DIRECT - Ukraine : la "douleureuse et difficile" bataille du Donbass se poursuit

Les troupes russes continuent de progresser dans la périphérie nord de la ville-symbole de Bakhmout. Des village situés au nord et à l'ouest de Bakhmout ont été attaqués samedi 4 mars, tandis que le ministère de la Défense britannique évoque "une pression de plus en plus forte" contre "la défense ukrainienne de la ville".

Image
Bakhmout
Un fourgon de la police ukrainienne lors de l'évacuation de civils à Khromove près de Bakhmout, le mars 2023.
Evgeniy Maloletka (AP)
Partager5 minutes de lecture

18h59 TU. Volodymyr Zelensky salue "la bravoure" des soldats qui combattent dans le Donbass. 

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a indiqué que son armée était engagée dans une bataille "douloureuse et difficile" contre les forces russes dans la région du Donbass, où se trouve la ville très disputée de Bakhmout.

"Je voudrais rendre un hommage spécial à la bravoure, à la force et à la résilience des soldats qui combattent dans le Donbass", a-t-il signifié dans sa déclaration quotidienne. Il ajouté qu'il s'agissait "d'une des batailles les plus difficiles. Douloureuse et difficile".

14h18 TU. Le bilan grimpe encore après la frappe sur Zaporijjia. 

Selon le département principal du service d'urgence de l'État ukrainien dans la région de Zaporijjia, le bilan de la frappe russe sur un immeuble résidentiel dans la ville, le 2 mars dernier, s'élève désormais à 13 morts dont un enfant de 8 mois.

14h15 TU. Le Royaume-Uni livrera finalement 28 chars Challenger à l'Ukraine.

Londres en avait initialement promis 14 à Kiev. Mais selon les dires de l'ambassadeur ukrainien dans le pays, Vadym Prystaik, à Radio Liberté, hier, le Royaume-Uni devrait en livrer finalement le double, soit 28 tanks Challenger.

13h58 TU. La ville de Marïnka complètement rasée.

La ville occupée de Marïnka, dans l'oblast de Donestk, ne ressemble plus qu'à un champ de ruines. Des images de ce qu'il en reste circulent sur les réseaux sociaux.

13h52 TU. Les forces russes "pas en mesure d'encercler Bakhmout prochainement", selon l'ISW.

Dans son point quotidien, l'Institut pour l'étude de la guerre (ISW) indique que les troupes russes n'ont pas encore forcé les Ukrainiens à se retirer de Bakhmout. "Les forces russes semblent avoir obtenu un avantage positionnel suffisant pour effectuer un mouvement tournant contre certaines parties de Bakhmut, mais elles n'ont pas encore forcé les forces ukrainiennes à se retirer et ne seront probablement pas en mesure d'encercler la ville prochainement."

09H55 TU. L'armée russe "essaye" toujours d'encercler Bakhmout, selon Kiev

L'armée ukrainienne assure toutefois avoir repoussé de nouvelles attaques.

Dans son compte-rendu quotidien, l'État-major ukrainien a affirmé que "plus de 130 attaques ennemies" avaient été entravées lors des dernières 24 heures, dans plusieurs secteurs du front, notamment à Koupiansk, Lyman, Bakhmout et Avdiïvka. 

03H10 TU. La minorité russe se détourne des élections estoniennes

Rebutés par les prises de position belliqueuses du gouvernement estonien à l'égard de la Russie, de nombreux russophones de ce pays balte risquent de choisir l'abstention lors des législatives, même s'ils sont opposés à la guerre en Ukraine.

Les russophones, qui représentent un quart de la population, s'inquiètent également du soutien apporté par la quasi-totalité des principaux partis politiques à une nouvelle loi prévoyant un enseignement exclusivement en estonien dans les écoles. 

03H05 TU. Les Estoniens élisent leur Parlement, avec l'Ukraine en toile de fond
 

Le scrutin qui pourrait renforcer les nationalistes d'extrême-droite, un parti qui a fait campagne sur l'opposition à de nouvelles livraisons d'armes à l'Ukraine.

Le Parti de la réforme (centre-droit) de la Première ministre Kaja Kallas devrait remporter ce scrutin, selon la plupart de sondages, mais il devra probablement former une coalition pour rester au pouvoir.

L'aide militaire estonienne à l'Ukraine représente actuellement plus de 1% de son PIB, soit la contribution la plus importante de tous les pays par rapport à la taille de leur économie.

01H00 TU. Attaques près de Bakhmout
 

Des village situés au nord et à l'ouest de Bakhmout ont été attaqués samedi 4 mars, selon les déclarations sur CNN de Serhii Cherevatyi, porte-parole du groupement oriental des forces armées ukrainiennes. Il a fait état d'un total de 131 assauts sur ce front.

La bataille pour Bakhmout, ville industrielle dont l'importance stratégique est contestée, dure depuis l'été. La cité est devenue un symbole, car elle est au coeur des combats entre Russes et Ukrainiens depuis des mois.

(Re)voir : Guerre en Ukraine : Bakhmout presque encerclée par Wagner

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

00H53 TU. Une "pression de plus en plus forte" à Bakhmout

Selon le ministère de la Défense britannique, "la défense ukrainienne de la ville de Bakhmout est soumise à une pression de plus en plus forte, avec des combats intenses dans et autour de la ville".

Il a fait état d'une "progression" du "groupe Wagner et de l'armée régulière russe dans la banlieue nord de la ville désormais vulnérable à des attaques venant de trois côtés".

En conséquence, Kiev "renforce la zone avec des unités d'élite et, lors des 36 dernières heures, deux ponts clé à Bakhmout ont été détruits, notamment un pont vital reliant la cité à la dernière principale route de ravitaillement".

22H00 TU. Situation "sous contrôle" à Bakhmout

"La situation à Bakhmout est difficile, mais sous contrôle", a indiqué un porte-parole de l'armée ukrainienne, Serguiï Tcherevaty, à la chaîne de télévision My-Ukraina.