DIRECT-Ukraine : la France souhaite que l'Ukraine sorte "victorieuse" de son conflit avec la Russie

Selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky ses soldats "résistent" à Severodonetsk, où d'intenses combats de rue se poursuivent contre les troupes russes. ​De son côté, la France se dit "prête" à participer à une opération destinée à lever le blocus dans le port d'Odessa. 
Image
ukraine
Des soldats ukrainiens sur la ligne de front à Severodonetsk, dans la région de Lougansk, en Ukraine, le 8 juin 2022.
AP Photo/Oleksandr Ratushniak.
Partager8 minutes de lecture

Ce qu'il faut retenir ce vendredi 10 juin

  • Combats de rue et bombardements russes à Severodonetsk
  • Kiev bombarde des positions russes dans la région de Kherson
  • ​La France "prête" pour une opération destinée à lever le blocus à Odessa
  • La Finlande envisage la construction d'une clôture le long de sa frontière avec la Russie
  • Un hommage rendu au journaliste français Frédéric Leclerc-Imhoff

19h08 TU. La Russie ne fait plus partie de l'Organisation mondiale du tourisme. 

La Russie a officialisé  son retrait de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT). L'OMT a annoncé la suspension du pays le 27 avril en raison de son intervention en Ukraine, qu'elle jugeait contraire à ses "valeurs".

Le gouvernement "accepte la proposition du ministère russe des Affaires étrangères (...) concernant le retrait de la Fédération de Russie de l'Organisation mondiale du tourisme", indique un décret signé par le premier ministre ,Mikhaïl Michoustine.

17h36 TU. Un hommage rendu à Frédéric Leclerc-Imhoff à Paris.

La famille et les collègues de Frédéric Leclerc-Imhoff, journaliste de BFM TV tué dans le Donbass par un éclat d'obus le 30 mai, lui ont rendu hommage à Paris ce vendredi.  "Voilà, M. Poutine, la belle personne que vous avez tuée", a notamment déclaré la mère du défunt. 

Âgé de 32 ans, il travaillait pour la chaîne d'information continue depuis six ans et effectuait sa deuxième mission en Ukraine comme journaliste reporter d'images (JRI). 

Après l'annonce de sa mort, le parquet national antiterroriste (Pnat) français a annoncé l'ouverture d'une enquête pour crimes de guerre.

15h06 TU. Les condamnations à mort de trois combattants "choquantes" selon l'Allemagne.

Sur son compte Twitter, le ministère allemande des Affaires étrangères a qualifié de "choquante"la condamnation à mort par les autorités séparatistes prorusses de trois combattants étrangers ayant combattu aux côtés des Ukrainiens. Elle accuse la Russie de "mépris total" pour le droit humanitaire.

"En tant que combattants, ils sont des prisonniers de guerre et ont droit à des protections spéciales en vertu de la Convention de Genève. Cela montre une fois de plus le mépris total de la Russie pour le droit humanitaire international", ajoute le ministère.

14h24 TU. La France prête pour une "opération" destinée à lever le blocus dans le port d'Odessa.

Par l'intermédiaire de la présidence française, la France s'est dite prête à participer à une "opération" permettant de lever le blocus du port d'Odessa (sud de l'Ukraine) d'exporter les céréales ukrainiennes vers les pays qui en sont tributaires.

"Nous sommes à disposition des parties pour au fond que se mette en place une opération qui permettrait d'accéder au port d'Odessa en toute sécurité, c'est-à-dire de pouvoir faire passer des bateaux en dépit du fait que la mer est minée", a déclaré un conseiller présidentiel.

14h16 TU. La France souhaite une victoire ukrainienne dans la guerre qui l'oppose à la Russie.

La France souhaite que l'Ukraine sorte "victorieuse" du conflit avec la Russie, a insisté la présidence française. Elle répond aux interrogations suscitées par un appel du président Emmanuel Macron à "ne pas humilier la Russie".

"Comme le président a eu l'occasion de le dire, nous souhaitons la victoire de l'Ukraine. Nous souhaitons que l'intégrité territoriale de l'Ukraine soit rétablie. Nous souhaitons que ce conflit, que cette guerre de la Russie contre l'Ukraine cesse le plus vite possible", a déclaré un conseiller du président.

