est "un fake", selon le président russe Vladimir Poutine. 

 

Comparant ces accusations à celles concernant l'utilisation d'armes chimiques par le régime de Bachar al-Assad en Syrie, Vladimir Poutine a déclaré : "On a le même fake à Boutcha".

Les autorités ukrainiennes affirment avoir découvert des dizaines de corps dans cette ville après le retrait des forces russes fin mars, mais la Russie nie farouchement toute accusation de crimes de guerre en Ukraine. 

(Re)lire : Comment Poutine justifie l'invasion de l'Ukraine​ ? 
 

13h10 TU. Le président ukrainien dénonce des centaines de viols

Au cours d'une intervention vidéo devant le parlement lituanien, le président ukrainien Volodymyr Zelensky dénonce "des centaines de cas de viol", y compris "de jeunes filles mineures et de tout petits enfants".

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

"Dans les zones libérées des occupants, l'enregistrement et l'enquête sur des crimes de guerre commis par la Russie se poursuivent. Presque quotidiennement, on retrouve de nouvelles fosses communes", accuse Volodymyr Zelensky.

Plus tôt dans la journée, le président ukrainien avait déjà dénoncé le recours possible à des armes chimiques dans la ville assiégée de Marioupol.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky dénonce les menaces d'utilisation d'armes chimiques dans la ville assiégée de Marioupol. 


12H59 TU.  Six personnes tuées par balles retrouvées dans un sous-sol dans la banlieue de Kiev 

"Les corps de six civils présentant des blessures par balle ont été découverts dans le sous-sol d'une maison", selon le Parquet général ukrainien, précisant qu'une enquête avait été ouverte.

12H07 TU. Une délégation de parlementaires allemands en route pour l'Ukraine

Trois hauts responsables allemands du Bundestag vont rencontrer des députés ukrainiens dans l'ouest du pays en guerre, selon des sources parlementaire. Il s'agit du premier voyage de représentants politiques allemands depuis le début de l'invasion russe.

10H37 TU. Les combats continuent à Marioupol

A Marioupol, port stratégique de la mer d'Azov assiégé depuis plus de 40 jours par l'armée russe, les combats continuent. "Les Russes ont temporairement occupé une partie de la ville. Les soldats ukrainiens continuent de défendre le centre et le sud de la ville, ainsi que les zones industrielles", selon le maire-adjoint de la ville Sergueï Orlov.

Le chef des séparatistes prorusses de Donetsk affirment que ses forces ont conquis entièrement la zone portuaire de la ville stratégique de Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine, assiégée depuis plus d'un mois. "Concernant le port de Marioupol, il est déjà sous notre contrôle".

04H30 TU. Situation "dramatique" à Marioupol 

"La situation à Marioupol, assiégée depuis plus de 40 jours par l'armée russe et largement détruite, est dramatique", selon le conseiller présidentiel ukrainien Mykhaylo Podolyak.  "Des dizaines de milliers de personnes y ont péri et 90% des maisons ont été détruites et  les soldats ukrainiens sont encerclés et bloqués. 


03H52TU. Le Royaume-Uni vérifie des informations sur une éventuelle attaque chimique à Marioupol 

"Des informations indiquent que les forces russes pourraient avoir utilisé des agents chimiques lors d'une attaque contre la population de Marioupol. Nous travaillons de toute urgence avec nos partenaires pour vérifier les renseignements", selon Liz Truss, la ministre britannique des Affaires étrangères.
 



03HTU. L'Ukraine se prépare à la chute de Marioupol et à un assaut russe dans l'Est


La fin de la résistance à Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine, semblait imminente lundi soir, les forces ukrainiennes annonçant se préparer à la chute de ce port stratégique.

Kiev a également annoncé s'attendre sous peu à une offensive majeure dans la région du Donbass, dans l'est de l'Ukraine.

Selon nos informations, l'ennemi a presque terminé sa préparation pour un assaut sur l'est. L'attaque aura lieu très prochainement.



Porte-parole du ministère ukrainien de la Défense, Oleksandre Motouzianik.


00H59 TU. Rencontre virtuelle entre Joe Biden et Narendra Modi

Joe Biden et Narendra Modi ont eu  un échange virtuel "franc", mais qui ne semble pas avoir permis de rapprocher les positions face à la guerre en Ukraine, un sujet qui déstabilise la relation entre l'Inde et les Etats-Unis.

"Il est important que tous les pays, notamment ceux qui ont une influence" sur le président russe Vladimir Poutine, le "pressent de mettre un terme à la guerre", selon le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.