14h15 TU. Emmanuel Macron va rendre visite aux troupes françaises stationnées en Roumanie.

D'après l'Elysée, le président français, Emmanuel Macron, se rendra, mardi 14 juin, en Roumanie, pour rencontrer les troupes françaises qui y sont stationnées. Il se déplacera également en Moldavie le lendemain pour y affirmer son soutien à ce pays affecté par la guerre en Ukraine.

La présidence française a précisé qu'une visite du chef de l'Etat en Ukraine se déroulerait à une date qui n'a pas été encore fixée, au moment où elle sera "utile au président (Volodymyr) Zelensky".

13h29 TU. Volodymyr Zelensky remercie le Royaume-Uni pour son soutien et ses "mots qui se transforment en action."

Lors d'une visite à Kiev du ministre britannique de la Défense,Ben Wallace, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a remercié Londres pour son rôle moteur dans le soutien occidental à l'Ukraine. "Les mots se transforment en actions. C'est ce qui fait la différence entre les relations entre l'Ukraine et la Grande-Bretagne et celles entre l'Ukraine et d'autres pays", a-t-il déclaré dans une vidéo sur Telegram. Armes, finances, sanctions: dans ces trois dossiers, la Grande-Bretagne montre son leadership."

Cette visite de travail de deux jours visait à entendre de vive voix "comment évoluent les besoins opérationnels des forces armées ukrainiennes, alors que la nature du conflit continue de changer, a indiqué le ministère britannique de la Défense dans un communiqué.  Cela permettra d'assurer que le soutien continu britannique évolue en fonction de ces besoins et est adapté à la situation sur le terrain."

Selon le même ministère, Ben Wallace a aussi discuté avec M. Zelensky et son ministre de la Défense Oleksiï Reznikov "des équipements et formations que le Royaume-Uni fournit actuellement, et quel soutien supplémentaire pourrait être offert pour aider les forces ukrainiennes à défendre leur pays."

Cette rencontre intervient aussi au lendemain de l'annonce de la condamnation à mort, par la justice des autorités séparatistes de Donetsk, de deux Britanniques et d'un Marocain,  respectivement Aiden Aslin, Shaun Pinner et Brahim Saadoun. Ils s'étaient engagés dans les forces ukrainiennes puis ont été faits prisonniers.

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, est "consterné" par cette condamnation, selon Downing Street, qui indique travailler avec Kiev à leur libération.
(Re)voir : Guerre en Ukraine : deux Britanniques et un Marocain condamnés à mort

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

11h31 TU. La Finlande envisage la construction de clôtures sur sa frontière avec la Russie.

Le gouvernement finlandais prévoit de construire de nouvelles clôtures sur certaines portions de sa frontière avec la Russie, longue de près de 1.300 km et dont l'essentielle traverse des zones très peu peuplées.

Jeudi 9 juin, Helsinki a soumis n,un projet d'amendement visant à renforcer les clôtures à certains endroits. Elle craint notamment que Moscou utilise des migrants pour exercer une pression politique.

Son entrée en vigueur est souhaitée "aussi rapidement que possible". "Le but de cette proposition de loi est d'améliorer la capacité opérationnelle des gardes-frontières en réponse à des menaces hybrides", a expliqué Anne Ihannus, conseillère au ministère de l'Intérieur. La guerre en Ukraine a contribué à l'urgence de cette question."

Actuellement, les frontières du pays nordique sont sécurisées par de petites palissades en bois, destinées à empêcher le bétail de traverser.  

"Ce que nous cherchons à construire maintenant, c'est des clôtures robustes qui ont un effet de véritables barrières", a de son côté ajouté Sanna Palo, directrice des Affaires légales des gardes-frontières. Selon toute vraisemblance, la clôture ne couvrira pas toute la frontière est, mais visera les endroits considérés comme les plus importants."

Dans le cas d'un afflux de migrants, la proposition du gouvernement vise aussi à concentrer les demandeurs d'asile à des points spécifiques de la frontière. 

Les endroits considérés comme prioritaires seront définis plus tard, de même que le budget du projet, a précisé le ministère de l'Intérieur.

11H16 TU. Volodymyr Zelensky plaide pour la candidature de l'Ukraine à l'UE

Le président ukrainien a plaidé pour l'entrée de son pays dans l'Union européenne, appelant à ne pas laisser son pays dans une "zone grise", alors que les dirigeants de l'UE doivent décider d'ici fin juin s'ils lui accordent le statut officiel de candidat à l'UE.

"La première chose est de supprimer enfin cette zone grise", si tentante pour l'Etat russe (...) Dans les semaines à venir, l'Union européenne pourrait franchir une étape historique qui prouvera que les mots sur l'appartenance du peuple ukrainien à la famille européenne ne sont pas vains", a déclaré  Volodymyr Zelensky par visioconférence, lors d'une conférence internationale sur la démocratie à Copenhague. 

10H48 TU. L'ONU inquiète après la condamnation à mort de combattants étrangers à Donetsk

Le Haut-Commissariat de l'ONU pour les droits de l'homme a fait part de sa préoccupation après la condamnation à mort par les autorités séparatistes prorusses de combattants étrangers ayant combattu aux cotés des Ukrainiens.

"Depuis 2015, nous avons observé que le soi-disant système judiciaire de ces républiques autoproclamées ne satisfont pas aux garanties essentielles d'un procès équitable (...). De tels procès contre des prisonniers de guerre constituent un crime de guerre".

07H55 TU. Kiev bombarde des positions russes dans la région de Kherson

L'armée ukrainienne affirme avoir frappé des positions russes dans la région de Kherson, dans le sud de l'Ukraine, région en quasi-totalité sous contrôle des forces russes .

Notre aviation a frappé des positions russes, des sites où se concentrent équipements et personnel et des dépôts autour de cinq localités de la région de Kherson.
 

État-major de l'armée ukrainienne.
04H00 TU. Le Donbass "tient bon"

"Severodonetsk, Lyssytchansk, et d'autres villes du Donbass, que les occupants considèrent maintenant comme leurs cibles, tiennent bon", a déclaré Volodymyr Zelensky dans une allocution.

Le Palais des Glaces, un des symboles de la ville, a été détruit dans un incendie provoqué par les bombardements russes, a annoncé Sergueiï Gaïdaï, le gouverneur de la région de Lougansk.


03H01 TU. "De nouvelles armes plus puissantes"
 

Les Ukrainiens continuent de réclamer à leurs alliés occidentaux de nouvelles armes plus puissantes.

Volodymyr Zelensky  dit avoir évoqué jeudi avec Emmanuel Macron l'aide militaire de la France à l'Ukraine, y compris en "armes lourdes", a précisé le président français. Ils ont aussi évoqué la candidature de Kiev à l'entrée dans l'Union européenne.

La livraison de systèmes de lance-roquettes multiples, d'une portée d'environ 80 km, soit légèrement supérieure aux systèmes russes, a été annoncée par Washington et par Londres, mais on ignore quand les Ukrainiens pourront commencer à les utiliser.

À re(voir) : Ukraine, le calvaire de Saltivka, quartier martyr

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
Ukraine
Deux citoyens britanniques Aiden Aslin, à gauche, et Shaun Pinner, à droite, et le Marocain Saaudun Brahim, au centre, sont assis dans une salle d'audience à Donetsk,  dans l'est de l'Ukraine, le 9 juin 2022. 
AP Photo.

03H00 TU. Trois combattants étrangers condamnés à mort

Dans l'est de l'Ukraine, les autorités séparatistes prorusses ont annoncé jeudi la condamnation à mort de deux Britanniques et d'un Marocain ayant combattu aux cotés des Ukrainiens.

"La Cour suprême de la République populaire de Donetsk a condamné à mort les Britanniques Aiden Aslin et Shaun Pinner et le Marocain Brahim Saadoun, accusés d'avoir participé aux combats comme mercenaires", a annoncé l'agence de presse officielle russe TASS. Les trois hommes, faits prisonniers dans la région de Marioupol, selon les Russes, vont faire appel.

À re(voir) : "The Earth Is Blue As An orange": Chronique d'une famille durant la guerre dans le Donbass

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...